Maisons des adolescents (MDA)

Les maisons des adolescents (MDA) sont des lieux polyvalents où la santé est considérée à la fois dans sa dimension physique, psychique, relationnelle et sociale, éducative.
Pour ces raisons, elles travaillent en réseau avec l’ensemble des acteurs s’occupant d’adolescents sur un territoire donné.

Depuis 2004 le gouvernement a souhaité qu’il y ait une maison des adolescents dans chaque département et en a prévu le financement dans le cadre d’un programme sur cinq ans.

Les maisons des adolescents (MDA) ont pour mission :

  • d’informer
  • de conseiller
  • d’accompagner les adolescents, leurs familles et les acteurs au contact des jeunes

Public

Les adolescents

Les maisons des adolescents (MDA) se proposent d’apporter une réponse globale aux adolescents qui intègre ces différents aspects de leur vie. Elles s’adressent donc en priorité à des adolescents en proie à des difficultés faisant que leurs familles, les professionnels et les institutions atteignent, isolément, les limites de leurs compétences. Les adolescents peuvent y trouver une écoute, des informations, être accompagnés ou orientés en fonctions de leur demande.
Elles offrent aux adolescents un accueil gratuit sur des plages horaires souples et adaptées.

Les familles

Les maisons des adolescents (MDA) s’adressent également aux parents d’adolescents. Elles ont pour mission de répondre à leur besoin d’information et d’accompagnement. Ces actions peuvent être individuelles ou collectives. Elles s’organisent en articulation avec les réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents (REAAP), ainsi qu’avec les Points info famille (PIF).
Elles font des parents des partenaires privilégiés pour tout ce qui concerne la santé de leurs enfants.

Les professionnels au contact des adolescents

Les professionnels souhaitant obtenir un avis sur un adolescent ou des conseils pour son orientation peuvent également solliciter les maisons des adolescents (MDA)

Acteurs concernés

Les maisons des adolescents (MDA) font partie d’un réseau de partenaires, ouvert sur la ville, qui est destiné à favoriser des coopérations et des articulations entre les professionnels de santé (institutionnels et libéraux), l’Éducation Nationale, l’Action sociale, les Points d’accueil écoute jeunes (PAEJ), la Protection judiciaire de la jeunesse et les collectivités locales.

Sélection des projets

Suite à l’appel à projets annuel des ministères de la Santé et du ministère en charge de la Famille, les dossiers sont :

  • transmis par les services déconcentrés (ARS) aux ministères chargés de leur instruction (santé-affaires sociales),
  • examinés par le comité national de suivi de la mesure.

Ce comité est présidé par le délégué interministériel à la famille et comprend des représentants de la Direction générale de la cohésion sociale, de la Direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins et de la Direction générale de la santé.

À partir du cahier des charges, le comité élabore une grille d’analyse des projets qui prend en compte :

  • la pertinence de la localisation de la maison des adolescents au regard de la population adolescente,
  • les facilités d’accès et de repérage,
  • les prestations offertes (aux adolescents mais aussi aux familles et aux professionnels en charge d’adolescents),
  • ainsi que l’organisation de ces prestations (gratuité des consultations, confidentialité, souplesse des horaires, permanence d’accueil…).

Cette grille permet de s’assurer que les promoteurs de projet :

  • s’appuient sur un diagnostic de la situation locale (situation démographique et sanitaire du public visé / état des lieux de l’offre existant à l’usage des adolescents : offre hospitalière, libérale, structures d’accueil des adolescents et de leurs familles (Points accueil écoute jeunes, espaces santé jeunes, réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents / accord des parties sur le diagnostic),
  • ont élaboré des objectifs pour le territoire concerné,
  • ont prévu une évaluation du fonctionnement du dispositif.

Les principaux acteurs concernés par l’adolescence doivent avoir été associés à l’élaboration du projet.

Un comité de pilotage national a également été mis en place. Co-piloté par le ministère de la santé et la Fondation Hôpitaux de Paris Hôpitaux de France, il veille à garantir la complémentarité des financements publics et privés.

Les MDA créées dans le cadre de ce programme pluriannuel doivent faire l’objet d’une évaluation au bout de trois ans de fonctionnement.

Pour en savoir plus

Le programme national de soutient aux maisons des adolescents