Consultation en ligne : des résultats en phase avec les travaux préparatoires de la stratégie pauvreté

En moins de deux mois, 7213 personnes ont répondu à la consultation en ligne lancée par la délégation interministérielle de prévention et de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes. Cette consultation s’inscrit dans une large démarche de concertation avec les principaux acteurs du secteur, l’ensemble des pouvoirs publics, les associations et les personnes concernées elles-mêmes. Construite autour de six thématiques, la consultation numérique a permis aux citoyens de s’exprimer et d’être force de propositions. La plupart des informations recueillies rejoignent les réflexions émises par les groupes de travail thématiques, les auditions et les échanges, à l’occasion des rencontres territoriales.

Pour éradiquer la pauvreté des enfants, les répondants ont surtout suggéré d’améliorer l’accueil de la petite enfance par la hausse du nombre de places en crèche (37%), l’accueil renforcé pour les enfants défavorisés et adapté aux conditions des parents (19%), valoriser et former les acteurs de la profession (25%). Soutenir la parentalité par la création des structures spécialisées est également un point soulevé par 32 % des répondants.

La thématique « Prévenir la vulnérabilité des jeunes et favoriser leur insertion » a suscité plusieurs propositions dont l’accompagnement des familles, la préparation au marché de l’emploi, l’accompagnement et le suivi individualisé dans le développement personnel des jeunes. D’autre part, 36% des répondants se sont estimés favorables au soutien psychologique dans le cadre de la prévention des ruptures de vie.

Par ailleurs, 35% ont d’ailleurs jugé prioritaire le soutien des familles dans les domaines du logement, du transport et de l’éducation dans le cadre du développement de l’accompagnement et des leviers de prévention de la pauvreté.

Concernant l’accès aux droits et aux services 43% des répondants se prononcent ainsi en faveur d’une plus grande disponibilité des services administratifs et territoriaux. Des propositions récurrentes s’orientent vers la simplification et l’universalisation des démarches.

Dans le cadre de la lutte contre l’exclusion, 63% des répondants estiment indispensable une veille permanente et conjointe des citoyens, des travailleurs sociaux et des services publics. D’autre part, 60% des répondants préconisent la multiplication des centres d’hébergement sociaux pour les familles et enfants sans toit.

La territorialisation a été évoquée plusieurs fois et spontanément par les participants comme étant une variable d’ajustement des inégalités sociales. Outre son rôle dans l’emploi, l’éducation ou le bien-être de la population, les citoyens insistent sur le rôle « relais » que doit incarner la collectivité territoriale. Relais en matière de transmission d’information et des besoins de la population vers les niveaux supérieurs ou encore en matière de cohésion entre les différents niveaux de service public (commune, département, région, Etat…). Les territoires pourraient aussi être des lieux d’expérimentation, d’innovation sociale dans le but d’améliorer la participation et l’inclusion, comme l’expriment 33% des répondants.

Téléchargez la consultation en ligne ici