Lutte contre la pauvreté : Sixième rencontre territoriale à Auch sur l’accès aux droits, aux biens et services essentiels et lutte contre le non-recours

6ème journée de concertation à Auch pour échanger avec les acteurs gersois sur l’accès aux droits, aux biens et services essentiels et lutte contre le non-recours.

Dès son arrivée, la délégation s’est rendue sur la plateforme Gers solidaire, gérée par la Banque alimentaire, en partenariat avec la Croix rouge, le Secours populaire, le Secours catholique, le CCAS et avec le soutien du Conseil départemental. Elle illustre bien l’intérêt d’une mise en commun d’outils logistiques pour servir au mieux les publics. Au-delà de l’aide alimentaire, l’objectif est d’améliorer les dispositifs de lutte contre la précarité, de coordonner la prise en charge globale des besoins et de lancer de nouveaux projets : approvisionnement des collèges et des EPHAD, création d’un libre-service solidaire, d’une vesti-boutique et d’ateliers cuisine. Le conseil départemental a également mis en place avec la Croix rouge un bus des solidarités qui se déplace dans l’ensemble du département. Il existe aussi une plateforme téléphonique pour répondre à toute demande dans le domaine social, au niveau du département. Ce « N° vert social » a vocation à prendre le temps de l’écoute afin d’orienter les personnes. Son accès est totalement inconditionnel. Le personnel écoutant est formé spécialement et la responsable est une psychologue.

Ce temps s’est suivi d’un moment d’échange avec des jeunes à la préfecture du Gers. La rencontre a eu lieu en présence des représentants de la Mission Locale, de la Maison des Adolescents de Auch et d’un FJT. Les échanges ont notamment porté sur les difficultés d’accéder à un logement sans emploi ni garant, l’insalubrité, la mobilité, le coût du permis et de la voiture. Les jeunes ont ensuite présenté la Maison des Adolescents comme un lieu de vie et de confiance où ils sont écoutés et peuvent venir librement. Au-delà des actions proposées (planning familial, aide aux devoirs, lutte contre les addictions…), ils peuvent y préparer des examens ou rencontrer leurs amis et des adultes référents.

JPEG - 381.6 ko

L’après-midi fut consacrée à l’agora sur le thème « Accès aux droits, aux biens et services essentiels et lutte contre le non-recours » à Pessan. Gisèle Biémouret, Députée et Vice-présidente du Conseil départemental, fait état en introduction de l’augmentation des dépenses relatives à la solidarité dans le Gers, puis Olivier Noblecourt rappelle l’objectif des rencontres territoriales. Il insiste sur la nécessité d’apporter une réponse à l’interrogation des citoyens sur l’efficacité des politiques sociales et de sortir des discours sur l’assistanat.

Les échanges avec la salle ont notamment porté sur les aspects suivants :

  • La lutte contre l’isolement géographique ou intellectuel rend plus que jamais nécessaire d’aller vers les personnes. Le numérique oblige à réfléchir aux conditions de maintien d’une relation forte de face à face. Les questions de mobilité tiennent une place importante pour lutter contre l’isolement qui s’installe dans les zones éloignées des métropoles.
  • Les personnes en difficulté doivent avoir accès au droit commun et non à des systèmes spécifiques.
  • Il est important d’intervenir dès le premier contact et cela de manière inconditionnelle afin de pouvoir le plus vite possible avoir une action plus globale. La mise en place de référents de parcours et le développement du « 1er accueil social inconditionnel de proximité » peuvent y aider.
  • L’isolement ne tient pas uniquement à l’âge mais aussi au handicap ou aux contraintes liées à l’aide que l’on apporte à des personnes dépendantes. Le soutien aux aidants est insuffisant.
  • Le monde associatif dépend aujourd’hui trop souvent de ressources privées et non pérennes. L’apport des fondations est intéressant pour permettre de lancer des initiatives mais cela suppose que les pouvoirs publics puissent prendre le relais.
  • Il serait intéressant d’introduire dans la COG de la CNAF deux dimensions qui, au fil des ans, ont perdu de leur importance : le droit aux vacances pour les familles, et l’amélioration des conditions d’accueil des personnes ne pouvant avoir recours aux outils numériques ou souffrant d’isolement.

La rencontre de la fédération de Haute-Garonne du Secours Populaire à Toulouse a clôturé cette journée de concertation. La visite des locaux a permis d’illustrer l’étendue du champ d’action de la fédération : distribution de produits, espace solidarité, accompagnement et insertion scolaire, accompagnement vers l’emploi, point info juridique, accueil vacances, point info santé.

En savoir plus :
- Suivre les rencontres territoriales