Défense et Sécurité (HFDS)

HFDS (Haut Fonctionnaire de Défense et de Sécurité)

JPEG - 65.6 ko

Présentation du HFDS

Le Haut fonctionnaire de défense et de sécurité

Le ministère des Solidarités et de la santé dispose, comme tous les autres ministères, d’un Haut fonctionnaire de défense et de sécurité (HFDS). Le HFDS est le secrétaire général des ministères sociaux.

Les missions du HFDS s’inscrivent dans le cadre des dispositions du code de la défense relatives à la stratégie de sécurité nationale et à la politique de défense, en ce qui concerne la protection de la population, la permanence des institutions et la sécurité sanitaire.
Il relève directement de la ministre et a, dans l’exercice de sa mission, autorité sur l’ensemble des directions et services du ministère des Solidarités et de la santé.

Pour l’assister dans sa mission, le secrétaire général - haut fonctionnaire de défense et de sécurité dispose :

  • d’un service en propre, le « service spécialisé de défense et de sécurité », dirigé par un haut fonctionnaire adjoint de défense et de sécurité ;
  • de la « sous-direction de la veille et de la sécurité sanitaire » , placée sous la responsabilité du directeur général de la santé, haut-fonctionnaire adjoint de défense et de sécurité en charge de la défense et de la sécurité sanitaire. Pour l’exercice de cette responsabilité particulière, le directeur général de la santé est rattaché fonctionnellement au haut fonctionnaire de défense et de sécurité.

Pour la mise en œuvre de son action, le HFDS s’appuie sur un réseau de correspondants, dans les agences régionales de santé (ARS) et chez les opérateurs et établissements sous la tutelle du ministère.

Les missions du HFDS

Le HFDS anime et coordonne la politique en matière de défense, de vigilance, de prévention de crise et de situation d’urgence.
A cet effet, il veille à la diffusion des plans, des doctrines d’emploi et des directives gouvernementales en matière de défense et de sécurité et coordonne l’élaboration des plans ministériels et des instructions d’application.
Il mène les actions de sensibilisation et de formation au sein des ministères, en particulier par des exercices interministériels et ministériels de mise en œuvre des plans.
Il est chargé de l’organisation et du maintien en condition opérationnelle du dispositif ministériel de réponse aux situations d’urgence, notamment sanitaire.
Il s’assure de la mise en place et du bon fonctionnement d’un dispositif permanent de veille et d’alerte.
Il s’assure de l’élaboration et de la mise en œuvre des politiques de sécurité dans les secteurs d’activité relevant du ministère.
Ses missions de coordination et de contrôle de l’exécution des mesures nécessaires en matière de défense et de sécurité s’appliquent notamment à :

  • la protection et à la sécurité des infrastructures et des secteurs d’activités d’importance vitale coordonnés par le ministère ;
  • la protection du potentiel scientifique et technique des administrations, des opérateurs et des entreprises ;
  • la politique de sécurité des systèmes d’information du ministère et des organismes qui relèvent de son champ de compétences ;
  • la sécurité économique dans le secteur de la santé ;
  • la protection du secret de la défense nationale.

Les risques et les menaces

Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale a défini les nouvelles vulnérabilités qui pèsent sur le territoire national et sur la population.

La France et par extension l’Europe doivent ainsi se préparer à faire face :

  • au terrorisme ;
  • aux attaques majeures contre les systèmes d’information ;
  • à l’espionnage et aux stratégies d’influence ;
  • aux grands trafics criminels ;
  • aux nouveaux risques sanitaires et naturels ;
  • à des risques technologiques accrus ;
  • aux menaces sur les ressortissants et les intérêts français et européens à l’étranger.

Des vulnérabilités apparaissent parallèlement à l’émergence de nouvelles données à prendre en compte dans le champ d’action de la sécurité de la nation comme :

  • l’interpénétration croissante des menaces et des risques ;
  • la continuité entre la sécurité intérieure et la sécurité extérieure, induite par les ruptures stratégiques brutales et par le contrecoup de l’action internationale de la France sur sa sécurité intérieure.

Textes de référence :

JPEG - 15.5 ko