Guide des aides aux personnes âgées

Publié par le ministère chargé de la santé, en collaboration avec la Documentation française, le Guide des aides aux personnes âgées revient en librairie.
Tour d’horizon des différentes aides et prestations dont peuvent bénéficier les personnes âgées et leur entourage.

JPEG - 105.8 ko

Comment continuer à vivre dans son domicile ? Quels sont les tarifs des établissements et quelles prestations proposent-ils ? Quelles sont les solutions alternatives entre ces deux modes d’hébergement ?
Publié pour la première fois en mai 2015 dans la collection Aides en poche, le Guide des aides aux personnes âgées dresse un panorama des aides et des dispositifs existants pour faciliter la vie quotidienne des personnes âgées et leur entourage.
Cette deuxième édition décortique tous les nouveaux dispositifs mis en place depuis la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement (ASV).

Des aides renforcées pour les personnes âgées

Depuis le 1er mars 2016, l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) à domicile a été améliorée et revalorisée. Cette hausse de l’allocation et la réduction de la participation financière au plan d’aides permettent d’alléger le reste à charge des bénéficiaires et ainsi favoriser la lutte contre le non-recours aux droits.
Destinée aux personnes d’au moins 60 ans en perte d’autonomie, cette allocation aide à payer les coûts nécessaires pour le maintien à domicile. Inscrites dans un plan d’aides, ces dépenses peuvent concerner de l’équipement spécifique, de l’aide à domicile, du portage de repas, ou encore des services rendus par un accueillant familial.

Des nouveaux droits pour le proche aidant

Afin qu’ils puissent continuer à vivre dans leur cadre habituel, les personnes âgées en perte d’autonomie peuvent s’entourer d’un proche aidant dont les droits ont été renforcés par la loi de 2015. Parmi eux :
- Le droit au répit : il permet au proche aidant de se reposer ou de se dégager du temps. Un dispositif de relais à domicile ou un accueil temporaire en établissement est ainsi mis en place pour la personne âgée.
- Une aide ponctuelle en cas d’hospitalisation de l’aidant  : l’APA à domicile peut alors être réévaluée afin de financer un hébergement temporaire de la personne aidée ou obtenir un relai à domicile.
- Le congé de proche aidant  : il remplace désormais le congé de soutien familial et est ouvert aux aidants sans lien de parenté avec la personne âgée. Par ailleurs, la loi « Travail » du 8 août 2016 allège ses conditions d’obtention à un an d’ancienneté contre deux ans auparavant.

Un coût de l’hébergement plus transparent

Quand vivre à domicile n’est plus possible, la personne âgée peut être accueillie en maison de retraite ou en établissement pour personnes âgées dépendantes (Éhpad).
Dans un souci de transparence et afin de pouvoir comparer les prix de ces établissements, un socle de prestations communes est désormais fixé par le décret du 30 décembre 2015.

Des nouvelles missions confiées aux résidences-autonomie

La résidence-autonomie (ex. logement-foyer) est une des solutions d’hébergement intermédiaires entre le domicile et l’établissement. Ses missions ont été élargies avec la loi du 28 décembre 2015. Les résidences-autonomie peuvent désormais accueillir des personnes âgées en perte d’autonomie et, par conséquent, adapter leur projet d’établissement. Par ailleurs, de nouvelles attributions leur ont été confiées et notamment la prévention de la perte d’autonomie. Elles ont l’obligation de proposer à leurs résidents des prestations minimales pour le développement du lien social, le maintien ou l’entretien des facultés physiques et des activités physiques.

Infos pratiques
Guide des aides aux personnes âgées – 128 pages, 6 €, deuxième édition.
En vente dans toutes les librairies et sur le site de la Documentation française.