Relations bilatérales avec la Chine

Dans le domaine de la santé, la France jouit en Chine, en particulier depuis son appui en 2003 à la gestion de l’épidémie du SRAS, d’un crédit très favorable. Notre coopération en santé s’appuie sur un partenariat médical ancien avec des échanges liés, depuis plus d’une vingtaine d’années, au développement de quatre filières francophones de formation médicale.

La coopération franco-chinoise dans le domaine de la santé

Un accord de 2008 a donné lieu à un partenariat soutenu, notamment sur le plan de l’offre de soins :

  • Création à Pékin d’un centre franco-chinois de formation aux professions de santé.
  • Formation des médecins généralistes : ce programme a pour objectif de développer des soins de premier recours de qualité et accessibles au plus grand nombre alors que la médecine est quasi exclusivement spécialisée et qu’il n’y a que peu de médecins généralistes.
  • Constitution d’équipes médicales dans les zones rurales et organisation territoriale de l’offre de soins en relation avec l’hôpital : l’expérience française du schéma régional d’organisation sanitaire (SROS), a permis de développer des échanges entre certaines provinces volontaires pour la mise en œuvre expérimentale de « SROS à la chinoise », ciblés sur la coordination de l’offre de soins dans des domaines de santé publique jugés prioritaires (périnatalité, urgences, santé mentale).
  • Coopération concernant les hôpitaux publics : Cette coopération se décline autour de plusieurs axes : développement de partenariats entre les centres hospitaliers universitaires français (17 CHRU impliqués) et hôpitaux chinois des 16 villes et 15 provinces/ municipalités volontaires.
  • Amélioration de la prévention, du contrôle et de la prise en charge des maladies infectieuses (en particulier grippe aviaire, VIH /SIDA, tuberculose) : Un accord de 2004 a prévu entre autres la création de l’Institut Pasteur à Shanghai et la réalisation d’un laboratoire de niveau de sécurité biologique (P4) à l’Institut de Virologie de Wuhan (IVW) sous la responsabilité de l’Académie des Sciences de Chine.

A la demande du Centre national de contrôle des maladies (CDC), la coopération a été orientée vers la lutte contre la maladie pieds-mains-bouche) dont les épidémies récurrentes entraînent des centaines de morts tous les ans. C’est aussi la recherche sur un vaccin qui a été privilégiée avec l’Institut Pasteur de Shanghai.

Les autres partenariats en cours

  1. Une importante coopération dans les domaines de la radio-physique médicale et de la radioprotection pour une formation diplômante, qui a permis de former plusieurs centaines de radio physiciens dans toute la Chine ;
  2. Les journées médicales françaises itinérantes (JMFI) : il s’agit de journées de formation continue organisées depuis 2008 tous les ans dans plusieurs grandes villes de Chine, et faisant venir des spécialistes et experts renommés français. En 2008 et 2009, elles portaient sur les maladies infectieuses et en 2010 sur les maladies chroniques, le cancer et l’éducation thérapeutique du patient. Ces journées ont mobilisé près de 1.500 professionnels chinois ;
  3. La collaboration dans le champ de la prévention et de l’éducation pour la santé : la prévention des principaux facteurs de risques pour les maladies cardio-vasculaires et les cancers - alcool, tabac, manque d’activité physique, déséquilibres nutritionnels – reste très limitée en Chine. Mais le poids croissant des maladies chroniques attire l’attention des autorités sanitaires sur l’importante de mettre en place des programmes de prévention efficaces, s’inscrivant dans la durée pour entraîner des changements de mentalités et de comportements. C’est dans ce cadre qu’une collaboration a été établie entre le centre national chinois d’éducation pour la santé (CCHE) et, du côté français, l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) et l’institut national de veille sanitaire (InVS).

La coopération franco-chinoise dans le domaine des affaires sociales

Dans le champ de la protection sociale, les réformes en cours dans les domaines des principaux risques - maladie, vieillesse, chômage, accidents du travail, maternité - sont multiples. Les échanges dans ce domaine se développent sur deux niveaux :

  • Formations et échanges d’expériences pour la mise en place d’un système de sécurité sociale et plus largement de protection sociale.
  • La négociation d’une convention bilatérale de sécurité sociale pour éviter que les entreprises françaises, installées en Chine ayant des salariés affiliés au régime français soient soumises à une double cotisation.