Relations bilatérales avec le Maroc

Deux accords franco-marocains de 2005 et 2010 visent à assurer la mise en place d’une couverture médicale de base et à améliorer la protection sociale au Maroc.

Le cadre institutionnel

Les principaux axes d’action étant :

  • L’extension de l’assurance maladie obligatoire à l’ensemble de la population marocaine.
  • La mise en place d’un régime spécial de couverture pour les étudiants, les professions libérales et les travailleurs indépendants, ainsi que d’un Régime d’assistance médicale pour les démunis (RAMED).
  • La rénovation du dispositif législatif et réglementaire relatif à la prise en charge des accidents du travail et des maladies professionnelles.
  • L’amélioration du fonctionnement du système de santé et de la formation dans le domaine médical.
  • L’amélioration de la protection sociale au Maroc dans tous les domaines (accidents du travail, famille, chômage, retraites,…).

Plus généralement, l’accord a aussi pour vocation de :

  • Rapprocher les conditions du marché du travail marocain des exigences européennes et internationales en matière de travail décent, de protection sociale des travailleurs et d’accès aux soins, et ainsi permettre des migrations plus équilibrées et respectueuses des personnes (réduction de la « concurrence sociale » sur la main d’œuvre, réduction du risque migratoire pour soins médicaux).
  • Augmenter la productivité de la main d’œuvre locale, notamment des 750 filiales d’entreprises françaises implantées au Maroc par une amélioration de ses conditions sanitaires et sociales.
  • Offrir un système de santé et de protection sociale de qualité aux 80.000 Français résidents au Maroc et, pour ce qui est de l’offre de soins, aux plus de 3 millions de touristes français se rendant chaque année au Maroc.

Les perspectives

La France accompagne aussi, via l’AFD Maroc, un certain nombre de réformes structurelles : réforme du système de soins de santé primaire, soutien à l’urgence médicale (avec SAMU de France), à la greffe rénale (avec l’Agence de biomédecine)…

Dans le domaine de la santé, les prochains axes de coopération porteront sur :

  • Le développement de Polycliniques de la Caisse nationale de sécurité sociale-CNSS.
  • Le management des établissements de soins.
  • La politique du médicament.
  • Les dispositifs médicaux.
  • Le don d’organes.
  • Les maisons de retraite médicalisées.

En matière de protection sociale, les principaux chantiers sont :

  • Les retraites.
  • La protection sociale.
  • La réforme du code de la mutualité.

En matière sociétale enfin, plusieurs réformes ont vocation à prendre de l’ampleur dans les prochaines années :

  • Le travail des « petites bonnes ».
  • La place des femmes dans la société.
  • Les violences faites aux femmes.
  • Les droits des personnes handicapées.