Assemblée mondiale de la santé : Agnès Buzyn porte les priorités de la France (20-21 mai)

La ministre des Solidarités et de la Santé, Mme Agnès Buzyn, a participé à la 71ème Assemblée mondiale de la santé, réunie le 21 mai 2018 au Palais des Nations à Genève. À cette occasion elle a notamment pu rencontrer, en marge des célébrations autour des 70 ans de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Président de la Confédération suisse, les ministres de la santé de nombreux pays (Allemagne, Canada, Japon, Royaume-Uni, Mali, Côte d’Ivoire, Tchad, Niger, Burkina Faso et Sénégal), le Directeur général de l’OMS et les Directeurs exécutifs du Fonds Mondial et d’UNITAID. Elle a par ailleurs porté à haut niveau les priorités de la France à l’échelle mondiale pour promouvoir la couverture sanitaire universelle, renforcer la lutte contre les pandémies et développer la coopération internationale.

PNG - 542.4 ko

A cette occasion, la ministre a rappelé son engagement en faveur de l’objectif du triple milliard, fixé par l’OMS :

  • Un milliard de personnes ayant une couverture santé
  • Un milliard de personnes protégées des épidémies
  • Un milliard de personnes dont la santé sera améliorée

Elle a également pu porter à haut niveau les priorités de la France à l’échelle mondiale :

1) Promouvoir l’universalité de la couverture de santé

Lors de son allocution à l’Assemblée mondiale de la santé, Agnès Buzyn a rappelé l’engagement de la France pour l’universalité de la couverture de santé et le renforcement des systèmes de santé.

« L’universalité de l’accès aux soins est pour moi consubstantielle et inséparable de l’exercice de la médecine. Elle véritablement au cœur de notre système de santé […] Elle est la cible de l’Agenda 2030, que tous les Etats ici présents, se sont engagés à atteindre. » a affirmé Agnès Buzyn

Elle a par ailleurs exposé les objectifs fixés au niveau national en la matière :

  • Une politique active de prévention contre les inégalités (notamment entre les femmes et les hommes et les différents groupes sociaux), et en particulier en direction des jeunes.
  • Un reste à charge zéro pour les assurés sociaux pour les dépenses de santé dans les secteurs de l’optique, des audioprothèses et du dentaire d’ici 2022.
  • Un égal accès aux soins sur l’ensemble du territoire via une présence soignante adéquate partout, à travers notamment le renforcement de l’offre de soins de premier recours et la mise en œuvre de la révolution numérique.

2) Renforcer la lutte contre les pandémies

Conformément à la décision du Président de la République, Agnès Buzyn a annoncé la tenue de la sixième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial en 2019. Cette réunion constituera un rendez-vous crucial pour recueillir des fonds et mobiliser les partenaires dans l’optique d’éradiquer le sida, la tuberculose et le paludisme d’ici 2030, comme le prévoient les Objectifs de développement durable.

« La santé est une priorité de l’action de la France dans le monde, c’est pour cela que la France réunira en 2019 les acteurs engagés dans la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme »

Dans le cadre des partenariats internationaux, la ministre a rappelé l’engagement et la contribution de la France :
- au Fonds Mondial : à hauteur de 4,5 milliards depuis 2002
- à l’initiative GAVI, alliance mondiale du vaccin : 465 millions d’engagements prévus entre 2016-2020
- à UNITAID : plus d’un milliard d’euro depuis 2006

3) Développer la coopération internationale

au sein de l’espace francophone
Elle s’est exprimée sur la nécessité de renforcer la coopération avec les pays francophones, au cours d’un événement sur la promotion de la santé des jeunes organisé avec des ministres de la santé des pays francophones qu’elle a présidé aux côtés de Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et du Dr Tedros, Directeur Général de l’OMS.

avec l’Afrique sahélienne et occidentale
Lors d’une réunion de travail à la mission permanente de la France à Genève, Agnès Buzyn a rencontré certains de ses homologues d’Afrique de l’Ouest et du Sahel - Burkina Faso, Mali, Niger, République de Côte d’Ivoire, Sénégal, Tchad – pour échanger autour des enjeux en matière de renforcement des systèmes de santé, d’accès aux soins, de santé mère-enfant ainsi que de santé sexuelle et reproductive . Les ministres ont exprimé une volonté commune de coopération renforcée avec la France au niveau bilatéral et dans le cadre régional.