Parents : en été, redoublez de vigilance !

Les enfants sont particulièrement vulnérables aux affections liées à la chaleur (déshydratation, hyperthermie, coup de chaleur). En période estivale, il est donc essentiel de les prévenir, les reconnaître et les traiter.

PNG - 425.5 ko

Comment protéger son enfant du soleil ?

Un enfant ne doit pas être exposé au soleil entre 12 heures et 16 heures. Une exposition prolongée au soleil ou à une atmosphère surchauffée multiplie le risque d’insolation ou de coup de chaleur. D’une manière générale, veillez à limiter les durées d’exposition.

Quels que soient l’heure et le lieu d’exposition, protégez le de la chaleur en veillant à ce qu’il porte un t-shirt, un chapeau et des lunettes de soleil. Toutes les parties non couvertes de vêtements (visage et corps) exposées au soleil doivent être crémées toutes les deux heures.

Cette double protection, combinée à une hydratation régulière, est la meilleure alliée contre les rayonnements ultraviolets.

Il est strictement déconseillé d’exposer au soleil les enfants de moins de 6 mois.

Boire régulièrement pour éviter la déshydratation
Les enfants se déshydratent lorsqu’ils perdent plus de liquide corporel en transpirant ou en urinant qu’ils n’en consomment.
Chez l’enfant de moins de 6 mois, la perte d’eau peut être très rapide. Ameli Santé rappelle que le corps du nourrisson est riche en eau ; sa fragilité est donc maximale : « l’eau représente 75 % à 80 % du poids d’un nouveau-né, 65 % de celui du nourrisson de plus d’1 an. »
En interférant avec la capacité du corps de contrôler sa température, cette déshydratation augmente les risques d’affections liées à la chaleur.
Une perte de poids anormale, des urines moins abondantes et plus foncées peuvent être les signes d’une déshydratation.

Il est recommandé de faire boire régulièrement les jeunes enfants.

Pour aller plus loin :

L’impact des fortes chaleurs, des symptômes faciles à détecter

Ces symptômes, qui peuvent être nombreux ou limités à quelques-uns, sont rapidement décelables chez les enfants :

  • forte fièvre : chaleur interne pouvant atteindre plus de 40 degrés ;
  • bouche sèche ;
  • pouls rapide ;
  • somnolence anormale ;
  • hyperexcitabilité ;
  • yeux creux et pupilles dilatées ;
  • nausées et vomissements ;
  • perte de conscience.

Devant de tels symptômes, placez votre enfant à l’ombre, déshabillez et rafraîchissez le, faites le boire et mouillez sa peau.
Il faut intervenir rapidement, car un coup de chaleur non soigné peut entraîner un coma et des séquelles irréversibles. Si les symptômes sont sévères et si la situation dure depuis un certain moment, appelez le 15.

En voiture, des niveaux de température mortels

Selon l’association prévention routière, même avec une température extérieure assez fraîche (15°C-20°C), la température à l’intérieur d’un véhicule peut grimper au-delà des 45°C. L’augmentation peut être fulgurante, de l’ordre de 10°C en seulement 10 minutes !
Il ne faut donc jamais laisser un enfant dans une voiture immobilisée au soleil. En cas de trajet en voiture par forte chaleur, il faut prévoir des vêtements amples pour l’enfant, en coton et de couleur claire et penser à le faire boire et à le rafraîchir régulièrement. Avec un brumisateur par exemple.

Pour aller plus loin :

Fenêtre ouverte = danger

Les grosses chaleurs estivales nous poussent tout naturellement à ouvrir les fenêtres. Pourtant, ce geste, aussi banal soit-il, peut constituer un véritable danger pour les enfants.

Un enfant ne doit jamais être laissé seul près d’un balcon ou d’une fenêtre ouverte. Aucun mobilier ne doit être entreposé près d’une de ces dernières. Le risque est que l’enfant perde l’équilibre et chute gravement.

Chaque année, des dizaines de défenestrations d’enfants de moins de 15 ans ont lieu. Ces chutes accidentelles touchent particulièrement les enfants de moins de 6 ans (62 %).