Pendant l’été, gare aux piqûres et aux morsures

L’été, c’est la saison des randonnées, des balades dans la nature, des activités dans le jardin, des repas en terrasse… C’est aussi la saison où moustiques, tiques, abeilles, frelons et vipères sont de sortie et peuvent piquer ou mordre, avec des conséquences parfois graves pour la santé.

Les piqures de moustiques tigres et de tiques sont susceptibles de transmettre des maladies infectieuses, telles que la dengue, le zika, le Chikungunya ou la maladie de Lyme (pour les tiques). Les piqûres d’abeilles, de guêpes et de frelons peuvent provoquer de graves allergies. Quant aux morsures des vipères, elles peuvent occasionner des problèmes médicaux par envenimation.

JPEG - 1 Mo

Se protéger pendant les promenades et dans son jardin

Pendant une activité nature, pour se protéger des piqûres et morsures :
- Je porte des chaussures et des vêtements couvrants (jambes et bras), un chapeau et je rentre le bas de mon pantalon dans les chaussettes ;
- Je reste sur les chemins, j’évite les broussailles, les fougères et les hautes herbes. J’évite de soulever les pierres et les tas de bois ;
- J’applique des répulsifs contre les insectes sur la peau et/ou sur les vêtements, en respectant leur mode d’emploi ;
- Chez moi, je supprime les eaux stagnantes et je débroussaille les herbes hautes.

Qui sont les nuisibles de l’été

Le moustique tigre

JPEG - 27.3 ko

Reconnaissable à ses rayures noires et blanches sur le corps et les pattes, le moustique tigre peut être vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya ou le zika. Il pique durant la journée.

  • Je me protège en adoptant les bons gestes pour éviter de me faire piquer ;
  • Si je suis dans une zone où est implanté le moustique tigre et que je ressens les symptômes suivants : fièvre brutale ou modérée, grande fatigue, douleurs musculaires ou articulaires, maux de tête, conjonctivite, je consulte sans tarder un médecin et je continue à me protéger des piqûres.

Si je vois un moustique tigre, je peux le signaler sur www.signalement-moustique.fr. L’ensemble de la population peut participer à la surveillance de cette espèce afin de mieux connaître sa répartition. il s’agit d’une action citoyenne permettant ainsi de compléter les actions mises en place.

→ Consultez le dossier "Moustiques vecteurs de maladie"

La tique

JPEG - 6.3 ko

Ovale et plate, d’une taille de 3 à 6 mm, la tique est susceptible de transmettre différentes maladies, dont la maladie de Lyme.

  • Je me protège en adoptant les bons gestes pour éviter de me faire piquer ;
  • Si après une activité dans la nature, je repère une ou des tiques sur mon corps, je les retire immédiatement avec un tire-tique, et je désinfecte la zone avec un antiseptique. Si une plaque rouge et ronde qui s’étend en cercle à partir de la zone de piqûre ou d’autres symptômes (fièvre, paralysie, etc.) apparaissent dans le mois qui suit la piqûre, je consulte sans tarder un médecin.

→ Consultez le dossier sur "La maladie de Lyme"

La vipère
La vipère a une tête triangulaire, la pupille fendue verticalement, le museau retroussé et des crochets. Son venin peut causer des douleurs et un gonflement au niveau de la morsure mais aussi des symptômes digestifs, cardiovasculaires et respiratoires. Dans de rares cas, la morsure peut être mortelle.

  • Je me protège en adoptant les bons gestes pour éviter de me faire piquer ;
  • Si j’ai été mordu, j’appelle immédiatement les urgences en faisant le 15 ou le 112. En attendant les secours, je reste calme et j’ôte tout ce qui peut serrer la zone mordue (bagues, montres, chaussures etc.). Je désinfecte la plaie avec un antiseptique et j’immobilise le membre mordu pour ralentir la propagation du venin.

Les guêpes, abeilles, bourdons et frelons
Dans la majorité des cas, les piqûres de guêpe, d’abeille, de bourdon ou de frelon provoquent une réaction locale. Chez certaines personnes, elles peuvent déclencher des réactions toxiques et/ou allergiques, pour lesquelles une hospitalisation est souvent nécessaire.

  • Si je suis piqué, je retire rapidement le dard avec l’ongle ou avec une carte de crédit (ne pas utiliser de pincette) ;
  • En cas de piqûre à la main, j’enlève mes bagues pour ne pas gêner la circulation du sang si un gonflement se développe ;
  • Je désinfecte à l’eau et au savon, puis j’applique une solution antiseptique ;
  • En cas de douleur intense, je prends un antidouleur par voie orale ;
  • Je vérifie si je suis en ordre de vaccination contre le tétanos.

- Si la réaction locale s’aggrave dans les jours qui suivent la piqûre ou si des signes généraux d’infection tels que de la fièvre et/ou des frissons se développent, je consulte sans tarder un médecin ;
- En cas de piqûre dans la bouche ou dans la gorge, je suce un glaçon et je consulte immédiatement un médecin ou je me rends aux urgences ;
- En cas de réaction allergique, j’appelle immédiatement le 15 ou le 112, je m’allonge et je surélève mes jambes. Si je suis allergique, je peux demander à mon médecin de me prescrire une trousse d’urgence et j’informe mon entourage et mes amis de ce risque allergique.