Engagement 2 : Faciliter l’installation des jeunes médecins dans les territoires fragiles

- Installation de 1 000 généralistes ou autres spécialistes grâce aux contrats de praticien général de médecine générale ou ambulatoire (PTMG/PTMA) d’ici 2017
- Objectif de 1 700 bourses versées d’ici 2017 dans le cadre des contrats d’engagement de service public (CESP)
- Simplification et mobilisation de l’ensemble des dispositifs d’aide à l’installation

Les enjeux

En partant des attentes exprimées par les jeunes médecins, le Pacte territoire santé a mis en place des mesures pour favoriser et sécuriser leur installation.

Grâce au déploiement des contrats d’engagement de service public (CESP), plus de 1 300 étudiants ou internes se sont déjà engagés à s’installer dans un territoire manquant de professionnels, en contrepartie d’une allocation versée pendant leurs études.

D’ores et déjà, plus de 80 jeunes médecins ayant souscrit au dispositif sont installés en zone sous-dense.
Les contrats de praticien territorial de médecine générale (PTMG) encouragent l’installation des jeunes médecins dans les territoires fragiles en leur apportant une garantie de revenus et des avantages sociaux.
A ce jour, près de 480 professionnels bénéficient ou ont déjà bénéficié de la mesure.

Par ailleurs, il existe plusieurs types de zonage pour définir les territoires fragiles. Or à chaque type de zonage correspond aujourd’hui des aides différentes. Cette superposition des zonages nuit à la clarté et à l’efficacité de la politique de soutien à l’installation : le dispositif doit être simplifié.

Les actions

  • Favoriser l’installation dans des territoires manquant de médecins :
    • en revoyant à la hausse la cible des CESP signés pour la porter de 1 500 à 1 700 d’ici 2017
    • en facilitant, d’ici 2017, l’installation de 1 000 médecins généralistes ou d’autres spécialistes grâce aux contrats de praticien de médecine générale (PTMG) ou ambulatoire (PTMA). Des améliorations seront apportées au contrat de PTMG pour le rendre encore plus attractif : une partie de ses avantages (par exemple, congé maternité et maintenant paternité) sera étendue aux autres médecins spécialistes dès la fin de l’année.
  • Simplifier la définition des territoires aidés, en adoptant un seul zonage pour les mesures incitatives à l’installation. Cela, sur la base d’un travail concerté – et actualisé régulièrement – entre ARS, élus et représentants des professionnels. Cette mesure est inscrite dans le projet de loi de modernisation de notre système de santé.
JPEG - 222.9 ko