Prévention des risques liés au bruit

Le bruit constitue une nuisance très présente dans la vie quotidienne des français : 86% d’entre-eux se déclarent gênés par le bruit à leur domicile. Au-delà de la gêne, l’excès de bruit a des effets sur la santé, auditifs (surdité, acouphènes…) et extra-auditifs (pathologies cardiovasculaires…). L’amélioration de l’environnement sonore est l’une des actions phares du Plan National Santé Environnement 3. Plusieurs dispositions en faveur d’une prévention renforcée des troubles auditifs en particulier auprès des jeunes figurent dans la loi de modernisation de notre système de santé de janvier 2016. Le ministère de la santé est particulièrement impliqué dans la prévention des risques liés aux expositions à des hauts niveaux sonores à travers des actions réglementaires et de promotion de la santé.

Actualité

Des évolutions réglementaires ont été introduites pour mieux protéger l’audition du public dans les lieux diffusant des sons amplifiés à des niveaux sonores élevés, et favoriser la tranquillité des riverains de ces lieux : consulter la page dédiée "Règlementation relative à la prévention des risques liés au bruit et aux sons amplifiés"

Recommandations sanitaires

L’écoute de la musique à un niveau sonore élevé et pendant longtemps, met vos oreilles en danger. Un seul traumatisme sonore suffit pour abîmer vos oreilles à vie et entraîner une perte auditive irréversible. Pour que la musique reste un plaisir tout au long de votre vie, pensez à protéger votre audition.

Les bons gestes à adopter lots d’un festival, en discothèque ou en concert :
- s’éloigner des enceintes ;
- faire des pauses régulières dans une zone calme ;
- porter des bouchons d’oreilles.

Population sensibles :

- Pour les femmes enceintes : l’exposition à des niveaux sonores élevés peut provoquer des séquelles auditives irréparables chez le fœtus dans les trois derniers mois de grossesse. Aucun dispositif ne peut protéger le fœtus en dehors de l’évitement des forts niveaux sonores. Si vous êtes enceinte, évitez l’exposition à des niveaux sonores élevés. En cas d’exposition, adoptez les bons gestes susmentionnés.

- Pour les bébés et jeunes enfants : les oreilles d’un bébé ou d’un enfant sont plus fragiles que celles d’un adulte. Parent ou accompagnateur d’un enfant, c’est à vous de le protéger des niveaux sonores élevés. Préférez faire garder votre enfant si vous souhaitez assister à un concert ou à un festival. En cas d’exposition, adoptez les bons gestes susmentionnés.

Les bons gestes à adopter pour l’écoute au casque ou avec des écouteurs :

- limiter le volume à moitié du maximum de l’appareil et limiter la durée d’écoute ;
- utiliser les casques ou écouteurs fournis avec l’appareil, ils garantissent un volume sonore de 100dB maximal autorisé ;
- attendre d’être dans un endroit calme pour régler le volume et ne pas l’augmenter pour couvrir les bruits ambiants ;
- ne pas s’endormir avec un casque ou des écouteurs en fonctionnement.

Si vous avez une sensation d’oreilles cotonneuses, des sifflements ou bourdonnements :

Si ces sensations persistent plusieurs heures après l’exposition à des niveaux sonores élevés (boîte de nuit, concert, détonation d’arme à feu, explosion…) ou après une nuit de sommeil, consultez rapidement médecin. Un traitement rapide peut éviter ou réduire des effets irréversibles tels que des acouphènes ou une perte auditive.

Vidéo "Comment bien mettre ses bouchons d’oreille" (Santé publique France)

Les effets du bruit sur la santé

- effets directs sur l’audition :
- surdité d’apparition progressive et insidieuse,
- acouphènes : bourdonnements ou sifflements d’oreilles désagréables, ponctuels ou permanents,
- hyperacousie : extrême sensibilité aux sons.

L’apparition d’un ou plusieurs de ces symptômes justifient une consultation médicale. Il est important de faire contrôler régulièrement son audition..

- effets extra-auditifs : perturbation du sommeil, gêne, effets sur les attitudes, les comportements, les performances et l’intelligibilité de la parole. A long terme, le bruit joue également un rôle aggravant sur des pathologies telles que cardio-vasculaires.

Pour en savoir plus :

Autres ressources :

Liens utiles

Partenaires institutionnels :

Associations :