La prévention des AVC

La survenue d’un accident vasculaire cérébral (AVC) est favorisée par des facteurs de risque clairement établis, en majorité associés au mode de vie et accessibles à la prévention. Ces facteurs de risque des accidents vasculaires cérébraux, qu’ils soient hémorragiques (rupture d’un vaisseau cérébral) ou ischémiques (obstruction d’un vaisseau cérébral) sont aujourd’hui bien connus.

JPEG - 14.7 ko

Les facteurs de risque

Dix facteurs de risques déterminés par le mode de vie (et donc potentiellement modifiables) sont associés à la survenue de 90% des AVC :

-  L’antécédent d’hypertension artérielle, qui contribue à 40% au risque d’AVC (risque multiplié par 2, et par 5 chez les moins de 55 ans) ;
-  Le tabagisme, qui triple le risque d’AVC ;
-  L’obésité abdominale, évaluée par le rapport du tour de taille/tour de hanche, qui contribue à hauteur de 36% à l’AVC ;
-  Une alimentation non équilibrée contribue à hauteur de 33% au risque d’AVC ;
-  Le manque d’activité physique ;
-  La consommation d’alcool ;
-  La fibrillation atriale, qui est le premier facteur de risque d’origine cardiaque, avec un risque multiplié par 4 ;
-  Les facteurs psychosociaux (stress, dépression, isolement social…) ;
-  Un diabète, pour l’AVC ischémique ;
-  Une concentration trop élevée d’un ou plusieurs lipides présents dans le sang (cholestérol, triglycérides…).

Comment prévenir ?

PNG - 305.5 ko

Luttez contre l’hypertension

Tous les âges de la vie sont concernés par ces facteurs de risque. Ainsi, la lutte contre l’obésité de l’enfant prévient le diabète et les pathologies cardio-neuro-vasculaires du futur adulte.

Cependant, il n’est jamais trop tard pour initier des actions de prévention : le risque des fumeurs peut être diminué pour rejoindre celui des non-fumeurs, deux à cinq ans après l’arrêt de leur consommation de tabac. De même, pratiquer une activité physique régulière peut diminuer d’un tiers le risque d’AVC.

L’hypertension, est un facteur de risque majeur pour le cœur et le cerveau, les vaisseaux sanguins subissent en permanence une pression élevée.

La tension artérielle normale d’un adulte est établie à 120 mmHg (mm de mercure) quand le cœur se contracte (pression systolique) et à 80 mmHg quand le cœur se relâche (pression diastolique). Quand la pression artérielle systolique est supérieure ou égale à 140 mmHg et/ou que la pression artérielle diastolique est supérieure ou égale à 90 mmHg, la tension artérielle est considérée comme élevée.

En France, environ 15 millions de personnes sont hypertendues et près de 11 millions de personnes sont traitées.

Le traitement de l’hypertension associe la mise en place de règles d’hygiène de vie (manger moins salé, perdre quelques kilos en cas de surpoids, exercer ou reprendre une activité physique, arrêter de fumer..) et un traitement médicamenteux. Le traitement doit non seulement être conduit le plus souvent sur le long terme et doit être suffisamment efficace pour prévenir les accidents cardio-neuro-vasculaires.

Bien plus qu’une contrainte, le traitement de l’hypertension doit être perçu comme un moyen de vivre plus longtemps et sans incapacité. En effet l’espérance de vie des patients hypertendus traités est identique à celle de la population non touchée par ce facteur de risque.

Source :

Direction générale de la santé
Sous–direction Promotion de la santé et prévention des maladies chroniques
14, av Duquesne 75350 Paris 07 SP