Dispositif de prévention et de lutte contre la Maladie à virus Ebola

La France se prépare depuis plusieurs années à la gestion de ce type d’événements sanitaires émergents et dispose d’établissements de santé de référence et de laboratoires de très haute sécurité pour faire face, si nécessaire, à ce type de virus.

Conformément au plan national de prévention et de lutte « maladie à virus Ebola », la stratégie développée à ce jour par le Ministère des Solidarités et de la Santé vise à limiter l’introduction du virus sur le territoire tout en préparant la riposte et en assurant une information régulière, en toute transparence, des acteurs sanitaires concernés.

Cette stratégie initiale repose notamment sur :

- la sensibilisation et la diffusion de recommandations sanitaires auprès du secteur humanitaire français intervenant sur la zone à risque en collaboration avec le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) ;

- l’organisation du dispositif de rapatriement des ressortissants français malades en collaboration avec le MEAE ;

- la préparation du dispositif de prise en charge des cas suspects en lien avec les Agences régionales de santé (ARS), les établissements de santé et les établissements de santé de référence ;

- la sensibilisation des professionnels de santé sur la situation épidémiologique et les modalités de prise en charge le cas échéant ;

- la mobilisation de l’expertise concernant l’évaluation du risque d’importation sur le territoire national et la mise à disposition des moyens diagnostiques et thérapeutiques contre Ebola.

Le ministère des Solidarités et de la Santé apporte également un appui à la riposte locale :

- appui aux laboratoires de biologie médicale en zone à risque, dans le cadre du réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN),
- mobilisation de la réserve sanitaire en appui de la zone à risque.

C’est le Centre opérationnel de réception et de réponse aux urgences sanitaires et sociales (CORRUSS) qui assure l’animation et la coordination des différentes réunions interministérielles et le suivi de la situation épidémiologique en contribuant aux différentes réunions organisées par la Commission européenne.