Questions pratiques : les salaires de l’aide à domicile

Depuis le 1er octobre 2021, une hausse de salaire est entrée en vigueur pour les professionnels de l’aide à domicile. Cette augmentation, qui s’intègre dans la stratégie du gouvernement pour revaloriser ces métiers, entraîne une modification de la convention collective du secteur, inscrite dans son avenant 43. Ce dernier résulte d’un accord entre partenaires sociaux, agréé par la ministre déléguée en charge de l’autonomie.

Qui est concerné, comment cette augmentation est-elle calculée, quel est son montant… retrouvez sur cette page les réponses à vos questions pratiques.

Hausse de salaires des aides à domicile : qui est concerné ?

Tous les salariés du secteur de l’aide à domicile du secteur associatif, dont l’employeur est adhérent de la branche de l’aide à domicile, sont bénéficiaires de cette revalorisation, quels que soient leur diplôme et l’emploi occupé.

L’avenant de la convention collective a été signé par les principales fédérations du secteur (ADMR, UNA, ADEDOM). Il s’agit de 210 000 salariés concernés.

Un mécanisme d’extension est prévu. Même si votre employeur n’est pas affilié à une fédération nationale signataire, vous êtes bénéficiaire de cette revalorisation.

A combien s’élève la hausse de rémunération ?

Les salariés de la branche de l’aide à domicile percevront en moyenne une revalorisation de 15 %. Cette augmentation peut ainsi se traduire par un gain pouvant aller jusqu’à 300 euros brut mensuels (200 à 250 euros net).

Comment est calculée cette augmentation ?

Une nouvelle classification des emplois et des compétences a été négociée avec les partenaires sociaux (fédérations d’employeurs et organisations syndicales). Elle vise à faciliter les évolutions de carrière au sein de la branche de l’aide à domicile et de et les mobilités entre différents employeurs.

Concrètement, la revalorisation des rémunérations est calculée individuellement et tient compte :
 

  • Des diplômes ;
  • De l’ancienneté ;
  • Des contraintes d’activité ;
  • Du niveau de complexité et de responsabilité et des fonctions complémentaires de tutorat ou de supervision de stage.
     

Par exemple :

 

  • Un agent à domicile de catégorie A sans ancienneté (1ère année) touche désormais une rémunération de 1 573 € / mois soit une augmentation de 33,5 € brut / mois ;
  • Un agent à domicile avec 10 ans d’ancienneté touche désormais une rémunération de 1 749 € / mois soit une augmentation de 227 € brut / mois.

Depuis quand cette revalorisation est-elle en vigueur ?

Cette revalorisation est en vigueur depuis le 1er octobre 2021.

Qui finance cette revalorisation ?

Dans le cadre d’une application de cet avenant, au 1er octobre prochain, le surcoût pour les départements s’élèverait à 75 millions d’euros en 2021, compensé par l’État à hauteur de 70 %, par l’intermédiaire de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), soit un coût résiduel pour les départements de 22 millions d’euros. À partir de 2022, l’État couvrira 50 % de la dépense supplémentaire.