Garantie européenne de l’enfance : première réunion des coordinateurs nationaux avec Virginie Lasserre, représentante de la France

En 2019, la présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, avait annoncé la création d’une Garantie européenne pour l’enfance en vue de garantir que « chaque enfant en Europe menacé de pauvreté ou d’exclusion sociale ait accès aux droits les plus fondamentaux comme les soins de santé et l’éducation ».

La Garantie européenne pour l’enfance, adoptée par le Conseil en juin 2021, a pour objectif de prévenir et combattre l’exclusion sociale en garantissant l’accès des enfants dans le besoin à un ensemble de droits clés :
 

  • Éducation de la petite enfance et garde ;
  • Éducation et activités en milieu scolaire ;
  • Soins de santé ;
  • Nutrition ;
  • Logement.

Alors que la plupart des enfants de l’UE ont déjà accès à ces services, un accès véritablement universel est essentiel pour garantir l’égalité des chances à tous les enfants, en particulier à ceux qui subissent l’exclusion sociale en raison de la pauvreté ou d’autres formes de désavantage.

La Garantie européenne pour l’enfance, pour être efficace, doit s’inscrire dans le cadre d’un ensemble large de mesures intégrées et opérationnelles dans chaque pays. Aussi, la toute première réunion des coordinateurs nationaux de la Garantie européenne pour l’enfance s’est tenue lundi 18 octobre 2021, pour :
 

  • Elaborer des plans d’actions nationaux pour la mise en œuvre de la Garantie européenne pour l’enfance ;
  • Avoir une approche multidimensionnelle et intersectorielle, en mobilisant toutes les structures de coordination relatives au champs de l’enfance dans chaque pays ;
  • Partager et collaborer avec la Commission Européenne et le réseau national des coordinateurs pour proposer un ensemble de mesures larges et opérationnelles.

Virginie Lasserre, directrice générale de la cohésion sociale (DGCS) au sein du ministère des Solidarités et de la Santé, et déléguée interministérielle à la Famille, est la coordinatrice nationale de la France pour la mise en œuvre de la Garantie pour l’enfance. La France devra remettre un rapport au printemps prochain.

Enfin, dans une approche plus globale, la Garantie européenne de l’enfance rejoint les objectifs la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté lancée en 2018 en France. Les deux premiers engagements de cette Stratégie reflètent les priorités et les défis de la France en matière de lutte contre la pauvreté des enfants.

Elle comprend des mesures visant à garantir l’accès aux structures d’accueil de la petite enfance. Elle se concentre également sur l’éducation, notamment dans les territoires les plus pauvres et sur l’accès à une nutrition adéquate pour tous les enfants, à travers la mise en œuvre, depuis 2019, de petits déjeuners gratuits à l’école et de repas à 1 € dans les cantines scolaires.