Communiqué de presse du 12 mai 2020

En cette journée internationale des infirmières et des infirmiers, nous remercions sincèrement toutes celles et tous ceux qui ont agi nuit et jour avec un engagement remarquable et une humanité reconnue de tous pour prendre en charge de façon optimale tous les malades sur l’ensemble du territoire.

L’épidémie est toujours active et évolutive. Nous reprenons progressivement nos activités, mais nous devons le faire avec beaucoup de prudence, respecter toutes les mesures barrière, dont le port du masque grand public lorsque la distance physique minimale d’un mètre ne peut être respectée. Il est indispensable de se laver régulièrement les mains, de tousser et éternuer dans son coude, de se moucher dans des mouchoirs à usage unique à jeter immédiatement après usage, de ne pas se serrer la main, s’embrasser et d’éviter de se toucher le visage. Nous devons toutes et tous poursuivre notre mobilisation pour freiner la circulation du virus et poursuivre nos efforts pour protéger les personnes les plus à risques de développer une forme grave. Les personnes âgées et toutes celles présentant des pathologies chroniques doivent rester prudentes et nous devons continuer à les aider dans la vie quotidienne.

Dès les premiers signes évocateurs de la maladie COVID-19, consultez rapidement votre médecin traitant ou un médecin de permanence afin qu’il puisse vous prescrire un test de recherche du virus (PCR). Respectez scrupuleusement l’isolement. Nous devons tester toutes les personnes symptomatiques et leurs contacts. La DGS a demandé à Santé publique France de surveiller de façon active la survenue de maladies systémiques atypiques pédiatriques, confirmées ou suspectées d’être en lien avec le COVID-19. Ces tableaux rares, évocateurs de syndrome de Kawasaki ou de myocardites (dysfonction cardiaque, fièvre, troubles digestifs, syndrome inflammatoire persistant) doivent faire l’objet de signalements de la part du médecin généraliste, du pédiatre ou du service hospitalier en charge de l’enfant. L’évolution est en général favorable sous traitement.

187 pays dans le monde sont touchés par la pandémie de COVID-19. 4,2 millions de personnes ont été atteintes. 286 940 personnes en sont décédées, mais 1,47 million de personnes en ont guéri. L’Europe reste fortement impactée avec 1,80 million de cas et 153 624 décès.

En France, hier, SOS médecins a réalisé 312 interventions pour suspicion de COVID-19, soit 6% de l’activité totale. Les services d’urgence ont noté 758 passages pour ce même motif, soit 3% de l’activité totale.

21 595 personnes (vs 24 775 il y a une semaine) sont hospitalisées pour une infection COVID-19 et 670 nouvelles admissions (vs 987 il y a une semaine) ont été enregistrées en 24 heures. 2 542 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 (vs 3 430 il y a une semaine) sont hospitalisés en réanimation. 92 nouveaux cas graves ont été admis (vs 111 il y a une semaine). Le solde reste négatif en réanimation, avec 170 malades COVID-19 en moins. 4 régions (Ile de France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 72% des cas hospitalisés. En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 103 hospitalisations, dont 21 en réanimation.

Depuis le début de l’épidémie, 96 979 personnes ont été hospitalisées. 57 785 personnes sont rentrées à domicile.

Depuis le 1er mars, nous déplorons 26 991 décès liés au COVID-19, 17 003 décès dans les hôpitaux et 9 988 décès dans les établissements sociaux et médicosociaux.

Numéro d’information national offrant un service de soutien psychologique gratuit : 0 800 130 000

pdf Point de situation coronavirus - 12 mai 2020 Téléchargement (467.4 ko)

Contact presse :

presse-dgs@sante.gouv.fr – 01 40 56 84 00