Communiqué de presse du 27 avril 2020

La pandémie d’infection COVID-19 a atteint près de 3 millions de personnes dans le monde. 207 500
personnes en sont décédées, mais plus de 876 000 personnes en ont guéri.
Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec plus de 967 585 cas et 55 000 décès. L’Europe reste fortement
impactée avec 1 223 000 cas et 121 476 décès.

En France, où le centre de crise du Ministère des Solidarités et de la Santé est activé depuis 3 mois, 128 339
cas seraient confirmés selon Santé Publique France. 28 055 personnes sont hospitalisées pour une infection
COVID-19, soit 162 personnes de moins qu’hier. 7 527 patients sont hospitalisés en réanimation dont 4 608
atteints de COVID-19. Le solde pour les cas graves d’infection COVID-19 est négatif, avec 74 patients en
moins. Dans les Outre - Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 98
hospitalisations dont 26 patients en réanimation.

Depuis le début de l’épidémie, 88 712 personnes ont été hospitalisées et 45 513 sont rentrées à domicile,
sans compter les dizaines de milliers de personnes guéries en ville. Depuis le 1er mars, nous déplorons 23
293 décès liés au COVID 19, 14 497 décès dans les hôpitaux et 8 796 décès dans les établissements sociaux
et médico-sociaux.

Aujourd’hui, nous avons pris connaissance de résultats encourageants concernant la recherche clinique.
Plusieurs essais en cours au niveau français et international évaluent l’intérêt de produits visant à limiter la
réponse anormale du système immunitaire (« orage cytokinique », en cause dans l’aggravation de l’état
clinique de certains patients). On observe parfois la libération dans l’organisme de molécules qui favorisent
l’inflammation appelées « interleukines ». Afin d’en bloquer l’action, des médicaments régulateurs dits
« immuno-modulateurs » ont été proposés. L’essai CORIMUNO, promu par l’AP-HP a évalué leur intérêt
chez des patients hospitalisés atteints de forme modérée à sévère (hors réanimation). Cet essai a reçu un
financement du Programme Hospitalier de Recherche Clinique du Ministère des Solidarités et de la Santé,
de la Fondation pour la Recherche Médicale, et de la Fondation AP-HP pour la recherche. Il fait partie du
réseau REACTing de l’INSERM. Il a été constaté que les patients traités par TOCILIZUMAB présenteraient
moins de besoin d’assistance de ventilation et auraient un taux de décès plus bas au cours des 14 jours de
suivi. Il s’agit du premier médicament testé pour lequel un effet significatif est observé dans le cadre d’un
essai clinique. Ces premiers résultats encourageants doivent encore faire l’objet d’une publication après avis
d’un comité de lecture. D’autres essais en cours sont nécessaires pour confirmer l’intérêt de ce traitement.
Il est important de poursuivre la recherche sur d’autres molécules. 2 000 personnes sont aujourd’hui
incluses dans des essais cliniques en France. Nous allons progressivement en connaître les résultats.

Enfin, il convient de saluer les aides à domicile, qui continuent de s’occuper des personnes isolées, souvent
âgées, pour leur permettre de rester chez elles pendant cette crise. Merci à toutes ces femmes et tous ces
hommes qui sont en première ligne ! Pour combattre tous ensemble l’épidémie, respectons tous les gestes
barrières, le confinement, la distanciation physique d’un mètre et la réduction de tous nos contacts.

Numéro d’information national offrant un service de soutien psychologique gratuit : 0 800 130 000

Contact presse : presse-dgs@sante.gouv.fr – 01 40 56 84 00

pdf point_de_situation_coronavirus_du_27_avril.pdf Téléchargement (466.9 ko)