Point de situation COVID-19| Communiqué de presse du 23 juillet 2020

La situation épidémiologique est marquée par une hausse du nombre de cas (plus de 1 000 ce jour). Les données hebdomadaires de Santé Publique France publiées ce soir confirment la tendance observée au cours des deux dernières semaines. En France, hors Guyane, l’augmentation du nombre de cas est de +26% par rapport à la semaine dernière (contre +18% et +11% les 2 semaines précédentes, soit une augmentation de +66% sur 3 semaines).

Lorsque les conditions de diffusion virale et les interactions entre les individus évoluent comme au cours de cet été, le nombre de cas observés est décalé de 2 à 3 semaines par rapport à l’exposition initiale au virus. Compte tenu du délai d’incubation, de la contagiosité avant la phase symptomatique et chez un porteur sans symptômes, du délai entre les premiers symptômes et le déclenchement des réflexes du test de l’information des contacts et de l’isolement, des chaînes de transmission, parfois importantes, se forment. Des regroupements ou clusters sont alors détectés. Cette tendance de fond indique que nos habitudes récentes favorisent la circulation du virus depuis déjà plusieurs semaines.

Santé Publique France et l’Assurance-Maladie observent un relâchement de l’application des gestes barrière qui se traduit par une augmentation du nombre de contacts à risque par patient atteint de Covid-19, et une moindre adhésion à la distanciation physique en particulier. Au cours de l’été et pendant les vacances, il peut sembler artificiel de se saluer en gardant ses distances, de discuter de loin, de se laver régulièrement les mains et de porter un masque grand public dans les espaces clos, mais cet effort individuel et collectif est crucial pour empêcher le virus d’empiéter sur notre liberté et l’épidémie de rebondir.

Au moindre symptôme, il est plus que jamais nécessaire de se faire dépister par test virologique, en s’isolant avant même d’avoir un rendez-vous puis dans l’attente du résultat. Des mesures ont été prises pour faciliter les dépistages : autorisation de prélever pour davantage de professionnels, bons CNAM dispensant d’ordonnance, barnums de dépistage ouverts à tous. Le site sante.fr recense tous ces lieux de prélèvement.

Aujourd’hui, 188 pays sont touchés par la pandémie de COVID-19. 15,2 millions de personnes ont été atteintes, 624 213 personnes en sont décédées, mais plus de 8,7 millions de personnes en ont guéri. L’Europe reste fortement impactée avec plus de 2,7 millions de cas et 201 055 décès.

Le virus circule sur l’ensemble du territoire national, comme le montre le nombre de « clusters » (570 cas groupés en incluant ceux détectés en EHPAD depuis le 9 mai ; 10 nouveaux depuis hier, mais 361 clôturés).

SOS médecins a réalisé 336 interventions pour suspicion de COVID-19, soit 4.2 % de l’activité totale. Les services d’urgence ont noté 240 passages pour ce même motif, soit 0,7 % de l’activité totale.

5 957 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19. 436 malades atteints d’une forme sévère sont hospitalisés en réanimation. 4 régions (Île-de-France, Grand-Est, Hauts-de-France et Guyane) regroupent 71% des patients hospitalisés en réanimation. En Outre-Mer, on relève 205 hospitalisations, dont 37 en réanimation.

Depuis le début de l’épidémie, 106 529 personnes ont été hospitalisées et 80 472 personnes sont rentrées à domicile. 30 182 personnes sont décédées en France, dont 19 666 personnes au sein des établissements hospitaliers et 10 516 en établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS).

Santé Publique France nous signale que les chiffres des ESMS seront actualisés le mardi 28 juillet.


pdf Communiqué de presse - Point de situation - 23 juillet 2020 Téléchargement (584.9 ko)

Toutes les informations utiles sur : https://solidarites-sante.gouv.fr/
Numéro d’information national offrant notamment un service de soutien psychologique gratuit : 0 800 130 000
Contact presse : presse-dgs@sante.gouv.fr – 01 40 56 84 00