Soutenir les métiers du grand âge et de l’autonomie

La crise sanitaire a mis en lumière les difficultés que rencontrent les métiers du grand âge et de l’autonomie : déficit de recrutements, effectifs en tension, pénibilité, manque de reconnaissance et d’attractivité… Les professionnels se sentent dévalorisés, peu reconnus, alors que leurs métiers sont essentiels à l’accompagnement à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie et à la réussite de la transition démographique.

Dans ce contexte, le gouvernement met en œuvre de nombreuses mesures pour renforcer l’attractivité de ces métiers, en commençant par la revalorisation historique des salaires des aides à domicile du secteur associatif au 1er octobre 2021. Pour faciliter l’accès à cette filière, l’apprentissage, la création de passerelles entre métiers et l’ouverture à des profils davantage jeunes et masculins sont également au cœur de l’action gouvernementale.

Il s’agit enfin de changer le regard sur ces métiers passionnants et porteurs de sens au travers d’actions de visibilité et de sensibilisation, telles que la campagne Les métiers du grand-âge : et si c’était fait pour moi ?, lancée en septembre 2021.

Une prime Covid pour les salariés de la branche de l’aide à domicile pendant la crise sanitaire

Afin de reconnaître l’engagement des professionnels salariés de la branche de l’aide à domicile, mobilisés en première ligne dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19, une prime d’un montant moyen de 1 000 euros leur a été versée par la quasi-totalité des conseils départementaux. Sur proposition de Brigitte Bourguignon, le Premier ministre a décidé de mobiliser une aide exceptionnelle de l’État d’un montant de 80 millions d’euros en cofinancement avec les départements et le soutien de l’Assemblée des départements de France (ADF).

Lire le communiqué de presse

Des revalorisations pérennes et inédites des métiers du grand âge et de l’autonomie

Afin de valoriser les métiers du grand âge et de renforcer leur attractivité sur le long terme, des revalorisations inédites sont mises en œuvre par l’État.

En EHPAD

Les professionnels non-médicaux des EHPAD ont pu bénéficier, dans le cadre des accords du Ségur de la santé de juillet 2020, d’une revalorisation de 183 euros nets par mois ou 160 euros nets par mois pour les salariés d’EHPAD commerciaux, depuis le 1er septembre 2020.

Lire le dossier de presse

A domicile

Suite au succès de la prime Covid accordée sur l’ensemble du territoire, l’Etat apporte une aide pérenne de 200 millions d’euros annuel pour soutenir l’action des départements en faveur des salariés de la branche de l’aide à domicile, au travers de l’agrément de l’« avenant 43 » à la convention collective. Cette mesure se concrétisera au 1er octobre 2021 par une augmentation salariale historique à hauteur moyenne de 13% à 15%.

Grâce à cette aide inédite de l’État, les départements pourront assumer la soutenabilité financière de ces augmentations. Elle concernera près de 209 000 personnels des services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) et des services de soins infirmiers à domicile (SSIAD).

Lire le communiqué de presse

Réponse aux tensions en effectifs pendant la crise sanitaire

Pour répondre aux besoins en ressources humaines des métiers du grand âge et de l’autonomie, mis sous tension pendant la crise sanitaire, une campagne de recrutement d’urgence a été mise en place à l’automne 2020 dans l’ensemble des territoires. Intitulée Un métier pour nous, elle a permis de renforcer les relations entre Pôle Emploi et les Agences Régionales de Santé (ARS) et a rencontré un vif succès. En effet, entre octobre 2020 et avril 2021, près de 19 000 offres d’emploi ont été satisfaites en EHPAD et 40 000 dans l’aide à la personne à domicile.

Brigitte Bourguignon et Brigitte Klinkert, ministre déléguée chargée de l’insertion, ont également facilité la mise à disposition d’employés des associations intermédiaires (AI) pour renforcer les effectifs des EHPAD, grâce à un soutien financier de l’État. 700 structures ont été concernées par le dispositif, avec l’aide de 60 000 salariés. Ces derniers ont permis de soulager les effectifs en tension à cause de l’épidémie de Covid-19, en réalisant des tâches comme la désinfection des locaux ou des activités de restauration.

Lire le communiqué de presse

Un plan national d’action pour les métiers du grand âge et de l’autonomie

Au-delà des mesures d’urgence de renforcement des ressources humaines prises dans le cadre de la crise sanitaire, la ministre déléguée, chargée de l’Autonomie, porte une stratégie nationale en faveur de l’attractivité des métiers du grand âge et de l’autonomie. Ce plan se décline en une quarantaine d’actions visant à améliorer les conditions de rémunération, fluidifier l’accès aux parcours de formation et transformer les conditions de travail. Aux côtés des directions d’administration centrale, la mission confiée par le Premier ministre à Michel Laforcade a permis d’accélérer sa mise en œuvre d’ici l’automne 2021.

Lire le dossier de presse