Vers une meilleure conciliation vie professionnelle et parentalité

Une mission pour mieux concilier vie professionnelle et personnelle a été confiée par la ministre du Travail, Élisabeth Borne, et le secrétaire d’État à l’Enfance et aux Familles, Adrien Taquet, à Christel Heydemann (présidente de Schneider Electric Europe) et Julien Damon (conseiller scientifique de l’École nationale de sécurité sociale).
La Conférence des familles du 5 et 6 octobre 2021 a été l’occasion de présenter le fruit de leurs recherches, synthétisées dans le rapport Renforcer le modèle français de conciliation entre vie des enfants, vie des parents et vie des entreprises.

La crise sanitaire a mis encore plus en lumière le défi de la conciliation des temps consacrés à la famille et au travail

La question de la conciliation entre vie professionnelle et parentalité est cruciale dans une société où, le plus souvent, les deux parents travaillent ou aspirent à travailler. Elle est au cœur des attentes des Français vis-à-vis de la politique familiale. Avec la crise sanitaire, le recours massif au télétravail et l’extension des disponibilités attendues ont souvent imposé d’être en même temps, et parfois au même endroit, parents et travailleurs.

Y compris en-dehors des temps exceptionnels de la crise sanitaire, toutes les familles sont confrontées à ce défi qui met également en jeu la question de l’égalité professionnelle. Il apparait plus grand encore dans certaines configurations familiales (familles nombreuses, familles monoparentales, parents demandeurs d’emplois, etc.).

Outre le développement des modes d’accueil pour les jeunes enfants, il existe différents leviers pouvant être utilisés par les entreprises et les administrations publiques afin de faciliter la prise en compte des enjeux liés à la parentalité, en faisant évoluer l’organisation du travail, du temps de travail et des congés familiaux mais également les représentations sur le sujet.

Dans le sillage du rapport de la commission Cyrulnik, le chantier des 1000 premiers jours travaille à offrir plus de temps aux parents, notamment par une réforme des congés parentaux

Donner du temps supplémentaire pour construire la relation avec son enfant constitue l’axe 4 du chantier des 1 000 premiers jours. Il faut en effet du temps, de la proximité physique et émotionnelle pour créer avec son enfant les conditions favorables aux apprentissages des 1000 premiers jours.

L’allongement du congé de paternité et d’accueil de l’enfant et sa part obligatoire au 1er juillet 2021 a constitué une première avancée.

Par ailleurs, la question de la conciliation entre vie professionnelle et vie de famille pourra désormais être travaillée dans le cadre des Comités départementaux des services aux familles. Instaurés par l’ordonnance n°2021-611 du 19 mai 2021 (article L. 214-5 du Code de l’action sociale et des familles), ces comités compteront parmi leurs membres des représentants des employeurs privés et publics.

La ministre du Travail et le secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles ont demandé à Christel Heydemann (Schneider Electric) et Julien Damon (EN3S) de formuler des propositions

Par une lettre de mission datée du 20 avril 2021, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, et le secrétaire d’État à l’enfance et aux familles, Adrien Taquet, ont demandé à Christel Heydemann (présidente de Schneider Electric Europe) et Julien Damon (conseiller scientifique de l’Ecole nationale de sécurité sociale) de :

- Réinterroger le congé parental ;
- Formuler des propositions pour développer une « politique familiale » au sein de l’entreprise ;
- Avancer des propositions concrètes susceptibles d’aider les parents à mieux concilier les temps professionnel et familial.

Au-delà de la seule question des congés parentaux, il s’agissait de recenser les différents outils disponibles au service de cette meilleure articulation des temps de vie.

La mission, constituée par Christel Heydemann (Schneider Electric), Dominique Laurent (Schneider Electric), Julien Damon (EN3S) et Sonia Baudry (Secrétariat Général des Ministères sociaux), a pour ce faire auditionné les partenaires sociaux et fédérations professionnelles ainsi que les principaux acteurs tant publics que privés des politiques familiales.

Le rapport Heydemann-Damon esquisse différentes pistes

Christel Heydemann et Julien Damon ont remis leur rapport à l’occasion de la Conférence des familles, le 6 octobre 2021.

Les propositions issues de ces auditions dessinent les contours d’une véritable politique de conciliation vie professionnelle et vie familiale tant pour les employeurs privés que publics, à la confluence des politiques familiales, du droit du travail, du dialogue social et de l’égalité professionnelle.

Les principales propositions sont :

- La refonte du congé parental, porté à six mois et dont la rémunération serait significativement rehaussée ;
- La création d’une dynamique autour des questions liées à la parentalité en entreprise, par le dialogue social, les bonnes pratiques managériales et une sensibilisation accrue des partenaires sociaux sur le sujet ;
- Une logique de plus grande simplicité et d’intelligibilité des dispositifs à l’égard des parents (création d’un droit à l’information conciliation, simplification des congés familiaux) ;
- À terme, l’instauration progressive d’un droit opposable à l’accueil du jeune enfant et la création d’un service public de la petite enfance, articulé par paliers suivant l’âge des enfants.

Plus généralement, la mission entend promouvoir le principe d’exemplarité dans les organisations sur ce sujet et la vision d’une parentalité partagée reposant sur les deux parents.


Téléchargez le rapport Renforcer le modèle français de conciliation entre vie des enfants, vie des parents et vie des entreprises.

Visualisez la cérémonie de signature de la nouvelle Charte de la parentalité en entreprise, le 5 octobre 2021.

Consultez les résultats de l’étude qualitative approfondie de l’UNAF Conciliation vie familiale et vie professionnelle, pour les parents de jeunes enfants (oct. 2021).

Consultez les résultats de l’Enquête thématique sur le parcours de conciliation des parents de jeunes enfants réalisée par l’UNAF auprès de 2000 parents (oct. 2021).