Engagement n° 1 :
L’égalité des chances dès les premiers pas pour rompre la reproduction de la pauvreté

Empêcher qu’un enfant pauvre aujourd’hui ne devienne un adulte pauvre demain, rompre avec le déterminisme de la pauvreté, renouer avec l’égalité des chances républicaine, tels sont les premiers enjeux de la stratégie pauvreté.

Parce qu’il favorise le développement complet de l’enfant et l’apprentissage du langage, l’accueil dans les crèches ou par les assistantes maternelles est un levier efficace de réduction des inégalités liées à l’origine sociale. Or, aujourd’hui, les enfants en situation de pauvreté ont un accès beaucoup trop limité à ces modes d’accueil, individuels et collectifs.

C’est pourquoi, en sus du développement de l’offre prévu par la récente convention d’objectifs et de gestion de la branche famille (au moins 30 000 nouvelles places en accueil collectif et 1000 relais d’assistantes maternelles), la stratégie pauvreté engagera une évolution majeure de la politique petite enfance, au service de la mixité sociale et d’un nouveau continuum éducatif 0-6 ans. Cette ambition éducative s’inscrit dans la dynamique de renforcement des moyens pour les enfants les plus fragiles portés par l’Éducation nationale, avec l’instruction obligatoire dès 3 ans, le dédoublement des classes de CP-CE1 en éducation prioritaire et le dispositif « Devoirs faits ».

PNG - 196.9 ko

MESURES PHARES

→ Un plan de formation et un nouveau référentiel pour 600 000 professionnels de la petite enfance afin de favoriser le développement de l’enfant et l’apprentissage du langage avant l’entrée à l’école maternelle
La qualité éducative de l’accueil en crèche et par les assistantes maternelles sera renforcée avec pour objectif d’assurer un continuum éducatif centré sur l’apprentissage de la langue française, de 0 à 6 ans.

Un référentiel pédagogique de la petite enfance sera élaboré sous l’égide du Haut conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge. Il sera déployé dans un plan exceptionnel de formation continue des 600 000 professionnels de la petite enfance, qui sera articulé avec les formations issues des assises de l’école maternelle pour les enseignants du 1er degré.

→ Réussir la mixité sociale dans les modes d’accueil du jeune enfant
Un bonus « mixité sociale » dans l’accueil collectif pour 90 000 places et l’instauration du tiers payant du complément mode de garde courant 2019 pour l’accueil individuel.
AUTRES MESURES-CLÉS

- Développer les modes d’accueil de la petite enfance, notamment dans les territoires fragiles avec la création d’un bonus « territoires » permettant de diminuer à moins de 10% le reste à charge des communes
- 300 crèches à vocation d’insertion professionnelle (AVIP) créées d’ici 2020
- Rénover la politique de soutien à la parentalité et créer 300 nouveaux centres sociaux dans les territoires prioritaires
- Renforcer la transparence des modalités d’attribution des places de crèches
- Soutenir les collectivités dans 60 quartiers prioritaires avec deux adultes par classe de
maternelle (un Agent territorial spécialisé des écoles maternelles et un enseignant)

BUDGET : 1,24 milliards d’€