Engagement n° 3 :
Un parcours de formation garanti pour tous les jeunes

Le gouvernement a décidé d’investir massivement dans la formation de la jeunesse : lutte contre le décrochage scolaire, réforme de l’apprentissage de la voie professionnelle et plan d’investissement dans les compétences.

La stratégie pauvreté s’inscrit dans ces réformes majeures en proposant une étape décisive pour notre système éducatif et de formation : l’instauration d’une obligation de formation pour tous les jeunes jusqu’à 18 ans. Cette obligation reposera à la fois sur le jeune et sur les pouvoirs publics qui auront l’obligation de proposer un accompagnement à tout jeune mineur en situation de décrochage durable (soit environ 20 000 jeunes décrocheurs non accompagnés chaque année). Cette obligation, à rebours des droits formels à la formation dont ne bénéficient pas les jeunes les plus en difficulté, pouvant entrer en vigueur à partir de la rentrée 2020, se traduira par trois types d’actions pour les pouvoirs publics :

- aller vers les jeunes dits « invisibles » en améliorant leur repérage ;
- innover et expérimenter de nouvelles modalités d’insertion ;
- poursuivre le développement de l’offre de parcours d’accompagnement adaptés aux besoins de chaque jeune grâce à la mobilisation du plan d’investissement dans les compétences et des missions locales.

Au-delà de 18 ans et pour les jeunes les plus vulnérables, ce sont plus de 100 000 places par an en Garantie jeunes qui seront mobilisées, dispositif qui a fait ses preuves sur le terrain pour accompagner les jeunes en situation de précarité de manière intensive et collective et la stratégie pauvreté mobilisera en complément des moyens nouveaux pour des solutions d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie des jeunes.

Une attention particulière sera portée aux jeunes les plus vulnérables accompagnés par les services de l’aide sociale à l’enfance (ASE). Cet engagement se traduira par une mobilisation renforcée de l’État en matière d’insertion professionnelle et un engagement contractualisé avec les départements pour les 18-21 ans pour empêcher que des jeunes ne se retrouvent sans solution d’accompagnement à la sortie de l’ASE.

PNG - 230.7 ko

MESURE PHARE

→ Une obligation de formation jusqu’à 18 ans
PNG - 226.4 ko
AUTRES MESURES-CLÉS

- Plus de 100 M€ consacrés à des solutions d’accompagnement vers l’emploi de tous les jeunes en complément d’une extension de la Garantie jeune (500 000 bénéficiaires entre 2018 et 2022)
- Repérer, renouer le dialogue et (re)mobiliser les jeunes en risque d’exclusion pour les amener vers un parcours d’accompagnement et de formation : appels à projets et financement complémentaire pérenne des points accueil écoute jeunes et associations de prévention spécialisés
- Des expérimentations dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences pour diversifier les opérateurs et les modalités d’utilisation de la Garantie jeune
- Des moyens contractualisés avec les départements pour empêcher les sorties « sèches » de l’aide sociale à l’enfance

BUDGET : 439 millions d’€