Un pilotage à partir des territoires

Garant de la solidarité nationale et dépositaire de l’ambition des politiques sociales, l’Etat définira un cadre de contractualisation qui permettra de mobiliser des moyens importants centrés sur des priorités partagées.

Sur un nombre limité d’objectifs (insertion, petite enfance, accompagnement social et éducatif, formation, accès aux droits, participation) adossé à des indicateurs robustes adaptés à l’échelle régionale, l’ensemble des départements et les collectivités volontaires seront conduits à s’engager sur des résultats et non plus sur des moyens.

Cet effort pourra être soutenu par l’État dans le cadre d’un fonds de lutte contre la pauvreté et d’accès à l’emploi, qui atteindra 200 M€ à l’horizon du quinquennat.

L’ingénierie de cette contractualisation sera portée par l’État au niveau régional. Aux côtés de l’État, une conférence régionale des acteurs associant les personnes concernées sera le cadre du portage collectif des objectifs des politiques sociales territoriales. Dans ce cadre, des préfets délégués à la prévention et à la lutte contre la pauvreté seront nommés dans chaque région.