Soutenir les acteurs de la prévention spécialisée

La Stratégie pauvreté prévoit un soutien aux acteurs de la prévention spécialisée, inscrit dans le huitième objectif : « Garantir l’accompagnement vers l’emploi de tous les jeunes ».

Pourquoi cette mesure ?

La stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté vise à développer les pratiques « d’aller vers » les jeunes dits « invisibles » , c’est-à-dire des jeunes majeurs en situation de décrochage social ou en fort risque de rupture, afin de leur garantir l’accès à un parcours d’accompagnement et de formation.

Comment procède-t-on ?

5 millions d’euros par an sont mobilisés pour soutenir les acteurs de la prévention spécialisée dans ces actions « d’aller vers » et de repérage. Elles constituent la première étape nécessaire pour proposer un parcours d’accompagnement adapté aux besoins de chaque jeune.

Le renforcement de la prévention spécialisée s’effectue dans le cadre des conventions de lutte contre la pauvreté et d’accès à l’emploi. Les préfets et hauts commissaires ont la liberté d’appréciation pour soutenir les projets les plus pertinents au regard des besoins spécifiques de chaque territoire.

Un document de référence fixe les objectifs auxquels doivent répondre les projets :
 

  • Cibler spécifiquement des jeunes de 18 à 25 ans ;
  • Permettre une extension des horaires d’intervention en soirée, la nuit et le week-end ;
  • Inclure des interventions en partenariat avec d’autres acteurs de proximité en contact avec les jeunes, et éventuellement leur famille : adulte-relais, dispositifs de médiation sociale, Centres sociaux, Missions locales, Points d’accueil et d’écoute jeunes (PAEJ), maisons des adolescents, etc. ;
  • Prévoir la mise en place d’actions dans des quartiers prioritaires de la politique de la ville jusqu’ici non couverts.

Où en est-on ?

Depuis 2019, 16 projets sont portés par des collectivités territoriales.