Garantir un premier accueil social inconditionnel

Le premier accueil social inconditionnel garantit que toute personne rencontrant des difficultés ou souhaitant exprimer une demande d’ordre social bénéficie d’une écoute attentionnée de la globalité de ses besoins et préoccupations, afin de se voir proposer le plus rapidement possible des conseils et une orientation adaptée, dans le respect du principe de participation des personnes aux décisions qui les concernent.

Quel objectif ?

Qu’il s’agisse d’une information immédiate, de l’ouverture de droits et/ou d’une orientation adaptée et/ou d’un accompagnement social ou professionnel, le premier accueil social inconditionnel de proximité doit apporter des réponses adaptées aux demandes des personnes concernées.

Pourquoi cette mesure ?

Cette mesure répond à une volonté d’améliorer l’accès aux droits, de lutter contre le non-recours et de répondre aux difficultés de coordination des intervenants sociaux, au cœur de la Stratégie pauvreté.

Le département, chef de file de l’action sociale et du développement social local, structure un réseau de premiers accueils sociaux inconditionnels de proximité avec ses partenaires du secteur social, notamment la Caisse d’allocations familiales (CAF), les organismes de protection sociale, Pôle emploi, les Missions locales, les Points conseils budgets mais aussi les associations, centres sociaux, structures d’hébergement ou d’insertion.

A travers ses structures de premier accueil, le département doit s’assurer de la couverture de l’ensemble de la population du territoire pour garantir à toute personne un accès en moins de 30 minutes à ce premier accueil social.

Où en est-on ?

En 2020, 5 474 730 personnes ont été reçues par les structures de premier accueil social inconditionnel contre 2 338 832 personnes en 2019. Près de 7 000 structures sont engagées.