Tchat : le rendez-vous de la solidarité du 11 décembre 2013

Marie-Arlette Carlotti ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion donne un rendez-vous mensuel aux Français via un tchat. Les citoyens sont invités à dialoguer sur tous les sujets relatifs à la politique du handicap et à la lutte contre l’exclusion.
Ce cinquième rendez-vous en direct se tient le mercredi 11 décembre 2013 à 18h00 sur le site.

Cabinet Carlotti :
Bonjour à tous.
Le Tchat commence dans quelques instants, vous pouvez commencer à nous poser vos questions !

Corinne :
Bonsoir Madame,

Je suis AVS, en CUI, mon contrat de 2 ans se termine bientôt. Que comptez-vous faire pour nous ? Rien n’est prévu pour nous…ce n’est pas normal.

Marie-Arlette Carlotti :
Bonjour Corinne,

J’ai pour objectif de permettre à 1 000 anciens AVS en contrat aidé chaque année de poursuivre leur formation pour obtenir un diplôme pour leur permettre de continuer à travailler dans le secteur de l’accompagnement. Je négocie actuellement avec les fédérations d’employeurs leurs objectifs de recrutement d’anciens AVS pour que leur formation soit prise en charge. 1000 autres AVS seront accompagnés par Pôle Emploi pour poursuivre également leur formation en prenant en compte leur expérience.

JC BERNON :
Bonsoir Mme la Ministre,

Que pensez-vous des retraités en situation de handicap qui perçoivent des toutes petites retraites et qui sont exclus de l’ASPA ?

Visiteur :
Madame la Ministre, Avec mes remerciements.

MT CORUBLE :
Bonsoir Madame la Ministre.

Doudard Louis :
Bonsoir.

Visiteur :
Bonsoir.

Marie-Arlette Carlotti :
Bonjour M. Bernon,

C’est vrai que l’ASPA est un minimum social, et à ce titre, plafonné. Plusieurs mesures ont été prises en faveur des petites retraites, l’allocation d’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé a été revalorisé de +50€ pour les plus de 65 ans, son plafond d’éligibilité a été relevé. C’est donc une meilleure prise en charge de la santé des personnes âgées aux revenus modestes qui s’organise.

MT CORUBLE :
Bonsoir Madame,

Je suis vice présidente d’une asso qui œuvre dans le domaine de l’insertion sociale et prof., en milieu ordinaire des jeunes adultes Asperger et autistes de haut niveau ; Ces jeunes ont des qualités humaines et des compétences méconnues des employeurs, ils se heurtent à une représentation de l’autisme extrêmement stéréotypée voire discriminatoire. Envisagez-vous de soutenir des actions nationales et locales sur ce sujet. Merci

Marie-Arlette Carlotti :
Bonsoir M. Coruble,

Je suis bien consciente que les personnes handicapées ont toutes les capacités et toutes les compétences nécessaires pour accéder à un emploi. Je regrette les stéréotypes dont elles sont les victimes. J’ai lancé plusieurs chantiers pour favoriser l’emploi des personnes handicapées : accès à la formation professionnelle et à l’alternance, accompagnement et maintient dans l’emploi, soutien au secteur adapté et protégé et passerelle vers le secteur ordinaire. Je mets tout en œuvre pour inciter les employeurs à respecter leur obligation d’emploi de 6%.

Bénévole :

Est-ce vrai que l’aide alimentaire sera la même pour les associations caritatives
cette année ?

Marie-Arlette Carlotti :

Oui ! Avec Bernard Cazeneuve, Ministre du budget, nous avons fait le choix responsable d’assurer les mêmes montants de crédits aux associations malgré de nouvelles contraintes réglementaires. Un abondement exceptionnel du budget national dédié à l’aide alimentaire de près de 8 millions d’euros sera débloqué. Nous compenserons à l’euro près les nouvelles contraintes.

Mme ATAMIAN :
Bonsoir Mme la Ministre

J’habite Aix en PVE mon fis handicapé est en liste d’attente sur les FAM et foyer de vie du département il est urgent de le placer où m’adresser Merci

Marie-Arlette Carlotti :
Bonsoir Mme Atamian,

Avec les MDPH, les Agences Régionales de Santé, les associations nous avons mis en place un dispositif pour prendre en charge les situations critiques. Pour cela, il convient de vous adresser à la MDPH de votre département. Je sais que pour les adultes handicapées il manque des places et c’est pour cela que chaque année, sur l’ensemble du territoire, j’assure la création de 3 000 places nouvelles.

Christopher :
Bonsoir Madame,

Je suis un lycéen myopathe de 16 ans en terminale ES, J’ai, pour mon orientation post-bac, contacte la cellule handicap et la MDPH de la fac de droit et ils m’ont dit qu’aucune prise en charge pour l’AVS n’existait… Je voudrais alors savoir vers qui me tourner car sans AVS il m’est impossible de poursuivre des études. Merci de votre aide.

Marie-Arlette Carlotti :
Cher Christopher,

Je pense que vous avez été mal renseigné. Les établissements d’enseignement supérieur ont l’obligation de se rendre accessible et d’accueillir les étudiants handicapés. Votre MDPH comme votre établissement doivent vous permettre de poursuivre votre cursus ! Il ne s’agira pas d’un AVS (prévu pour le parcours scolaire) mais d’un autre type d’accompagnement. Je vous invite à retourner voir la cellule handicap de votre future université. Et bonne chance pour votre bac !

Visiteur :
Bonjour Madame,

J’aimerais savoir quelles sont les démarches à entreprendre afin d’établir un accès handicapé pour un immeuble très important dans le 13ème à paris

Marie-Arlette Carlotti :
Tout dépend de votre situation, locataire ou propriétaire, tout dépend de la nature des travaux engagés. Je vous invite à vous rapprocher de votre MDPH, si vous êtes vous même handicapé pour affiner votre demande.
Par ailleurs, la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) permet l’aménagement des logements.
Bon courage dans vos démarches !

Visiteur :
Espoir autisme 94 a créé la première école maternelle en France pour enfant autiste et survit depuis 3 ans. J’aimerais vous rencontrer car nous souhaitons crée une plateforme médico-social pour 30 enfants dans le 94 . Le projet est ficelé. Nous avons le terrain.
Quand pouvons-nous nous voir ?

Marie-Arlette Carlotti :
Bonsoir à l’association espoir autisme 94 !

Le projet que vous portez correspond tout à fait à l’esprit du 3ème plan autisme. J’ai consacré 205 millions d’euros au niveau national à la réalisation de ce plan. Les sommes allouées aux ARS sont entrain d’être notifiées. Les appels à projets vont être lancés prochainement. Vous pourrez y répondre.
Bien à vous.

Visiteur :

Sur un site de crowdfunding, un porteur de projet explique que votre ministère recommande l’ABA pour la prise en charge de l’autisme. C’est même un argument très fort d’appel à financement. Quelle est votre position sur l’ABA ?
mercredi 11 décembre 2013 18h37

Marie-Arlette Carlotti :
Bonjour Visiteur,

En tant que Ministre, je n’ai à avoir aucune position de principe, ce n’est pas de ma compétence. Le 3ème plan autisme prend en compte les recommandations de la Haute Autorité de Santé. Mon objectif est une meilleure prise en charge des enfants et le respect du choix de leurs parents.
Amicalement,

Naji DEBACHE :

Combien sommes-nous entrain de vous écrire actuellement ? Et combien ont le plaisir de recevoir une réponse ?

Marie-Arlette Carlotti :
Bonsoir Naji,

Une fois par mois, lors de chaque Tchat, plus de 1 000 personnes se connectent ! Plus de 250 questions sont posées. Je n’ai malheureusement pas le temps de répondre à chacun et chacune d’entre vous car je m’efforce de vous répondre personnellement.

Mme CLÉMENTE :

Bonjour, je suis une maman d’une jeune fille handicapée… Elle recherche du travail… Long parcours… comment aider tous ces jeunes qui ont souvent des formations et des diplômes et très peu d’offres d’emploi…ou aucune formations et encore moins d’offres … ? Pourquoi ne pas créer des contrats aidés uniquement accessible qu’aux personnes handicapées ?? Merci d’avance pour votre réponse …

Marie-Arlette Carlotti :
Bonsoir Mme Clémente,

Les nouveaux dispositifs comme les emplois d’avenir ou les contrats de générations prennent en compte la spécificité des travailleurs handicapés, en prévoyant pour eux des bornes d’âge dérogatoires. Il en sera de même pour chaque nouvelle mesure prise par le gouvernement car le Premier Ministre a voulu intégrer le handicap dans chaque projet de loi.
Un contrat spécifique serait à mon sens stigmatisant. Nous travaillons actuellement à d’autres dispositifs pour favoriser l’accès à l’emploi et à la formation des personnes handicapées.
J’espère que votre fille trouvera sa voie.

Visiteur :
Mme PUJULA Bonsoir Madame,

Pourquoi les bénéficiaires de l’AAH n’ont-ils pas droit aux transports gratuits (comme ceux du RSA) étant donné que nous sommes sous le seuil de pauvreté.

Marie-Arlette Carlotti :
Bonsoir Mme PUJULA,

Tous les bénéficiaires du RSA ne bénéficient pas de la gratuité des transports. Cela dépend des politiques des Régions et des Départements. Par ailleurs nous ne voulons pas enfermer les gens dans des statuts, nous travaillons à ce que les gens sortent des minima sociaux.

Sissi :
Bonsoir Mme la Ministre,

L’handicap est une différence qu’il faut présenter comme une plus-value pour un employeur. L’handicap offre un vivier d’employés motivés à 200 % ! Un simple accompagnement par des "Job coaching" permettrait de déverrouiller bon nombre de situations.

Marie-Arlette Carlotti :
Chère Sissi,

Oui, un travailleur handicapé dans une entreprise, c’est un plus : plus de motivation, plus d’esprit d’équipe, une meilleure organisation du travail… Tous les employeurs qui ont franchi le pas le disent. Ils disent aussi qu’il faut développer l’accompagnement des personnes handicapées et de leurs employeurs. C’est pourquoi je missionne des parlementaires pour étudier les modalités de mise en oeuvre en France d’un accompagnement dans la durée, mobilisable tout au long du parcours professionnel. Cette mission aura produit ses conclusions pour la conférence du handicap de 2014.
A bientôt Sissi.

Jérémy :
Je suis enseignant dans le secondaire. Durant toute ma formation de stagiaire, je n’ai eu aucun cours sur la prise en charge des enfants handicapés. Des modules de formation sur l’accueil d’enfants handicapés à l’école vont-ils enfin être rendus obligatoires dans les ESPE ?

Marie-Arlette Carlotti :
Oui Jérémy ! Dès la rentrée prochaine pour tous les nouveaux enseignants !
En ce qui vous concerne, la formation continue sera également proposée.
Merci pour votre implication !

Dasilva daniel :
Madame la ministre. J’habite dans le Loiret et notre fils est atteint d’une maladie dégénératrice. il doit changer d’établissement le mois prochain et celui qui va l’accueillir sera à plus de 250 kilomètres. Nous voulons déménager et peut être ma femme sera dans l’obligation de changer de boulot. Son employeur lui demande de démissionner et ne veut pas faire de licenciement à l’amiable. Pourriez-vous nous aider ? Merci Daniel et Dany

Marie-Arlette Carlotti :
Bonjour Daniel et Dany,

Notre objectif est de permettre aux parents de rester aux côtés de leurs enfants quelque soit leur situation professionnelle et leur niveau de revenu. C’est un de mes engagements du Comité Interministériel du Handicap.

C’est pourquoi le Gouvernement vient de saisir l’UNEDIC afin que ce type de démissions soient considérées comme légitimes et ouvrent le droit à des allocations chômages. Nous aurons la réponse au printemps.

Sam :
Bonjour Madame,

Il y a tant de familles qui attendent une véritable prise en charge des enfants autistes et qui ne trouvent de véritables réponses à leurs attentes qu’en Belgique, voici un exemple parmi tant d’autres. L’Etat va t-il enfin se décider à prendre ce dossier au sérieux, et envisager de véritables investissements ?

Les parents d’Elias attendent toujours une réponse de l’Etat car la prise en charge des autistes adultes est tout aussi problématique que celles des plus jeunes et les établissements proposés ne sont jamais adaptés.

Marie-Arlette Carlotti :
Bonsoir Sam,

Je réponds à vos deux questions à la fois. Il ne faut pas croire tout ce que Libération raconte ;-)
Elias est dans un IME jusqu’en juin 2014. L’ARS, la MDPH recherchent actuellement un lieu d’accueil et je suis particulièrement attentive à la résolution de sa situation.

AutismeInfo :
19h Merci Madame la Ministre et un grand merci pour Moussaron, Bray-sur-Somme et la suite.

Marie-Arlette Carlotti :
Pour AutismeInfo : ma seule préoccupation est le bien être des personnes en situation de handicap. Merci à vous pour votre vigilance !

PERON :
On affiche une volonté d’intégration des personnes handicapées par des lois, conférences, mais sur le terrain les choses évoluent que très lentement voir on recherche toutes les moyens pour contourner la loi

Marie-Arlette Carlotti :
Bonsoir Péron,

Moi aussi j’aimerai que les choses avancent plus vite et surtout que les lois de la République soient respectées. Pour cela, je suis entièrement mobilisée ! Jugez vous-mêmes : [Consulter le document "Un an d’action au service de la solidarité"art15815]

ATHAREP :
Bonsoir Madame la Ministre,

Jean José Valero président de l’ATHAREP. Je pourrais conseiller à Madame Clémente de contacter notre association au 01 53 61 12 58 en faisant référence à cette discussion. Nous œuvrons pour l’insertion des personnes en situation de handicap diplômées si c’est le cas de votre fille. Nos partenaires sont des institutions publiques et des entreprises. Je profite de cette occasion pour remercier Madame Carlotti pour son invitation par lettre du 24 juin à prendre contact avec son cabinet pour la réalisation d’une journée d’étude sur l’employabilité des personnes handicapées que nous souhaitons réaliser. Et m’excuser de ne pas y avoir encore répondu : nous attendons de finaliser d’autres projets que nous souhaiterions vous soumettre aussi. Nous nous permettrons de revenir vers vous début 2014 si vous n’y voyez pas d’inconvénients. Merci.

Marie-Arlette Carlotti :
Bonsoir,

Vous n’avez pas pu me répondre mais il y aura d’autres occasions ! Mon cabinet reste à votre entière disposition !

MT CORUBLE :
Bonsoir madame la Ministre,

Je vois que vous vous efforcez de faire intégrer l’approche du handicap par les différents ministères et institutions. C’est une approche très utile. Merci pour votre action.

Marie-Arlette Carlotti :
M. Coruble,

Décidément ce soir nous ne nous quittons plus. En effet, l’approche du handicap concerne l’ensemble de la société, donc l’ensemble des Ministères. J’ai demandé qu’un référent handicap soit désigné dans chaque cabinet ministériel et dans chaque administration afin que tous les champs de notre société soient concernés.

Fab :

Vous parlez de commission, de conférence du handicap, et mission parlementaire. Mais est-ce que cela sert vraiment à quelque chose pour tous ceux qui ont des problèmes aujourd’hui ? Vous repoussez toujours au lendemain les décisions. Agissez.

Marie-Arlette Carlotti :
Cher Fab,

Je ne fais pas que parler, j’agis ! Dans beaucoup de domaine j’ai déjà pris des décisions concrètes. Voulez vous des exemples ? Les assistants de vie scolaire, le remboursement des transports d’enfants vers les CAMS et CMPP, l’accessibilité des campagnes d’information, le troisième plan autisme, la création de places, la gestion des situations critiques…. D’autres domaines relèvent de chantiers à plus long terme (il y a tellement de retards qui ont été pris) mais ma détermination est grande !

Marie-Arlette Carlotti :

Merci à tous ! Désolée pour les questions auxquelles je n’ai pas pu répondre, rendez vous le mois prochain !

Cabinet Carlotti :
Le tchat est à présent terminé.
Si vous n’avez pas eu de réponse à votre question, n’hésitez pas à écrire à la Ministre :
14 avenue Duquesne, 75007 Paris

Retrouvez l’actualité de Marie-Arlette Carlotti sur :

- Le blog de la Ministre
- Twitter
- Facebook
- Le site du ministère :