Marisol Touraine ouvre la 1ère journée de formation pour les référents « violences faites aux femmes » dans les services d’urgence

Les urgentistes sont les premiers professionnels vers lesquels se tournent les femmes victimes de violences. C’est pourquoi Marisol Touraine invitait en novembre 2015 chaque service d’urgence à nommer un référent dédié. La ministre a ouvert ce matin la première journée de formation de ces référents, organisée par la mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF). Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, est également intervenue.

Meilleur accompagnement des victimes de violences, renforcement de la formation de tous les professionnels de santé, notamment des urgentistes : depuis 2012, le Gouvernement a fait de la lutte contre les violences faites aux femmes l’une de ses grandes priorités.

Aujourd’hui, 539 référents dédiés ont été nommés dans les services d’urgence. Leurs missions : sensibiliser et former leurs collègues, organiser les conditions de prises en charge des femmes victimes de violence, ou encore identifier les acteurs internes et externes aux établissements pouvant contribuer à une meilleure prise en charge globale.

La ministre a, lors de cette journée, évoqué le prochain plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes.

Préparé sur la base de l’évaluation du précédent, ce plan permettra d’avancer sur trois chantiers majeurs :

- l’élargissement de la formation sur les violences faites aux femmes à d’autres professions de santé, notamment aux chirurgiens-dentistes, aux infirmiers et aux masseurs kinésithérapeutes ;

- l’amélioration de la prise en charge psychologique des femmes victimes de violences ;

- l’identification d’outils adaptés pour permettre le recueil des preuves de violences, en l’absence de plainte, et leur conservation afin de laisser aux victimes le temps de porter plainte.

« L’ampleur des violences faites aux femmes implique la mobilisation de la société tout entière pour faire évoluer les mentalités, les représentations et les comportements ; pour briser le silence et faire progresser, partout, l’égalité entre les femmes et les hommes  » a déclaré Marisol Touraine

En savoir plus :