Campagne nationale de sensibilisation au syndrome du bébé secoué : une maltraitance qui peut être mortelle

Les cas de bébés secoués ne sont pas des faits isolés. Chaque année, plusieurs centaines d’enfants en sont victimes. Cette maltraitance, perpétrée volontairement par des adultes, parfois dans le déni de la gravité de leur acte, représente la forme la plus grave de traumatisme crânien de l’enfant.

En France, 1 bébé sur 10, victime de secouements, décède, les autres en subiront les conséquences toute leur vie. Le syndrome du bébé secoué est à l’origine de graves séquelles neurologiques qui se manifestent par des déficiences intellectuelles, visuelles ou motrices, ainsi que des troubles du comportement, de la parole ou de l’attention.

Pour alerter et faire la lumière sur la réalité de ce phénomène, le Gouvernement se saisit du sujet à travers une campagne de sensibilisation nationale. Cette initiative d’Adrien Taquet, secrétaire d’État en charge de l’enfance et des familles auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, soutenue par des experts et des parents témoins, repose notamment sur la diffusion d’un film choc que vous pourrez visionner ci-dessous et qui rappelle que secouer un bébé est une maltraitance qui peut être mortelle.

pdf Téléchargez le dossier de presse - Syndrome du bébé secoué Téléchargement (1.5 Mo)
docx (Version accessible) Téléchargez le dossier de presse - Syndrome du bébé (...) Téléchargement (178.3 ko)