La stratégie vaccinale

La stratégie vaccinale, arrêtée par le ministre des Solidarités et de la Santé, vise à déterminer les personnes prioritaires à la vaccination, en fonction des enjeux de santé publique et de l’arrivée progressive des doses de vaccins.

La stratégie vaccinale détermine qui sont les personnes prioritaires pour la vaccination, à quel moment et pourquoi.

Elle sera ensuite déclinée en campagne vaccinale qui définit la manière dont va s’organiser la distribution et l’administration des doses de vaccin à travers le territoire.

Présentation de la stratégie vaccinale du Gouvernement et des mesures de luttes contre la Covid-19 du 3 décembre 2020

Jean Castex, Premier ministre, Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance chargée de l’Industrie, et Clément Beaune, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères chargé des Affaires européennes



Objectifs et principes

La stratégie vaccinale mise en place doit nous permettre de remplir trois objectifs de santé publique :

  1. Faire baisser la mortalité et les formes graves de la maladie
  2. Protéger les soignants et le système de soins
  3. Garantir la sécurité des vaccins et de la vaccination

Elle repose sur trois principes :
- Non obligatoire
- Gratuité
- Haute sécurité

Une priorisation des publics

Le 30 novembre, la Haute autorité de santé (HAS) a émis des recommandations en vue d’établir la stratégie vaccinale. Elle identifie ainsi cinq phases de vaccination, selon les types de publics :
- Les phases 1, 2 et 3 permettront la vaccination de l’ensemble des personnes à risque de forme grave, avec pour objectif de réduire les hospitalisations et les décès, ainsi que les personnes fortement exposées au virus. Vous trouverez ci-dessous le détail de ces phases.
- Les phases 4 et 5 permettront d’ouvrir largement la vaccination aux plus de 18 ans sans comorbidités.

La stratégie du ministère, qui s’appuie sur ces recommandations, retient trois phases principales.

Focus : la phase 1 de la campagne

Pour cette phase, prévue en janvier et février, les personnes concernées sont :
- Les personnes âgées résidant en établissements (par exemple EHPAD, USLD),
- Les professionnels y exerçant et présentant un risque élevé (âge supérieur à 50 ans, pathologies),
- Tous les professionnels de santé, y compris libéraux, les pompiers et les aides-à-domicile de plus de 50 ans et/ou atteints de comorbidités,
- Les personnes en situation de handicap hébergées en établissement et les personnels y exerçant âgés de 50 ans et plus et/ou atteints de comorbités.

En effet, les personnes résidant en établissements sont les plus à risque de formes graves et ces structures sont reconnues pour être des lieux où le virus circule vite. Les professionnels à risque exerçant dans ces structures sont particulièrement exposés.

Ces publics se verront donc proposer la vaccination en priorité. Ils représentent environ 1 million de personnes.

A partir du 18 janvier, les personnes âgées de plus de 75 ans et vivant à domicile pourront également se faire vacciner, tout comme les personnes de moins de 75 ans à haut risque face à la Covid-19.

À partir de mars 2021, les phases 2 et 3

Une fois ces deux publics vaccinés, les publics concernés par les autres phases sont :
- Phase 2 : les personnes âgées de 65 à 74 ans,
- Phase 3 : les autres tranches de la population susceptibles d’être infectées et non ciblées antérieurement

Le parcours vaccinal

Lors de la première phase de vaccination, le seul vaccin disponible sera le vaccin BioNTech/Pfizer, qui doit être stocké à -80°C. Il peut être ensuite conservé entre 2 et 8°C durant cinq jours maximum.
Cela nécessite donc la mise en place de circuits logistiques spécifiques.

Deux circuits seront utilisés lors de cette phase :

- Pour les EHPAD, un circuit existant :

  • L’usine de production livrera les vaccins aux plateformes privées (11 sur le territoire), capables de le stocker à -80°C et spécialisées dans ce genre d’activité,
  • Ces plateformes les livreront ensuite aux pharmacies de ville et directement aux EHPAD.

- Pour les services accueillant des personnes âgées associés à un établissement hospitalier, un circuit s’appuyant sur les établissements hospitaliers :

  • Les vaccins seront livrés à 100 établissements hospitaliers en mesure de stocker les vaccins à – 80°
  • Ces établissements hospitaliers fourniront les vaccins aux structures accueillant des personnes âgées qui leur sont associées.

Une consultation médicale (ou téléconsultation) sera proposée à chaque personne, à cette occasion le médecin s’assurera :
- De son état de santé,
- De l’absence de contre-indications,
- De son consentement après l’avoir informé des bénéfices et des risques de la vaccination.

Dans les EHPAD, les familles des résidents seront associées à cette consultation.

Lorsque le vaccin sera livré à l’établissement, la vaccination des personnes volontaires sera effectuée par un médecin ou un infirmier supervisé par un médecin. La vaccination se fera en deux injections, espacées de 21 jours.