Foire aux questions : la conduite à tenir et la protection permise par la vaccination

La conduite à tenir

Toute personne de 5 ans et plus ayant été infectée avant son schéma de primo-vaccination, est éligible au schéma monodose, c’est-à-dire qu’elle pourra recevoir une seule dose de vaccin afin de valider son schéma vaccinal initial.

Ceci s’explique par le fait que les personnes ayant déjà été infectées conservent une mémoire immunitaire. Au moment de l’entretien médical préalable à la première injection, la personne est invitée à préciser si elle a été infectée et, le cas échéant, à fournir au professionnel de santé le document l’attestant. L’entretien médical permet de déterminer si une deuxième dose reste recommandée. Par ailleurs, des millions de tests sérologiques rapides (TROD sérologiques) sont proposés aux personnes immunocompétentes de 12 à 55 ans inclus de façon systématique dans les lieux de vaccination de métropole. Ces tests ont pour objectif de détecter l’éventuelle présence d’anticorps due à une infection antérieure et ainsi de permettre aux personnes ayant un antécédent d’infection mais ne disposant pas de preuve de celle-ci ou n’en ayant pas eu connaissance de ne recevoir qu’une seule dose de vaccin.

La réalisation d’une dose de rappel est recommandée pour :
- Les personnes âgées de 18 ans et plus, dès 3 mois après la dernière injection ;
- Les adolescents âgés de 12 à 17 ans, dès 6 mois après la dernière injection ;
- Les adolescents immunodéprimés et présentant des comorbidités âgés de 12 à 17 ans sont éligibles au rappel selon les mêmes modalités que les adultes, c’est-à-dire dès 3 mois après la dernière injection, conformément à l’avis de la HAS du 23 décembre 2021.

Cette dose de rappel a vocation à stimuler l’immunité, freiner l’épidémie et réduire le nombre de formes graves.

Si vous avez contracté le Covid-19 après votre schéma vaccinal initial, vous n’avez pas besoin de faire de dose de rappel. Cependant, pour les personnes souhaitant sortir du territoire national, le rappel vaccinal doit être fait pour avoir un certificat de vaccination valide.

Plus d’informations sur la page dédiée à la dose de rappel

Il est possible, du point de vue médical, de recevoir deux doses de vaccin même en ayant déjà contracté le Covid-19. Cette seconde dose n’est pas nécessaire pour compléter le schéma vaccinal, mais elle peut tout de même être injectée si le médecin présent dans le centre de vaccination ou le professionnel de santé qui réalise la vaccination en cabinet ou à domicile l’estime nécessaire, ou encore à la demande du patient, notamment lorsqu’elle est requise pour voyager vers des pays ou le schéma monodose n’est pas reconnu.

Il n’est pas utile de se faire tester de manière automatique avant de se faire vacciner.

Cependant, si une personne est cas contact, la vaccination doit être repoussée et un test réalisé pour confirmer ou non une infection. Si le test est négatif, la vaccination pourra alors avoir lieu. Si le test est positif, il convient d’attendre au moins 2 mois après la fin des symptômes pour se faire vacciner.

Par ailleurs, un test rapide d’orientation diagnostique (TROD) peut être proposé avant la première dose, afin de déterminer si la personne a déjà contracté le virus : le cas échéant, elle ne devra réaliser qu’une dose pour bénéficier d’un schéma vaccinal complet.

Toute personne ayant été vaccinée contre le Covid-19 sur le territoire national peut effectuer un don du sang. Pour les personnes vaccinées à l’étranger, un délai de 28 jours doit être respecté avant de se présenter dans un centre de collecte.

Pour les personnes ayant été positives au Covid-19, un délai de 28 jours doit être respecté avant de pouvoir à nouveau donner son sang. Pour les cas contact avec un cas confirmé ou probable qui souhaitent donner leur sang, le délai à respecter est de 14 jours.

Les résultats des études cliniques des vaccins autorisés convergent pour démontrer que la vaccination permet de réduire massivement la mortalité due au virus et à ses formes graves. De plus en plus de données scientifiques internationales indiquent que la vaccination aurait également un effet significatif sur la transmission du virus. Néanmoins, en l’absence de risque zéro, il demeure primordial, même pour les personnes vaccinées, de continuer à respecter les gestes et mesures barrières.

Dans les essais cliniques, le recul actuel met en évidence une protection pendant au moins 3 mois chez la plupart des personnes entièrement vaccinées. Une campagne de rappel est mise en place pour l’ensemble de la population âgée de 18 ans et plus afin de stimuler l’immunité et conférer une meilleure protection.

Depuis le 14 mars 2022, les personnes âgées de 80 ans et plus ainsi que les résidents en EHPAD et USLD sont éligibles à un deuxième rappel vaccinal, à partir de 3 mois après l’injection du premier rappel, conformément à l’avis du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale du 18 février 2022.

Les résultats des études cliniques des vaccins autorisés convergent pour démontrer un fait principal : la vaccination permet de réduire massivement la mortalité due au virus et à ses formes graves. De même, de plus en plus de données indiqueraient l’existence d’un effet notable de la vaccination sur la transmission du virus. Ainsi, la vaccination est aujourd’hui notre meilleur espoir pour lutter contre l’épidémie et pour sortir de la crise de manière pérenne.