Foire aux questions : les variants

Le variants peuvent-ils mettre en danger l’efficacité de la vaccination  ?

- Variant « britannique » :
Les vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech et Moderna) apparaissent d’après les observations scientifiques internationales comme actifs contre le variant « britannique », de manière comparable avec la souche traditionnelle du virus. Par ailleurs, selon les études menées en Ecosse et en Afrique du Sud au mois de février, le vaccin AstraZeneca est efficace contre les formes sévères provoquées par le variant « britannique ».

- Variant « sud-africain » :
La Haute Autorité de Santé (HAS) a réaffirmé le 15 avril que, malgré l’absence de données d’efficacité clinique, les données des vaccins Pfizer-BioNtech et Moderna sont en faveur du maintien d’un niveau élevé d’efficacité vis-à-vis de ce variant et que l’efficacité du vaccin Janssen sur ce variant est de l’ordre de 50 % sur les formes symptomatiques et de 73 % contre les formes sévères.

Les vaccins sont-ils efficaces contre le variant sud-africain ?

Il faut d’abord rappeler que le variant sud-africain circule peu en métropole. À ce stade, il a été identifié en Moselle, où son taux de prévalence est en diminution (27% au 16 avril 2021).

Les données dont nous disposons à ce stade nous permette de dire que les vaccins à ARNm (Pfizer et Moderna) sont efficaces contre ce variant. Nous ne disposons pas encore de ces données pour le vaccin AstraZeneca.

Au vu de la situation spécifique de la Moselle, il a ainsi été décidé, en ligne avec les recommandations de la Haute autorité de Santé et du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, de doter dès le mois de mars ce département en doses supplémentaires de vaccins à ARNm. Cette stratégie montre d’ores et déjà ses résultats avec un taux de couverture vaccinale significativement plus élevé en Moselle. Il est aujourd’hui prévu de poursuivre cette stratégie en maintenant une part importante de vaccins à ARNm sans toutefois mettre fin aux livraisons d’AstraZeneca. Comme l’a indiqué le professeur Alain Fischer lors d’un échange avec les professionnels de santé du département, ce vaccin est aussi efficace que les vaccins à ARNm contre les formes graves de la maladie et son bénéfice reste entier pour les personnes âgées de 55 ans et plus. Il n’y a donc pas lieu d’arrêter de vacciner avec ce vaccin dans ce territoire.

Une expérimentation concernant le lancement du vaccin Moderna en ville est par ailleurs conduite dans le département afin de permettre à la ville de vacciner également avec des vaccins à ARNm. L’objectif est d’élargir rapidement ce processus.

Pourquoi vacciner contre un virus qui ne cesse de muter ?

Généralement, les virus mutent (le matériel génétique du virus change). Cela se produit à des rythmes différents selon les virus.

Les mutations n’affectent pas nécessairement l’efficacité du vaccin contre le virus. Certains vaccins contre les maladies virales restent efficaces de nombreuses années après leur mise au point et offrent une protection durable, comme les vaccins contre la rougeole ou la rubéole. D’autre part, pour des maladies comme la grippe, les souches de virus changent si souvent et à tel point que la composition du vaccin doit être mise à jour chaque année pour être efficace.

Compte tenu de la circulation importante de la souche initiale de Covid-19 et, désormais, du variant « britannique », il demeure essentiel de protéger la population des formes graves de la maladie par une vaccination qui s’avère efficace contre cette souche initiale et sa mutation « britannique ».