Foire aux questions : La campagne de rappel

La campagne de rappel

Pour se protéger, il y a des gestes qui comptent.
Ensemble, restons prudents.


La dose de rappel concerne toutes les personnes de 18 ans et plus et ayant un schéma vaccinal initial complet. Depuis le 24 janvier 2022, elle concerne également les mineurs âgés de 12 à 17 ans.

  • Dès 3 mois pour les personnes âgées de 18 ans et plus après la dernière dose du schéma initial.
    Les personnes vaccinées avec Janssen doivent recevoir une injection additionnelle dès 4 semaines après leur vaccination, puis une dose de rappel dès 3 mois après cette dernière.
    Les personnes ayant eu une infection au Covid-19 puis une dose de Janssen, sont éligibles à la dose de rappel dès 4 semaines après leur injection.
    Pour les personnes ayant eu le Covid après leur injection de Janssen, 2 situations :
    • Si infection moins de 15 jours après l’injection : les personnes reçoivent une dose additionnelle de vaccin ARNm 4 semaines après l’infection. Elles sont éligibles au rappel vaccinal dès 3 mois après cette dose additionnelle.
    • Si infection plus de 15 jours après l’injection : les personnes n’ont pas besoin de compléter leur schéma vaccinal avec une dose additionnelle. Elles sont éligibles au rappel dès 3 mois après l’infection.
    • Les personnes ayant eu le Covid-19 plus de 15 jours après leur dose additionnelle n’ont pas besoin de faire leur dose de rappel sauf s’ils voyagent dans un pays où la dose de rappel est obligatoire. Dans ce cas, ils peuvent faire leur dose de rappel dès 3 mois après leur infection.
  • Dès 6 mois après la dernière injection pour les mineurs âgés de 12 à 17 ans.
  • Pour les personnes immunodéprimées, il est recommandé de suivre l’avis de leur professionnel de santé quant au schéma vaccinal le plus adapté.

Une infection = une injection. Ainsi, si vous avez contracté le Covid-19 après votre schéma vaccinal initial, vous n’avez pas besoin de faire de dose de rappel. Cependant, pour les personnes souhaitant sortir du territoire national, le rappel vaccinal doit être fait pour avoir un certificat de vaccination valide.

A la suite de l’avis de la Haute Autorité de santé (HAS) du 17 mars 2022 et de l’avis du COSV du 31 mars 2022, les personnes âgées de plus de 60 ans, avec ou sans comorbidité, sont éligibles à un deuxième rappel vaccinal :

  • A partir de 3 mois après l’injection du premier rappel pour les personnes âgées de 80 ans et plus, les résidents en EHPAD et en USLD.
  • A partir de 6 mois après l’injection du premier rappel pour les personnes âgées de 60 à 79 ans.

L’injection de cette deuxième dose de rappel doit permettre de renforcer leur protection contre les formes graves de la maladie et les décès, dans le contexte actuel de forte circulation du virus.

Infographie COVID-19 - dose de rappel
Infographie COVID-19 - dose de rappel

Un rappel vaccinal est le renouvellement de l’administration d’une dose de vaccin (ou une demi-dose pour le vaccin Moderna), destiné à maintenir un bon niveau de protection en stimulant le système immunitaire.

Dans le cadre de la campagne de vaccination contre le Covid-19, le rappel vaccinal correspond à l’administration d’une dose de vaccin supplémentaire (ou d’une demi-dose pour le vaccin Moderna) pour les personnes éligibles, c’est-à-dire :
- Une seconde dose pour les personnes ayant déjà contracté le Covid-19 et ayant donc reçu une injection unique (Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Novavax) dans le cadre de leur schéma vaccinal initial, ainsi que les personnes ayant été vaccinées avec le vaccin Janssen ;
- Une troisième dose pour les personnes ayant reçu deux doses de vaccins (Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Novavax) dans le cadre de leur schéma vaccinal initial ;

Par ailleurs, conformément à l’avis du 6 janvier 2022 du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, l’injection d’une seconde dose de rappel à ARNm est préconisée sur avis médical pour les personnes sévèrement immunodéprimées (transplantés d’organes solides, transplantés récents de moelle osseuse, patients dialysés, patients atteints de maladies auto-immunes sous traitement immunosuppresseur fort de type anti-CD20 ou anti-métabolites). Cette quatrième injection doit intervenir 3 mois après la première dose de rappel.

A la suite de l’avis de la Haute Autorité de santé (HAS) du 17 mars 2022 et de l’avis du COSV du 31 mars 2022, les personnes âgées de plus de 60 ans, avec ou sans comorbidité, sont éligibles à un deuxième rappel vaccinal :

  • A partir de 3 mois après l’injection du premier rappel pour les personnes âgées de 80 ans et plus, les résidents en EHPAD et en USLD.
  • A partir de 6 mois après l’injection du premier rappel pour les personnes âgées de 60 à 79 ans.

L’injection de cette deuxième dose de rappel doit permettre de renforcer leur protection contre les formes graves de la maladie et les décès, dans le contexte actuel de forte circulation du virus.

Les avis convergents des autorités scientifiques recommandent un rappel pour toutes les personnes âgées de 12 ans et plus dont l’immunité proférée par le vaccin face au Covid-19 tend à diminuer au fil des mois après l’obtention du schéma vaccinal complet, en particulier face aux variants Delta et Omicron. L’État a mis en œuvre ces recommandations en organisant une campagne de rappel depuis septembre permettant de garantir le bon niveau de protection face au Covid-19.

Vous êtes éligibles à la dose de rappel : vous pouvez être vacciné en centre de vaccination, chez votre médecin traitant (généraliste ou spécialiste), en pharmacie, en cabinet infirmier, en cabinet de sage-femme, chez votre chirurgien-dentiste, au sein des services hospitaliers où vous êtes suivi, ou en laboratoire de biologie médicale. Certains de ces professionnels de santé peuvent accepter de se déplacer à votre domicile pour administrer cette vaccination.

Vous résidez en établissement pour personnes âgées (EHPAD, USLD, résidences autonomie) : vous n’avez pas besoin de vous déplacer, le rappel vaccinal aura lieu au sein de votre établissement. Vous pouvez également être vacciné chez votre médecin traitant (généraliste ou spécialiste), au sein des services hospitaliers où vous êtes suivi, en pharmacie, et en cabinet infirmier.

Toutes les indications sur les lieux de vaccination se trouve sur www.sante.fr

Si vous êtes une personne âgée de plus de 80 ans, que vous avez des difficultés à vous déplacer et que vous souhaitez bénéficier d’une vaccination à domicile, un numéro vert spécial a été mis à disposition afin de vous mettre en lien avec les services susceptibles de vous proposer une vaccination à domicile.
Le numéro est le suivant : 0800 730 957

Retrouvez toutes les informations dans les documents ci-dessous :
- Dépliant destination des personnes âgées : Je me pose des questions sur la vaccination
- Dépliant à destination de leur entourage (proches et professionnels) : La vaccination des personnes âgées est un objectif collectif

Les rappels vaccinaux sont effectués uniquement avec des vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna). Ces deux vaccins peuvent être utilisés quel que soit le vaccin utilisé dans le cadre du premier schéma vaccinal, mais le vaccin Pfizer-BioNTech est recommandé pour les personnes de moins de 30 ans.

Les rappels vaccinaux sont effectués uniquement avec des vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna). Ces deux vaccins peuvent être utilisés quel que soit le vaccin utilisé dans le cadre du premier schéma vaccinal, mais le vaccin Pfizer-BioNTech est recommandé pour les personnes de moins de 30 ans.

Conformément à l’avis de la Haute AZutorité de santé (HAS) du 17 février 2022, le vaccin Janssen doit, à compter de ce jour, être utilisé uniquement chez les personnes à risque de forme grave de Covid-19 et qui présentent une contre-indication à un vaccin à ARN messager (Pfizer-BioNTech ou Moderna). Le vaccin Janssen peut continuer à leur être proposé dans le cadre d’une décision médicale partagée, et après avoir apporté au patient une information claire sur les bénéfices et les risques potentiels. Dans tous les autres cas, il est recommandé de surseoir à l’utilisation du vaccin Janssen.

Dans son avis du 23 décembre 2021, la Haute Autorité de santé recommande que l’administration d’une dose de rappel puisse désormais être réalisée à partir de 3 mois après la primovaccination chez les personnes âgées de plus de 18 ans. En effet, la HAS a considéré que le contexte épidémique actuel préoccupant justifie une accélération de la campagne vaccinale en raccourcissant le délai entre primovaccination et dose de rappel et en augmentant le niveau de protection de la population. Le double objectif étant à nouveau de limiter au maximum le nombre de nouveaux cas d’infection et de formes graves et d’éviter la saturation des établissements de santé.

La France fait face depuis plusieurs semaines à la cinquième vague de l’épidémie liée au variant Delta en même temps qu’elle subit l’expansion très rapide du variant Omicron sur le territoire national. Les premières données en vie réelle suggèrent en effet que les vaccins actuellement utilisés en France sont efficaces contre les formes symptomatiques non graves du variant Omicron à 80 % à 1-2 mois, mais perdent plus rapidement leur efficacité qu’avec les variants précédents : 34 % à 4 mois après une primovaccination avec le vaccin de Pfizer-BioNTech. Ces mêmes données montrent une remontée de l’efficacité vaccinale à 75 % deux semaines après une dose de rappel.

La HAS a également examiné les travaux de modélisation mathématique du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) sur l’administration rapide, à partir de 3 mois, d’une dose de rappel à la majorité de la population adulte qui suggèrent que cette stratégie permettrait de réduire de 15 % la mortalité associée au Covid-19 liée au variant Omicron.

Au-delà du bénéfice pour la santé publique de cette mesure, la HAS a également analysé les données disponibles pour s’assurer que ce schéma vaccinal raccourci dans le temps était efficace et sûr à titre individuel.

Depuis le 15 janvier 2022, le schéma vaccinal doit comprendre la dose de rappel pour les personnes de 18 ans et 1 mois. Ce délai de 1 mois permet aux adolescents à peine âgés de 18 ans au 15 janvier 2022 de recevoir leur dose de rappel s’ils y sont éligibles.

Il s’agit d’un nouveau QR code sur un nouveau certificat de vaccination. Un délai de 7 jours est donc nécessaire avant que le nouveau certificat de vaccination ne devienne valide.

Oui. Pour les personnes éligibles au rappel vaccinal contre le Covid-19 et prioritaires pour le vaccin contre la grippe, les deux vaccins peuvent être administrés en même temps. Cela est possible dans les pharmacies qui vaccinent avec les deux vaccins, dans les cabinets médicaux et infirmiers.

Il est également possible, pour les patients concernés, d’acheter leur vaccin anti-grippe en pharmacie et de venir avec en centre de vaccination le jour de leur rendez-vous de rappel vaccinal contre le Covid-19.

A la suite de l’avis de la Haute Autorité de santé (HAS) du 17 mars 2022 et de l’avis du COSV du 31 mars 2022, les personnes âgées de plus de 60 ans, avec ou sans comorbidité, sont éligibles à un deuxième rappel vaccinal :

  • A partir de 3 mois après l’injection du premier rappel pour les personnes âgées de 80 ans et plus, les résidents en EHPAD et en USLD.
  • A partir de 6 mois après l’injection du premier rappel pour les personnes âgées de 60 à 79 ans.

L’injection de cette deuxième dose de rappel doit permettre de renforcer leur protection contre les formes graves de la maladie et les décès, dans le contexte actuel de forte circulation du virus.

Ce deuxième rappel pourra être effectué soit en centre de vaccination, soit auprès d’un professionnel de santé de ville habilité à prescrire et à administrer le vaccin, dans une officine, un cabinet ou à domicile.

- Pour plus d’informations, consultez notre document d’information "Je suis à risque de forme grave du Covid-19, âgé ou immunodéprimé : comment continuer à me protéger ?"

Dans le cas des personnes ayant été infectées par le Covid-19 après leur premier rappel :

  • Si l’infection est survenue plus de 3 mois après le premier rappel, un deuxième rappel n’est pas nécessaire. En effet, la survenue d’un épisode infectieux provoque une réponse immunitaire au moins équivalente à celle d’un rappel vaccinal ;
  • Si l’infection est survenue moins de 3 mois après le premier rappel, un deuxième rappel est nécessaire. Il convient d’attendre alors au moins 3 mois après l’infection, pour les personnes âgées de 80 ans et plus, les résidents en EHPAD et en USLD ou 6 mois après l’infection pour les personnes âgées de 60 à 79 ans avant de procéder au deuxième rappel vaccinal.