Conseiller d’Education Populaire et de Jeunesse (CEPJ) - Externe

Présentation des missions

Le corps des conseillers d’éducation populaire et de jeunesse est un corps de catégorie A relevant des ministres chargés de la Jeunesse et des Sports.

Ce corps comporte trois classes :
- La classe normale qui comprend onze échelons ;
- La hors-classe, qui comprend six échelons.
- La classe exceptionnelle qui comprend quatre échelons et un échelon spécial.

Le grade de classe exceptionnelle donne vocation à exercer des fonctions correspondant à un niveau élevé de responsabilité, notamment des fonctions d’expertise, de conduite, d’animation et d’évaluation des politiques publiques dans les domaines de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative.

Dans le domaine de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, les conseillers d’éducation populaire et de jeunesse :

1° Exercent, dans leur champ de compétence éducative, tel qu’il est défini par arrêté des ministres chargés de la jeunesse et des sports, des missions techniques et pédagogiques ;

2° Contribuent à la mise en œuvre et à l’expertise des politiques publiques ;

3° Assurent des missions de formation, de certification, de conseil, d’expérimentation, de recherche et d’étude ainsi que la conduite de projets au service de l’action publique ministérielle ou interministérielle ;

4° Participent, dans le cadre de leurs missions techniques et pédagogiques, à l’évaluation, à l’amélioration de la qualité éducative et à la sécurisation des pratiques éducatives et de formation.

A ce titre, ils sont affectés et exercent leurs fonctions dans les services de l’Etat et dans les établissements relevant des ministres chargés de la jeunesse et des sports.

Pour mener à bien ses actions, il s’appuie sur ses compétences techniques et pédagogiques, en particulier dans sa spécialité d’origine (1), sur sa connaissance des réseaux de partenariat et des institutions et sur ses capacités d’analyse des besoins sociaux et culturels des publics concernés par son intervention, notamment les jeunes.

(1) SPÉCIALITÉS : Anthropologie sociale et culturelle, expertise des territoires ; Education à l’environnement, au développement durable et à la culture scientifique et technique ; Pratiques culturelles et artistiques, parcours d’éducation et d’expression artistique ; Sciences économiques et juridiques, pratiques associatives et coopératives ; Sciences de l’éducation et territorialisation des politiques éducatives ; Sciences et techniques de la communication et pratiques numériques.

Textes de référence

Décret n° 85-720 du 10 juillet 1985 relatif au statut particulier des professeurs de sport et le décret n° 85-721 du 10 juillet 1985 relatif au statut particulier des conseillers d’éducation populaire et de jeunesse

Décret n° 2007-196 du 13 février 2007 relatif aux équivalences de diplômes requises pour se présenter aux concours d’accès aux corps et cadres d’emplois de la fonction publique

Arrêté du 26 juillet 2019 fixant les modalités d’organisation des concours pour le recrutement des conseillers d’éducation populaire et de jeunesse

Arrêté du 17 février 1986 fixant la liste des spécialités exercées par les conseillers d’éducation populaire et de jeunesse

Conditions d’accès

Conditions générales d’accès

Les candidats à un concours de recrutement de la fonction publique doivent remplir, au plus tard à la date de clôture des registres d’inscription, les conditions générales de nomination à un emploi public suivantes :

- posséder la nationalité française (ou être en instance d’acquisition de la nationalité française) ou être ressortissant d’un pays de l’Union européenne ou de l’espace économique européen,
- jouir de leurs droits civiques et ne pas avoir au bulletin n° 2 de leur casier judiciaire des mentions incompatibles avec l’exercice de leurs fonctions,
- être en situation régulière au regard des obligations militaires,
- satisfaire aux conditions d’aptitude physique exigées pour exercer la fonction.

Conditions spécifiques d’accès

Les candidat(e)s doivent, en outre, être titulaires :
- d’une licence ou d’un autre titre ou diplôme classé au moins au niveau 6 (anciennement II) ;
- d’une qualification reconnue comme équivalente à l’un de ces titres ou diplômes dans les conditions fixées par le décret n° 2007-196 du 13 février 2007 relatif aux équivalences de diplômes requises pour se présenter aux concours d’accès aux corps et cadres d’emplois de la fonction publique.

Comment s’inscrire :

Inscrivez-vous en ligne

Nature des épreuves

Les spécialités, la nature et le programme des épreuves sont modifiés et entrent en vigueur pour les concours ouverts au titre de la session 2020.
Les candidats font connaître lors de leur inscription par internet la spécialité qu’ils ont choisie.
Toute candidature visant une spécialité ne figurant pas dans la liste portant ouverture des concours sera refusée.
Toute composition dans une autre spécialité que celle choisie lors du dépôt du dossier de candidature entraîne l’annulation de l’épreuve correspondante.
Il est attribué à chacune des épreuves une note de 0 à 20. Toute note égale ou inférieure à 6 dans les épreuves de spécialité (épreuve écrite n°2 et épreuves orales n°1 et 2) est déclarée éliminatoire après délibération du jury.
Les épreuves écrites font l’objet d’une double correction.

Epreuves écrites d’admissibilité :

Épreuve n° 1
Une composition portant sur un sujet d’ordre général dans le champ de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative. La composition permet de vérifier les qualités de rédaction, de problématisation et d’analyse du candidat ainsi que sa capacité à soutenir des propos et des convictions en rapport avec le sujet (durée : quatre heures ; coefficient 3 ; deux sujets au choix).

Épreuve n° 2
Rédaction d’une note à partir d’un dossier comportant 20 pages maximum portant sur un sujet en rapport avec la réalité contemporaine, en articulation avec les politiques publiques de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, choisi dans l’une des spécialités.
Cette épreuve permet de vérifier les qualités de rédaction, d’analyse et de synthèse du candidat ainsi que son aptitude à dégager des solutions appropriées. Elle permet en outre de tester la connaissance et la maîtrise de la spécialité tant dans son aspect technique et pédagogique que dans son cadre institutionnel, ainsi que ses enjeux culturels, éducatifs et sociaux (durée : quatre heures ; coefficient 4 ; un sujet par spécialité).

Epreuves orales d’admission

Épreuve n° 3
Épreuve technique et pédagogique consistant, à partir d’un dossier comportant 20 pages maximum élaboré par le jury, et tiré au sort par le candidat, en l’exposé d’un projet d’action portant sur la mise en œuvre d’une politique publique de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative en privilégiant et mobilisant les compétences du candidat dans sa spécialité.
Cette épreuve permet de tester l’aptitude pédagogique du candidat et sa capacité à transmettre, former, convaincre et écouter un public, constitué du jury, qu’il doit identifier comme le groupe de décideurs pour la mise en œuvre de la politique publique considérée. Le candidat doit démontrer sa capacité de transmission ainsi que celle à concevoir globalement une action plaçant les destinataires en situation d’agir en mobilisant les démarches d’éducation populaire (durée : trois heures, dont deux heures de préparation et une heure d’entretien, dont trente minutes d’exposé et trente minutes de questionnement avec le jury ; coefficient 3, dont coefficient 1 pour l’exposé et coefficient 2 pour l’entretien avec le jury).
En vue de cet entretien, le jury utilise une grille d’évaluation dont le contenu est chaque année mis en ligne sur le site internet du ministère en charge de la jeunesse.

Épreuve n° 4
Un entretien avec le jury au cours duquel le candidat présente, sous la forme et le support de son choix parmi ceux proposés par le service organisateur du concours, des connaissances et expériences en articulation avec la spécialité qu’il a conduites et qu’il estime être en lien avec le métier de conseiller d’éducation populaire et de jeunesse. Après la présentation orale, le jury s’entretient avec le candidat (durée : 45 minutes dont 20 minutes de présentation sous la forme et ou support au choix du candidat et 25 minutes d’échanges avec le jury ; coefficient : 4).
Les candidats titulaires d’un doctorat peuvent, conformément à l’article L. 412-1 du code de la recherche, présenter leur parcours en vue de la reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle résultant de la formation à la recherche et par la recherche qui a conduit à la délivrance du doctorat. En vue de l’épreuve d’entretien, le candidat admissible adresse une fiche individuelle de renseignement au service gestionnaire du concours à une date fixée par le service et avant le début des épreuves d’admission. La fiche individuelle de renseignement est accessible à partir du lien suivant :

- Fiche individuelle de renseignement CEPJ

Grilles d’évaluation

pdf Grille d’évaluation épreuve de spécialité CEPJ 2020 Téléchargement (267.6 ko)

Les aides à la préparation

Les annales correspondent aux épreuves antérieures à la réforme intervenant à compter de la session 2020.

- Les rapports des jurys

- La composition des jurys

Calendrier/modalités d’inscription

- Le calendrier

- Modalités d’inscription

Les résultats

- Résultats admissibilité / admission / Statistiques

Les contacts

Service organisateur : Bureau du recrutement - SD1C

Pour toute demande de renseignements :

Vous pouvez nous écrire

Ministère des Solidarités et de la Santé
Direction des Ressources Humaines
Bureau du recrutement SD1C
14 avenue Duquesne
75350 PARIS 07 SP

Ou nous contacter par mail, en remplissant le formulaire "Qui contacter ?"