Rapport sur l’amélioration de l’information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament

Rapport sur l’amélioration de l’information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament
Mission présidée par Dr Gérald Kierzek et Magali Leo et composée, en outre, de Henri Bergeron, Lucas Beurton-Couraud, Dr Béatrice Clairaz-Mahiou et Corinne Devos avec l’appui de Sara-Lou Gerber et Dorothée Pradines
1er juin 2018

La mission relative à « l’amélioration de l’information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament » a été installée le 1er décembre 2017 à la suite des difficultés rencontrées à l’occasion du changement de formule du Lévothyrox.

Celles-ci ont en effet mis en exergue certaines défaillances, observées plus généralement, dans l’information apportée aux patients et aux professionnels de santé sur les médicaments (cf. lettre de mission en annexe 1 du rapport).

Cette mission n’a, en aucune manière, pour objet de conduire une expertise ou une enquête sur le Lévothyrox, ces dernières étant menées par ailleurs.

Sans préjuger, donc, de ce volet judiciaire, et de l’aveu même des autorités publiques, le changement de formule du Lévothyrox a mis en évidence de nombreuses difficultés de communication avec des patients et des professionnels de santé, manifestement mal informés de la décision relative au changement de formule de ce médicament et de sa mise en œuvre.

Au vu de ce constat, la ministre des Solidarités et de la Santé attend de la mission que des propositions lui soient faites, en toute indépendance, pour améliorer :

- les conditions justifiant l’information sur les médicaments et ses cibles (intérêt et bénéfice pour les professionnels de santé et/ou patients) ;
- l’élaboration de l’information, adaptée aux différentes cibles ;
- l’accès à l’information sur les médicaments et les canaux de communication à privilégier ;
- les modalités de l’information en direction des différents acteurs de la prise en charge des patients ;
- la qualité de l’information et sa vérification, laquelle suppose, surtout dans un contexte de perte de confiance envers la parole scientifique et ses porteurs, la transparence sur l’auteur et l’émetteur de l’information ;
- l’adaptation de l’information à produire, au long cours ou en période de crise sanitaire, et leur articulation ;
- la formation et l’éducation sur le médicament, pour les différents acteurs concernés.

pdf Consulter le rapport « sur l’amélioration de l’information des usagers et des (...) Téléchargement (1.5 Mo)