La mobilisation européenne et internationale dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques

La menace sanitaire croissante que représente l’antibiorésistance est désormais perçue par les instances internationales comme l’une des grandes priorités de santé mondiale.

PNG - 130.6 ko

L’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Après avoir établi un état des lieux inquiétant du problème à l’échelle mondiale , l’OMS a émis en mai 2015 un plan d’action global recommandant à tous les États membres d’élaborer un plan national intersectoriel de maîtrise de la résistance d’ici 2017.

pdf Plan d’action mondial pour combattre la résistance aux antimicrobiens Téléchargement (371.4 ko)


- Site de l’OMS

Le 21 septembre 2016, l’Assemblée Générale de l’ONU a adopté une résolution ambitieuse sur la lutte contre l’antibiorésistance, et la déclaration politique de la réunion des chefs d’état et de gouvernement sur l’antibiorésistance a demandé au Secrétaire Général de mettre en place, en collaboration avec l’OMS, la FAO et l’OIE, un groupe de coordination inter-agences ad-hoc sur le sujet (IACG).

pdf Assemblée générale des Nations Unies, les dirigeants mondiaux s’engagent à (...) Téléchargement (317.3 ko)

Les sommets économiques mondiaux

L’antibiorésistance a fait l’objet d’une déclaration au sommet du G7 de juin 2015, puis au sommet des ministres de la santé à Berlin en octobre 2015.

pdf Déclaration suite au sommet du G7 sur l’antibiorésistance des 7 et 8 juin 2015 (...) Téléchargement (634.3 ko)

Les 26 et 27 mai 2016, le G7 s’est engagé à fournir des efforts collectifs pour renforcer et mettre activement en œuvre une approche une seule santé multi-sectorielle.

Les 4 et 5 septembre 2016, le G20 a publié un communiqué qui souligne un soutien fort aux actions de l’OMS, la FAO et l’OIE dans ce domaine.

En mai 2017 à Berlin, à l’occasion du G20, les ministres de la santé font une déclaration sur l’antibiorésistance. Ils invitaient à la réalisation des plans nationaux de lutte contre l’AMR, insistaient sur la prévention et l’usage prudent des antibiotiques, sur le lien entre santé humain et animale et l’environnement, et encourageait l’investissement dans la recherche.

Consultez la déclaration en anglais

En 2018, l’antibiorésistance est à nouveau à l’agenda international. L’Argentine l’a inscrite à l’ordre du jour de la réunion des ministres de la santé du G20 (4 octobre 2018). Les États sont invités à discuter notamment de l’élaboration des plans nationaux d’action contre l’antibiorésistance, des indicateurs de surveillance et de l’innovation en matière de traitements et d’outils de diagnostic.

L’union européenne (UE)

La résistance aux antibiotiques fut l’une des priorités de la présidence néerlandaise de l’Union européenne, conduisant le Conseil européen à adopter le 17 juin 2016 une résolution pour renforcer la lutte contre l’antibiorésistance. A l’image du plan OMS, celle-ci invite les États membres à disposer d’un plan national intersectoriel à l’horizon mi-2017. La résolution inclue également des objectifs quantifiés. De plus, elle met un place un réseau Européen intersectoriel - « One Health Network » - d’échanges et de coordination des politiques de santé humaine et animale appliquées dans les États membres. Elle encourage aussi les discussions avec l’industrie afin de préserver l’accès aux antibiotiques existants. Elle appelle à accroître l’usage des mesures de prévention vaccinale chez l’animal comme chez l’homme, ainsi que le développement et l’accès aux outils diagnostiques. Enfin, cette résolution renforce la recherche, notamment via le programme international d’initiative européenne « Joint Programming Initiative on Antimicrobial Resistance » (JPI-AMR).

→ Pour en savoir plus sur le programme JPI-AMR

Le 29 juin 2017, la commission européenne a publié son plan d’action pour combattre la résistance aux antibiotiques avec comme principe de base « une seule santé ». Ce plan d’action comporte trois axes :

PNG - 14.6 ko
pdf Plan d’action européen Téléchargement (503.4 ko)

→ Pour en savoir plus sur les actions de l’Union européenne (en anglais)

L’action conjointe européenne sur la résistance aux antimicrobiens et les infections associées aux soins (EU-JAMRAI)

Dans ce contexte, la France pilote l’action conjointe européenne EU-JAMRAI (coordinateur : Inserm avec l’appui de la Direction générale de la Santé du ministère des Solidarités et de la Santé).

JPEG - 106.1 ko

Réunissant 44 partenaires en Europe et financée en partie par la DG-Santé de la commission européenne, cette action conjointe vise à assurer l’adoption et la mise en application coordonnées des politiques de maîtrise de la résistance aux antibiotiques et des infections associées aux soins dans les États membres de l’UE. Les organisations internationales (OMS Europe, Organisation de Coopération et de Développement Économiques, ECDC) sont également impliquées dans ce projet afin d’enrichir le débat de leur expertise et de garantir la cohérence avec les initiatives existantes.

Pour aller plus loin :

- Site internet de l’action conjointe européenne EU-JAMRAI
- Compte twitter