Les défibrillateurs automatisés externes (DAE)

Dans le cadre de la lutte contre la mort subite par arrêt cardiaque, le ministère chargé de la santé a engagé, depuis 2007, des actions en faveur du développement de l’implantation des DAE sur l’ensemble du territoire et de leur utilisation par la population générale.

JPEG - 250.5 ko

Qu’est ce qu’un DAE

Les défibrillateurs automatisés externes sont des dispositifs médicaux. Ils doivent tous être marqués CE au titre de la directive 93/42/CEE relative aux dispositifs médicaux pour être autorisés à être mis sur le marché.

Ces appareils doivent être conformes à la norme NF EN 60601-2-4 relative aux règles particulières de sécurité. Par définition, ils analysent, à leur activation par l’opérateur, l’électrocardiogramme obtenu par les électrodes posées sur le thorax de la victime, identifient les troubles du rythme cardiaque qui nécessitent un choc électrique et déclenchent le choc lorsqu’un tel trouble est détecté.
Il existe deux types de DAE au sens du décret du 4 mai 2007 :
- les DAE entièrement automatiques qui déclenchent seuls, sans intervention humaine, le choc électrique lorsque l’appareil a détecté le trouble. Ils nécessitent que le témoin de l’accident s’écarte de l’appareil après la pose des électrodes pour éviter de recevoir une décharge ;
- les DAE semi-automatiques qui nécessitent que l’utilisateur presse un bouton lorsque l’appareil le dit, après aussi qu’il ait détecté un trouble.

Les deux types d’appareils peuvent donc être utilisés par des personnes non médecins.

A ce jour, aucune étude n’indique qu’un défibrillateur entièrement automatique serait plus adapté à l’utilisation par un profane qu’un semi-automatique.

Recommandations de l’Afssaps

pdf Défibrillateurs automatisés externes (DAE) – Evaluation des messages vocaux (...) Téléchargement (553.7 ko)
pdf Recommandations destinés aux fabricants de défibrillateurs automatisés (...) Téléchargement (65.4 ko)
pdf Informations destinées aux exploitants de défibrillateurs automatisés (...) Téléchargement (185.8 ko)

Installation des DAE dans les lieux publics

De plus en plus de collectivités territoriales, d’entreprises, de centres commerciaux, d’installations sportives ont équipé leurs locaux de DAE.
L’Académie nationale de médecine et le conseil français de réanimation cardio-pulmonaire ont élaboré des recommandations pour l’installation de ces matériels dans des lieux publics où circulent un grand nombre de personnes, notamment les gares, les sites sportifs, les centres commerciaux, les grandes surfaces, les aéroports, les transports (avions, trains).

Il s’avère utile d’associer les équipes de secours médicalisés (SAMU et SDIS) au moment du déploiement des DAE sur un territoire donné. En effet, la connaissance par ces services des lieux les plus fréquents de survenue des accidents cardiaques représente une information précieuse et surtout, ils peuvent déterminer l’endroit le plus accessible au grand public et dans les délais les plus courts.

A cette fin, le ministère chargé de la santé a subventionné l’association ARLoD pour expérimenter une cartographie des DAE accessibles au public, s’appuyant sur un recensement volontaire des exploitants, et mise à disposition du système de régulation des centres 15.

Enfin, pour faciliter l’accessibilité des DAE, des pictogrammes indiquant leur présence dans les lieux publics ont fait l’objet d’un arrêté ministériel en date du 16 août 2010. Désormais, en France tous les défibrillateurs doivent être signalés par les pictogrammes définis par ce texte réglementaire.

Rappel réglementaire

Le DAE est un dispositif médical (DM) de classe II b, soumis à ce titre à une obligation de maintenance, en vertu des articles L. 5212-1, R. 5212-25 et suivants du code de la santé publique, et de l’arrêté du 3 mars 2003 fixant la liste des DM soumis à l’obligation de maintenance. Cette obligation peut engager la responsabilité de l’exploitant d’un DAE mis à disposition du public,

Suite à une enquête menée auprès des exploitants de DAE dans des espaces recevant du public, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a publié sur son site internet, en date du 10 juillet 2014, des recommandations afin de « rappeler que l’acquisition d’un tel dispositif nécessite de prendre un certain nombre de précautions pour en assurer une utilisation en toute sécurité ».

Documents de référence :

Arrêté du 16 août 2010 fixant les modalités de signalisation des défibrillateurs cardiaque automatisés externes dans les lieux publics

Défibrillateurs automatisés externes "grand public" : Recommandations à suivre par leurs exploitants - Point d’Information, 10 juillet 2014

Initiation de la population à l’utilisation d’un DAE

Il s’agit d’un apprentissage sur la base du volontariat, d’une durée courte (1 heure maximum) et dont les objectifs sont :

- reconnaître un arrêt cardiaque et appeler le 15
- réaliser le massage cardiaque externe
- défibriller

Cet arrêté précise également le contenu des connaissances à acquérir qui repose sur des données simples sur le mécanisme de l’arrêt cardiaque et la conduite à tenir. Il préconise la réalisation d’un apprentissage pratique sur mannequin des gestes à effectuer, essentiel à la bonne maîtrise des gestes qui sauvent.

Cette initiation peut être réalisée par les formateurs des organismes agréés pour les formations de sécurité civile, par les centres d’enseignement des soins d’urgence (CESU) et par tout professionnel de santé dont l’éducation et la prévention font partie de leur domaine de compétences.
Elle peut être prolongée par la formation plus longue conduisant au PSC 1.

Liens utiles

- Arrêté du 24 juillet 2007 et référentiel national PSC 1 de la direction de la sécurité civile

Documents à consulter

Arrêté du 6 novembre 2009 relatif à l’initiation des personnes non médecins à l’utilisation des défibrillateurs automatisés externes

Utilisation des DAE par le grand public

Initialement ces appareils ne pouvaient être utilisés que par les médecins et certains professionnels paramédicaux, puis leur usage a été étendu aux secouristes. Désormais, par un décret en date du 4 mai 2007, toute personne, même non médecin, est habilitée à utiliser un DAE pour une victime d’un arrêt cardiaque.
- Cette mesure vise à permettre à tout témoin d’un accident cardiaque de pouvoir intervenir dès les premières minutes avant l’arrivée des équipes de secours médicalisées et d’augmenter les chances de survie de la victime.
Il faut néanmoins rappeler que l’utilisation d’un DAE ne constitue qu’un des maillons essentiel de la chaîne de survie :

- Appeler le 15 – Masser – Défibriller.
- En effet, il ne se substitue pas au massage cardiaque externe qui permet de maintenir une circulation sanguine nécessaire pour l’alimentation du cerveau en oxygène, en attendant les secours et que le cœur reparte.

L’usage des ces appareils est simple et nécessite une initiation très courte pour être efficace, qu’ils soient semi-automatiques (DSA) ou entièrement automatiques (DEA).

Liens utiles :

- Fédération française de cardiologie

- Conseil français de réanimation cardio-pulmonaire

Documents à consulter :

pdf Décret n° 2007-705 du 4 mai 2007 relatif à l’utilisation des défibrillateurs (...) Téléchargement (67.5 ko)

Évaluation de l’utilisation des défibrillateurs automatisés externes dans les lieux publics

- Un arrêté du 31 août 2012 fixe le modèle de formulaire qui doit être utilisé par les équipes de secours médicales pour recueillir les données relatives aux victimes d’un arrêt cardiaque et à l’utilisation d’un défibrillateur automatisé externe (DAE). L’ensemble de ces informations constituera une base de données qui permettra d’évaluer l’efficacité de l’installation de ces appareils dans les lieux publics.

pdf Formulaire d’évaluation de l’installation et de l’utilisation des (...) Téléchargement (51.8 ko)

Source :

Direction générale de la santé
Sous direction promotion de la santé et prévention des maladies chroniques
14 avenue Duquesne
75350 PARIS SP 07
actualisation : octobre 2012