A qui s’adresser en cas d’effets indésirables en lien avec des pesticides ?

En cas d’intoxication ou d’exposition à un pesticide entraînant des effets sur votre santé (par exemple : irritation, maux de tête, nausées, etc.) ou d’exposition à un produit potentiellement toxique, n’attendez pas que les symptômes de l’intoxication apparaissent pour agir et appelez le centre antipoison le plus proche de chez vous.

A savoir !

Afin de contribuer à la connaissance sur les effets des produits phytopharmaceutiques sur la santé et l’environnement, vous pouvez signaler les effets indésirables en lien avec l’utilisation de ces produits auprès du dispositif de phytopharmacovigilance.

Qu’est-ce que la phytopharmacovigilance (PPV) ?

Les produits phytopharmaceutiques peuvent présenter des risques pour la santé humaine, des écosystèmes et des organismes vivants qu’il convient d’identifier afin de les surveiller. Dans ce contexte, la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 a confié à l’Anses, avec la gestion des autorisations de mise sur le marché (AMM) des produits phytopharmaceutiques, la mise en place d’un dispositif de phytopharmacovigilance. Il a pour objectif de surveiller les effets indésirables des produits phytopharmaceutiques disponibles sur le marché et couvre à la fois la contamination des milieux, l’exposition et les impacts sur les organismes vivants et les écosystèmes, ainsi que les phénomènes d’apparition de résistances.

- Si vous êtes confronté à une situation où un pesticide se retrouve hors d’une parcelle agricole sur laquelle il est épandu (odeur persistante, aérosol ou gouttelettes de produit, effets anormaux sur la végétation de votre jardin, etc.), vous pouvez :

  • contacter l’exploitant agricole concerné pour lui signaler et lui demander de remédier à cette situation lors des prochains épandages ;
  • informer votre maire de cette situation afin qu’il recherche des moyens en lien avec l’exploitant agricole concerné pour y remédier lors des prochains épandages ;
  • alerter la direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF) qui est l’organisme compétent pour effectuer un contrôle des conditions d’utilisation des produits phytopharmaceutiques et mettre en œuvre des mesures de prévention [1]. La DRAAF orientera l’exploitant dans la mise en place de conditions d’épandage adaptées permettant que les produits ne soient plus retrouvés en dehors des parcelles agricoles traitées.

Si vous suspectez des effets sanitaires pouvant être en lien avec une exposition à des pesticides, vous pouvez en parler à votre médecin qui pourra s’adresser à l’Agence Régionale de Santé (ARS). Une analyse des risques pourra être faite par l’ARS, en partenariat avec la Cellule d’intervention en région (Cire) , pour mettre en œuvre toutes les actions utiles à la prévention et à la maîtrise des risques.

[1Contact à partir du site : http://www.prefectures-regions.gouv.fr/