L’isolement

Quelles sont les mesures pour renforcer l’efficacité des mesures d’isolement ?

L’isolement doit devenir l’axe central de notre stratégie de lutte contre le virus. Nous avons donc décidé de renforcer les moyens humains, logistiques et sociaux pour mieux appuyer l’isolement des cas positifs et de leurs cas contact, en lien avec l’Assurance maladie, les collectivités, les associations.
Cela doit permettre, par des appels et des visites à domicile d’équipes soignantes, de mieux aider les Français à comprendre, vivre et respecter leur isolement. Ainsi, depuis le 20 janvier, chaque personne positive se voit proposer une visite infirmière à domicile.

Combien de fois l’Assurance maladie m’appellera si je suis isolé pendant 10 jours ?

Vous aurez un premier appel de l’Assurance maladie le jour ou le lendemain de votre test, s’il est positif. Cet appel a pour objectif de recenser vos personnes contacts et de vous donner des conseils sur la meilleure manière de vous isoler. L’Assurance maladie vous proposera aussi systématiquement un accompagnement médical, matériel, psychologique à l’isolement, comprenant notamment une visite à domicile par une infirmière libérale.

L’Assurance maladie vous contactera ensuite deux fois sur la période de 10 jours, après 4 jours et après 10 jours, pour s’assurer que votre isolement se déroule dans de bonnes conditions.

Par ailleurs, pour les personnes contact à l’intérieur du foyer, l’Assurance maladie vous contactera trois fois au cours de votre isolement : après 4 jours, après 7 jours et après 17 jours.

Pour les personnes contact hors du foyer, l’Assurance maladie vous contactera deux fois durant la période d’isolement : après 4 jours et après 7 jours.

Le numéro vert isolement est-il disponible ? Est-ce le même numéro que le numéro vert national ?

Un module dédié à l’isolement a été mis en place le 12 janvier dans le cadre du numéro vert national (0 800 130 00), afin de donner des conseils sur la gestion de votre isolement ainsi qu’une orientation vers des dispositifs d’accompagnement médicaux ou sociaux si vous en avez exprimé le besoin.

Qui sont les personnes qui vont venir visiter les personnes à leur domicile ? A-t-on le droit de refuser qu’elles viennent ? Quels textes encadrent cette pratique ?

Depuis le 20 janvier, l’Assurance maladie vous propose une visite à domicile réalisée par un infirmier libéral. Celui-ci viendra vous aider à organiser votre isolement, vous prodiguera des conseils et pourra dépister les membres de votre foyer qui seront isolés avec vous.
Il pourra également vous proposer une offre d’accompagnement matérielle, psychologique en fonction de vos conditions d’isolement. Si vous ou l’un de vos proches présente des symptômes, il pourra également réaliser une consultation et un suivi médicaux.

Aucune visite à domicile n’est réalisée sans le consentement de la personne isolée. Elles sont donc déclenchées uniquement si la personne isolée a donné son accord et a sollicité un accompagnement.
Concrètement, l’infirmier ou les équipes d’accompagnement qui viendront à votre domicile contacteront chaque personne à l’avance pour organiser la visite.

Les textes qui encadrent cette pratique sont ceux relatifs à la protection et à la transmission des données personnelles dans le cadre de la lutte contre l’épidémie (article 11 de la loi du 11 mai 2020 prorogeant l’état d’urgence sanitaire modifiée) et plus généralement les grands principes du droit médical comme le respect du secret médical et le consentement au soin.

Les visites sont-elles proposées à tous les cas positifs et leurs cas contacts ?

Lors de son appel à J ou J+1 après le test, l’Assurance maladie proposera à tous les cas positifs ainsi qu’aux cas contacts qui présentent un risque (personnes de plus de 65 ans, celles atteintes de maladies chroniques comme l’hypertension, le diabète, les maladies cardiovasculaires, etc., les personnes présentant une obésité importante et les femmes enceintes au 3e trimestre de grossesse) une visite à domicile d’un infirmier diplômé d’Etat.

Comment fonctionne le système des indemnités journalières et du jour de carence ?

Depuis le 10 janvier, le délai de carence est supprimé pour toutes les personnes symptomatiques, sous réserve de la réalisation d’un test (PCR ou antigénique), et pour les personnes que les tests confirmeront atteintes du virus.

Dès l’apparition de ses symptômes, l’assuré doit s’auto-déclarer sur le site de l’Assurance maladie pour obtenir un récépissé qui devra être transmis à l’employeur pour permettre l’indemnisation de son arrêt de travail sans application du délai de carence.
Si son test est positif, la personne sera rappelée par l’Assurance maladie qui soit prolongera elle-même son arrêt, soit la renverra vers son médecin traitant pour qu’il prescrive cette prolongation.
Si son test est négatif, l’arrêt de travail s’arrêtera immédiatement.

Peut-on obtenir un arrêt de travail en tant que cas contact ?

Les personnes identifiées comme cas contact peuvent demander un arrêt de travail en ligne sur le site declare.ameli.fr, notamment lorsqu’elles ne peuvent pas télétravailler.

Après avoir effectué la demande, il est possible de bénéficier d’un arrêt de 7 jours, débutant à la date à laquelle l’Assurance Maladie a informé le demandeur qu’il était cas contact.
Si la personne s’est isolée avant cette date, l’arrêt pourra être rétroactif dans la limite de 4 jours.
Si les résultats du test ne sont pas connus à la fin de l’arrêt, il est possible de demander une prolongation de l’arrêt dans la limite de 7 jours supplémentaires.

Les mesures d’isolement ont-elles été adaptées ?

Un renforcement des mesures a été annoncé. Compte tenu de la progression de la diffusion des variants sur le territoire, le Gouvernement a décidé de procéder à une harmonisation de la durée de l’isolement à compter du lundi 22 février.

Pour les personnes positives ou personnes symptomatiques, la durée de l’isolement est portée à 10 jours au lieu de 7 à partir de la date des premiers symptômes. L’isolement prend fin après ces 10 jours. En cas de fièvre persistante, l’isolement est prolongé de 48 h après la disparition de la fièvre.

Pour les personnes positives asymptomatiques, le début de cet isolement de 10 jours doit débuter à partir du jour du prélèvement positif. En cas de survenue de symptômes évocateurs de la Covid-19, la période d’isolement devra être rallongée de 10 jours à partir de la date d’apparition des symptômes.

La fin de l’isolement doit s’accompagner du port rigoureux du masque et du strict respect des mesures barrières et de la distanciation physique durant les 7 jours suivant la levée de l’isolement, en évitant les personnes à risque et en favorisant dans la mesure du possible le télétravail. Un test de sortie d’isolement n’est pas requis.

Par ailleurs, la durée de l’isolement pour les personnes contact à risque en dehors du foyer reste à 7 jours après le dernier contact en date avec la personne testée positive. La levée de l’isolement pourra avoir lieu en cas de résultat de test négatif réalisé au 7ème jour après ce dernier contact, en l’absence de symptômes évocateurs de la Covid-19.

Pour les personnes contact à risque vivant au sein du même foyer, la durée de l’isolement est portée à 17 jours. La levée de l’isolement pourra avoir lieu au 17ème jour, en cas de test négatif réalisé 7 jours après guérison de la personne positive au sein du foyer (qui dure 10 jours) et en l’absence de symptômes évocateurs de la Covid-19.

La fin de l’isolement doit également s’accompagner du port rigoureux du masque et du strict respect des mesures barrières et de la distanciation physique durant les 7 jours suivant la levée de l’isolement, en évitant les personnes à risque et en favorisant dans la mesure du possible le télétravail.

Quel est le protocole d’isolement des cas contacts des personnes positives à un variant de la Covid-19 ?

Il est demandé à l’ensemble des contacts à risque identifiés autour des porteurs de variants de prévenir eux-mêmes les personnes avec qui elles ont été en contact depuis leur dernière exposition à risque avec le cas positif au variant. Pour celles-ci il est recommandé de :
- Renforcer l’application des mesures barrières et notamment le port du masque de catégorie 1 ou du masque chirurgical en présence d’autres personnes ;
- Télétravailler dès lors que cela est possible ;
- Réduire volontairement ses contacts sociaux durant les 7 jours suivants ;
- Réaliser un test diagnostic sans délai au premier symptôme.