Personnes à risques : Réponses à vos questions

Les critères de vulnérabilité

Quelles sont les personnes considérées comme à risques face à la COVID-19 ?

L’ensemble de la population est susceptible de contracter la maladie COVID-19.
Certaines populations sont toutefois plus à risques de formes graves, d’admissions en réanimation ou de décès :

  • Les personnes de plus de 65 ans
  • Les personnes atteintes d’une maladie chronique ou fragilisant leur système immunitaire (notamment antécédents cardiovasculaires, diabète et obésité, pathologies chroniques respiratoires, cancers, insuffisance rénale, cirrhose, splénectomie, drépanocytose…)
  • Les femmes enceintes au 3ème trimestre de grossesse.

L’avis du 20 avril 2020 du Haut Conseil de la Santé Publique rappelle la liste des personnes à risque de développer une forme grave de la COVID-19.

Si vous ou une personne vivant à votre domicile se trouve dans cette situation, il vous est recommandé d’être très prudents, car le coronavirus circule toujours.

J’ai plus de 65 ans mais je me sens en pleine forme, dois-je me considérer comme à risque face à la COVID-19 ?

Même si vous êtes en bonne santé, il est recommandé de rester très vigilant. L’âge est un facteur aggravant face au virus : en France, plus de 9 personnes décédées de la COVID-19 sur 10 sont âgées de plus de 65 ans.

J’ai plus de 65 ans mais je suis vacciné contre la grippe, suis-je protégé contre la COVID-19 ?

Les personnes vaccinées contre la grippe ne sont pas immunisées face à la COVID-19. Si les symptômes du nouveau coronavirus et de la grippe saisonnière peuvent se ressembler, il s’agit de virus distincts et leurs traitements ne sont pas les mêmes. Des travaux de recherche sont en cours mais le vaccin contre la COVID-19 n’est pas encore au point.

Sorties, vie sociale et lutte contre le risque d’isolement

Puis je recevoir des visiteurs ?

Si je suis une personne « à risque » de développer une forme grave :

  • Je limite les visites à l’essentiel.
  • Je demande auparavant à mes visiteurs s’ils ont des symptômes ou si des gens autour d’eux ont eu des symptômes de la COVID-19 ; si c’est le cas, je remets la visite à plus tard.
  • Si je reçois un visiteur, je porte systématiquement un masque et je renforce les gestes barrières : je n’enlève pas mon masque pour parler.
  • Si je ne peux pas porter un masque (repas par exemple), j’évite de me placer face-à-face.
  • Je demande à mon visiteur de porter un masque, de se laver les mains en arrivant et je fais en sorte qu’il évite de toucher les objets alentours.
  • Je n’ai pas de contact physique avec lui et j’évite les embrassades.
  • Je respecte systématiquement la distance d’un mètre.
  • Je me lave très régulièrement les mains : avant et après avoir mis mon masque, avant de préparer les repas, de les servir et de les consommer, après avoir toussé ou éternué, ou après avoir manipulé des objets utilisés par mon visiteur.
  • Si votre visiteur est accompagné d’enfants, limitez tout contact avec eux et pratiquez les gestes barrières avec une attention particulière.
  • J’aère mon logement une fois mon visiteur parti.

Quelles sont les sorties à éviter ?

En tant que personne « à risque de formes graves », il vous est recommandé d’adopter une attitude prudente afin de limiter votre exposition au virus :

  • Limitez au maximum vos sorties, y compris pour réaliser des courses alimentaires,
  • Portez systématiquement un masque « grand public » à l’extérieur,
  • Favorisez les heures de faible affluence pour réaliser vos courses (ex : créneaux réservés aux populations à risques si disponibles),
  • Préférez avoir recours à la livraison de vos courses / repas à domicile, si cela est possible,
  • Dans la mesure du possible, faites-vous aider par un proche / un voisin pouvant réaliser les courses à votre place et vous les déposer au domicile,
  • Si besoin, prenez contact avec des associations proposant des services de livraison de courses à domicile pour les populations fragiles (ex : « Croix Rouge chez Vous », un service disponible 7j/7 au 09 70 28 30 00) ou facilitant l’entraide sociale entre voisins,
  • Plusieurs initiatives sont recensées sur le site du ministère de la Santé : https://solidarites-sante.gouv.fr/grands-dossiers/rompre-isolement-aines/personnes-agees-et-leurs-aidants/article/des-ressources-pour-les-10-besoins-essentiels-des-personnes-agees-et-de-leurs.

- Puis-je emprunter les transports en commun ? Si oui, dans quelles conditions ?

En tant que personne « à risque de formes graves », il vous est recommandé d’éviter au maximum les transports en commun.

  • Il est obligatoire de porter un masque dans les transports en commun, les trains, les taxis, les VTC et véhicules de covoiturage.
  • Les opérateurs de transport doivent assurer le respect des mesures de distanciation physique et des gestes barrières : condamnation d’un siège sur deux dans les bus et métros, marquage au sol dans les métros.

Si vous êtes atteint d’une maladie chronique, l’Assurance maladie prend en charge, sous certaines conditions, certains frais de transport nécessaires pour des soins ou des examens médicaux (contactez l’Assurance maladie ou de votre médecin traitant pour plus d’informations).

Si toutefois vous ne disposez d’aucune alternative aux transports en commun pour réaliser un déplacement que vous jugez indispensable :

  • Portez un masque,
  • Privilégiez les heures de faible trafic,
  • Tenez-vous autant que possible à distance des autres voyageurs,
  • Lavez-vous les mains dès votre arrivée à destination.

- Puis-je aller au restaurant ?

Les restaurant ont rouvert. Privilégiez les horaires de faible affluence, les terrasses (le risque est beaucoup moins élevé en extérieur), et assurez-vous de pouvoir respecter les gestes barrières avant de vous installer.

Est-ce que mes petits enfants peuvent me rendre visite ? A quelle fréquence ?

Si vous êtes une personne à risque, il est vous est recommandé d’éviter au maximum le contact avec les enfants. Il n’est pas conseillé de recevoir vos petits-enfants à domicile.

Si vous rendez visite à vos petits-enfants, limitez tout contact avec eux et pratiquez les gestes barrières avec une attention particulière.

Pour rappel :

  • Lorsqu’ils sont atteints de la COVID-19, les enfants sont souvent des « porteurs asymptomatiques ». Ne présentant pas de symptômes de la maladie, ils n’en demeurent pas moins contagieux et peuvent vous exposer à un risque de contamination.
  • Les gestes barrières peuvent être difficiles à respecter en présence d’enfants. Par mesure de prudence, il convient donc de limiter au maximum tout contact avec eux.

Comment être prévenu s’il y a des cas de COVID-19 dans mon entourage ?

S’il y a un cas de COVID-19 dans votre entourage, votre proche pourra vous prévenir directement. Les médecins et les agents de l’Assurance maladie vont faire une enquête pour savoir si vous avez des chances d’avoir eu le virus et s’il faut vous dépister.

Pour accélérer ce processus, vous pouvez également installer l’application StopCovid, et la faire installer par votre famille et vos proches, afin de les prévenir et d’être prévenu plus rapidement si l’un d’entre vous a la maladie. De cette façon, vos proches seront eux aussi prévenus plus vite si quelqu’un autour d’eux a la maladie, et ils auront donc moins de chances de vous la transmettre avant de savoir qu’ils sont atteints.

Soins médicaux courants et suivi de la prise en charge

J’ai besoin d’un renouvellement d’ordonnance dans le cadre du traitement de ma pathologie chronique mais j’ai peur d’aller chez le médecin en ce moment. Comment faire ?

Il est recommandé de maintenir votre traitement médical habituel. Votre crainte est compréhensible compte-tenu des risques liés au virus.
Toutefois des solutions existent pour garantir votre prise en charge en toute sécurité :

  • Privilégiez lorsque cela est possible une consultation à distance avec votre praticien (téléconsultation) pour faire renouveler votre prescription ;
  • Demandez à votre pharmacien un renouvellement d’ordonnance (un arrêté paru au Journal officiel du 15 mars 2020 autorise les pharmaciens d’officine à étendre le renouvellement d’une ordonnance expirée dans le cadre d’un traitement chronique). N’hésitez pas à contacter votre médecin pour qu’il vous conseille au mieux.

Habituellement je vais toutes les semaines chez un praticien qui ne peut pas pratiquer à distance (kinésithérapeute, ostéopathe…). Puis-je reprendre mes séances ?

Il est recommandé de maintenir votre traitement médical habituel.
Si vos séances ont été suspendues depuis le début du confinement, prenez contact rapidement avec votre médecin prescripteur ou le praticien directement pour mettre en place la prise en charge la plus adaptée à vos besoins de santé en limitant les facteurs de risques vis-à-vis du virus (adaptation des horaires de consultation pour éviter les transports aux heures de pointe, mise en place d’une consultation à domicile si nécessaire, etc.). Portez un masque lors de rendez-vous médicaux.

J’ai besoin de me rendre chez le médecin dans le cadre du suivi de ma maladie chronique mais j’ai peur d’attraper le coronavirus. Comment faire ?

Il est recommandé de ne pas interrompre votre suivi médical habituel. Toutefois, votre crainte est compréhensible compte-tenu des risques liés au virus. Des solutions existent pour garantir votre prise en charge en toute sécurité :

  • Privilégiez lorsque cela est possible une consultation à distance avec votre praticien (téléconsultation) ;
  • Si vous devez vous déplacer, évitez de prendre rendez-vous aux heures de pointe pour limiter les contacts dans les transports en commun ou dans la salle d’attente ;
  • Portez un masque lors de rendez-vous médicaux, et appliquez les mesures barrières.
    N’hésitez pas à contacter votre médecin pour qu’il vous conseille au mieux.

Je fais des bilans réguliers à l’hôpital dans le cadre du suivi de ma maladie chronique mais avec l’épidémie de coronavirus, j’ai peur de m’y rendre. Comment faire ?

Il est recommandé de ne pas interrompre votre suivi médical habituel, au risque que votre situation de santé se détériore.
Si votre bilan à l’hôpital est maintenu, vous n’avez aucune raison de ne pas vous y rendre. Les établissements de santé ont mis en place des organisations spécifiques pour garantir la prise en charge des patients en toute sécurité et sans risque de contamination au coronavirus. Il est toutefois recommandé de rester très vigilant, d’appliquer rigoureusement les gestes barrières et de porter un masque lors des rendez-vous médicaux.
Pour toute question complémentaire, n’hésitez pas à contacter en amont votre médecin traitant ou votre médecin prescripteur.

Je bénéficie habituellement d’une prise en charge médicale à domicile (ex : passage infirmier, aide-soignant, aide à domicile…). Ces professionnels peuvent-ils venir sans risque à mon domicile ?

Il est recommandé de ne pas interrompre votre suivi médical habituel, au risque que votre situation de santé se détériore.
Les professionnels de santé qui effectuent votre suivi à domicile sont toujours autorisés à se rendre chez vous. Ils réalisent les prises en charge à domicile dans le respect des règles de sécurité liées à leur pratique (port du masque, désinfection du matériel, etc.). Vous devez également porter un masque en leur présence.
Pour toute question complémentaire, n’hésitez pas à contacter en amont votre médecin traitant ou le professionnel qui vient à votre domicile directement.

Activités professionnelles et associatives

Je suis atteint d’une maladie chronique, puis-je reprendre mon activité professionnelle normalement ?

La reprise du travail ne signifie pas une reprise du rythme précédent le confinement, a fortiori pour les populations les plus à risque vis-à-vis du virus : le télétravail reste la norme pour tous les employeurs et salariés qui peuvent l’appliquer.

  • Si vous le pouvez, il vous est fortement recommandé de poursuivre le télétravail.
  • Si votre activité ne le permet pas, consultez votre employeur ou votre médecin du travail pour identifier les modalités de travail les plus adaptées à votre situation (horaires décalées, postes sans exposition au public, etc.).

Je ne peux pas reprendre le travail compte-tenu de ma maladie chronique : comment faire ?

Si vous ou l’un de vos proches vivants à votre domicile souffrez d’une maladie chronique qui vous empêche de reprendre votre activité professionnelle (risque de développement d’une forme grave de COVID-19), parlez-en avec votre employeur ou votre médecin du travail.

Plusieurs solutions pourront vous être proposées :

  • Si vous êtes salarié, vous êtes éligible au dispositif d’activité partielle.
  • Si vous n’êtes pas salarié, vous pouvez bénéficier d’un arrêt de travail et de l’indemnisation associée.
    Renseignez-vous auprès de votre employeur et en ligne ici.

J’ai plus de 65 ans mais je continue à exercer une activité professionnelle. Puis-je reprendre le travail ?

La reprise du travail ne signifie pas une reprise du rythme précédent le confinement, a fortiori pour les populations les plus à risque vis-à-vis du virus comme les personnes de plus de 65 ans : le télétravail reste la norme pour tous les employeurs et salariés qui peuvent l’appliquer.

  • Si vous le pouvez, il vous est fortement recommandé de poursuivre le télétravail.
  • Si votre activité ne le permet pas, consultez votre employeur ou votre médecin du travail pour identifier les modalités de travail les plus adaptées à votre situation (horaires décalées, postes sans exposition au public, etc.).

J’ai plus de 65 ans, je suis à la retraite et je fais du bénévolat dans une association. Puis-je reprendre mes activités ?

Il est possible de reprendre une activité bénévole, en respectant la réglementation en vigueur (ex : les rassemblements organisés sur la voie publique sont limités à 10 personnes).
Il est toutefois vivement recommandé aux personnes de plus de 65 ans, plus à risques face à la COVID-19, de continuer à se protéger en limitant leurs contacts et leurs sorties.
Si vous reprenez une activité associative, veillez ainsi à :

  • Privilégier les activités à distance (par téléphone, internet…) ;
  • Portez un masque en présence d’autres personnes ;
  • Respectez rigoureusement les gestes barrières.

Agir face à l’apparition de symptômes COVID-19

Je ressens des symptômes associés à la COVID 19 (fièvre, toux…). Que faire ?

Si vous ressentez des symptômes s’apparentant à ceux de la COVID 19 (fièvre, toux…), le premier réflexe à avoir est de rester confiné strictement à votre domicile (pour éviter le risque de contamination) et de contacter votre médecin traitant. Celui-ci vous indiquera la marche à suivre et vous proposera une consultation médicale dans son cabinet (ex : à des horaires dédiés limitant les risques de contamination) ou par téléconsultation (si votre médecin et vous-mêmes êtes équipés des outils numériques appropriés).

Votre médecin pourra alors vous prescrire un test virologique à réaliser dans un laboratoire d’examen médical près de votre domicile. Le cas échéant, il vous prescrira également des masques chirurgicaux disponibles en pharmacie à porter à votre domicile uniquement en présence d’un tiers (pour protéger les autres membres de votre foyer) et lors de vos sorties (ex : lorsque vous irez réaliser votre test COVID au laboratoire).

Si le résultat de votre test est positif (vous êtes atteint de la COVID-19) :

  • Votre médecin vous proposera un suivi médical adapté à votre situation (auto-surveillance, télésurveillance, suivi renforcé à domicile, hospitalisation à domicile),

NB : Si votre état se dégrade et que vous ressentez des difficultés respiratoires, contactez le 15 (ou le 114) dans les meilleurs délais.

  • Votre isolement « obligatoire » sera prolongé jusqu’à votre guérison. Isolement strict, pas de sorties en dehors des sorties médicales ou des courses alimentaires si aucune alternative disponible, avec port de masques chirurgical obligatoire lors des déplacements et port du masque à domicile.
  • Votre médecin (ou l’Assurance maladie) vous contactera pour identifier avec vous vos « personnes contact à risque » (personnes avec lesquelles vous avez été en contact proche et prolongé et que vous avez pu contaminer au cours de la période récente).

Si le résultat de votre test est négatif (vous n’êtes pas atteint de la COVID-19) :

  • Votre médecin vous proposera un suivi médical adapté à votre situation (pour traiter au mieux vos symptômes).
  • Votre isolement « obligatoire » est levé.

En cas de symptômes de la COVID-19, l’isolement reste-t-il « volontaire » ou devient-il « obligatoire » ?

En cas d’apparition de symptômes COVID-19, la procédure d’isolement strict est “obligatoire” pour tous (personne à risque ou grand public). Il vous est demandé d’observer un isolement strict à domicile qui ne sera levé que si les résultats de votre test sont négatifs et indiquent que vous n’êtes pas atteint de la COVID-19. Dans le cas contraire, si vous êtes atteint de la COVID-19, l’isolement strict à domicile se poursuivra jusqu’à votre guérison complète. Votre médecin sera garant de votre suivi médical pendant cette période d’isolement et vous indiquera plus précisément la conduite à tenir.

Si vous êtes atteint de la COVID-19, le confinement des personnes habitant avec vous sera également « obligatoire ». Ces personnes seront prises en charge par l’Assurance Maladie en tant que « personnes contact à risque ».

En tant que « personne à risque », je suis inquiète face à l’épidémie et aimerais m’assurer que je ne suis pas atteinte de la COVID 19. Aurai-je le droit de réaliser un test même en l’absence de symptômes COVID-19 ?

En l’absence de symptôme COVID-19, vous n’êtes pas éligible à un test, en dehors de programmes de dépistages spécifiques.

Dans un objectif d’efficacité de la lutte anti-COVID, les tests sont prioritairement réservés aux publics présentant un risque de contamination élevé.
Sont éligibles aux tests :

  • toute personne présentant des symptômes COVID-19 (symptômes confirmés par un avis médical),
  • toute personne identifiée comme ayant été en contact à risque élevé avec une personne contaminée (« personne contact »).

Certains publics spécifiques via des campagnes de dépistage ad hoc : personnes vulnérables, résidents des structures d’hébergement collectif (EHPAD, établissements pénitentiaires…) et personnels exerçant dans ces structures (en cas de premier cas confirmés au sein de la structure).

Mon test COVID s’est avéré négatif : je ne suis pas atteint de la COVID-19. Pourquoi dois-je continuer à limiter mes sorties et mes contacts avec l’extérieur ?

Un test peut être négatif en tout début de maladie COVID-19, lorsqu’on est en phase d’incubation du virus. Ainsi, votre médecin vous indiquera la conduite à tenir en respectant un isolement préventif de quelques jours selon votre situation.

De plus, en cas de résultat négatif, il convient toutefois de rester très vigilant. En effet, le test permet d’identifier si une personne est infectée par le virus, au moment où elle effectue le test. Il ne donne aucune information sur une éventuelle immunité du patient face au virus de la COVID-19. En cas de test négatif, le patient reste exposé à un risque de contamination ultérieure. Ce risque est d’autant plus important s’il s’agit d’une « personne à risque ».

Une personne de mon foyer est atteinte de la COVID-19. Comment puis-je me protéger d’un risque de contamination ?

Si une personne de votre foyer est atteinte de la COVID-19, vous êtes considéré comme « personne contact ». A ce titre, vous serez pris en charge par votre médecin de famille ou contacté par les services de l’Assurance maladie qui vous indiqueront dans le détail la procédure à suivre. Les principaux éléments de vigilance sont les suivants :

  • Restez confiné à domicile en respectant rigoureusement l’ensemble des gestes barrières qui permettront de limiter le risque de contamination (port du masque par la personne contaminée et par vous-même lorsque vous êtes dans la même pièce, isolement dans des pièces séparées, aération très régulière des pièces, désinfection régulière des espaces communs) ;
  • Si l’isolement à domicile ne peut se faire dans de bonnes conditions et vous expose à un risque important de contamination, alertez votre médecin qui signalera votre situation à la « cellule territoriale d’appui à l’isolement ». Cette dernière pourra proposer à la personne de votre foyer contaminée ou à vous-même une solution d’hébergement dédiée (dans un hôtel, avec prise en charge médicale le cas échéant) ;
  • Allez-vous faire tester dans un laboratoire d’examen médical : une fois identifié en tant que « personne contact à risque », vous n’avez pas besoin d’une prescription médicale et pouvez accéder directement à un test virologique. Votre médecin ou les services de l’Assurance maladie vous indiqueront quand et comment réaliser le test ;
  • Garder un contact étroit avec mon médecin traitant et, en cas de maladies chroniques, avec les autres professionnels de santé qui assurent habituellement votre suivi : ils vous proposeront en fonction de l’évolution de votre état de santé et de votre situation d’isolement, un suivi médical adapté.