L’isolement

Les règles d'isolement au 21 mars 2022
Les règles d’isolement au 21 mars 2022

Sur la base de l’avis du Haut Conseil de la Santé publique rendu le 11 février 2022 et précisant les évolutions possibles en cas de situation sanitaire favorable, un assouplissement de la doctrine de dépistage a notamment été mis en place pour les personnes contacts. Depuis le 21 mars 2022, les personnes contacts , et ce quel que soit leur statut vaccinal, n’ont plus à réaliser qu’un seul test (autotest ou test antigénique ou test RT-PCR) à J2 de la date de notification du statut de contact.

Dans le cas d’un autotest ou test antigénique positif, la personne doit faire un test RT-PCR de confirmation. Dans l‘attente du résultat elle est considérée comme cas possible et doit s’isoler.

L’isolement est une période au cours de laquelle une personne limite strictement tous ses contacts avec d’autres personnes. Cela permet notamment de protéger les personnes les plus fragiles et de briser les chaînes de contamination.

Avec ou sans symptômes, je suis contagieux un peu avant l’apparition des premiers signes. C’est la raison pour laquelle, si je suis malade ou positif au Covid-19, l’isolement doit être immédiat et reste le meilleur moyen pour éviter de contaminer d’autres personnes.

L’isolement doit être réalisé chez soi. Dans quelques cas particuliers, il est possible d’effectuer sa période d’isolement à l’hôtel ou dans un lieu d’hébergement collectif adapté.

Plus d’informations : Je suis atteint par le Covid-19 et je dois rester chez moi

L’isolement doit être effectué dans les cas suivants :
- Dès l’apparition des premiers symptômes du Covid-19
- Lorsqu’on a été testé positif au Covid-19 (même sans symptômes)

Si vous êtes contact à risque ou symptomatique, il convient de se faire tester par un autotest, un test antigénique ou un test RT-PCR dès que possible. En cas de résultat positif de test antigénique ou d’autotest, une confirmation par test RT-PCR devra être réalisée.
Dans le même temps, un strict respect du port du masque, des mesures barrières et de la distanciation physique doit être opéré en évitant les personnes à risque et en favorisant dans la mesure du possible le télétravail. Ces dispositions doivent perdurer jusqu’à 7 jours après l’isolement d’un cas positif.

Dès lors qu’une personne est symptomatique, elle doit :

  • Réaliser immédiatement un test antigénique* ou un RT-PCR, indépendamment de son statut vaccinal, d’antécédent d’infection ou de statut de contact à risque ;
  • S’isoler et réduire ses contacts ;
  • Préparer la liste des personnes avec lesquelles elle a été en contact dans les 48h précédant la date d’apparition des symptômes ;
  • Télétravailler dans la mesure du possible.

*Si le test est positif, la personne doit réaliser un test RT-PCR de confirmation. Dans l‘attente du résultat elle est considérée comme cas confirmé et doit suivre la conduite à tenir adéquate. Il en va de même en cas d’autotest positif.

En cas de test positif, les personnes doivent renseigner la liste des personnes avec lesquelles elles ont été en contact dans les 48h précédant la date d’apparition des symptômes sur le téléservice de l’Assurance maladie, et informer les personnes figurant sur cette liste de son statut de cas positif.

Pour les personnes positives ayant un schéma vaccinal complet et à jour et pour les enfants de moins de 12 ans : l’isolement est d’une durée de 7 jours (pleins) à compter de la date du début des signes ou la date du prélèvement du test positif. Toutefois, au bout de 5 jours, la personne positive peut sortir d’isolement à deux conditions :

  • Elle effectue un test antigénique ou RT-PCR et celui-ci est négatif ;
  • Elle n’a plus de signes cliniques d’infection depuis 48h.
    Si le test réalisé est positif ou si la personne ne réalise pas de test, son isolement est maintenu à 7 jours. Elle ne réalise pas un second test à J7.

Pour les personnes positives ayant un schéma vaccinal incomplet (au sens du "pass sanitaire") et pour les personnes non-vaccinées : l’isolement est de 10 jours (pleins) à compter de la date du début des signes ou la date du prélèvement du test positif. Toutefois, au bout de 7 jours, la personne positive peut sortir d’isolement à deux conditions :

  • Elle effectue un test antigénique ou RT-PCR et celui-ci est négatif ;
  • Elle n’a plus de signes cliniques d’infection depuis 48h.
    Si le test est positif ou si la personne ne réalise pas de test, l’isolement est de 10 jours.

À noter que le respect des gestes barrières (port du masque et mesures d’hygiène) est à respecter les 7 jours suivant la sortie d’isolement du cas positif.

Est contact à risque toute personne ayant été contact avec une personne positive au Covid-19 sans mesure de protection efficace, qui sont :
- Une séparation physique isolant la personne-contact du cas confirmé probable en créant deux espaces sans communication (vitre, Hygiaphone) ;
- Un masque chirurgical ou un masque FFP2, ou un masque en tissu catégorie 1, porté par le cas confirmé ou probable ou la personne-contact.

Il y a 3 types de personnes contact :

  • Risque élevé : personne n’ayant pas un schéma vaccinal complet et
    • Ayant eu un contact direct, en face-à-face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée
    • Ayant donné ou reçu des actes d’hygiène ou de soin
    • Ayant partagé un espace intérieur pendant au moins 15 min consécutives ou cumulées
  • Risque modéré : personne ayant un schéma vaccinal complet et
    • Ayant eu un contact direct, en face-à-face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée
    • Ayant donné ou reçu des actes d’hygiène ou de soin
    • Ayant partagé un espace intérieur pendant au moins 15 min consécutives ou cumulées
  • Risque négligeable : toute personne ayant un antécédent de Covid de moins de 2 mois, et toutes les situations de contact non décrites précédemment. »

L’isolement doit devenir l’axe central de notre stratégie de lutte contre le virus. Nous avons donc décidé de renforcer les moyens humains, logistiques et sociaux pour mieux appuyer l’isolement des cas positifs et de leurs cas contact, en lien avec l’Assurance maladie, les collectivités, les associations. Cela doit permettre, par des appels et des visites à domicile d’équipes soignantes, de mieux aider les Français à comprendre, vivre et respecter leur isolement. Ainsi, chaque personne positive se voit proposer une visite infirmière à domicile. Ainsi, une visite infirmière à domicile peut être proposée aux cas confirmés lorsqu’ils sont contactés par l’Assurance maladie.

Afin de rompre les chaînes de transmission, vous pouvez prévenir vous-même vos cas contacts afin qu’ils puissent adapter leur comportement à la situation.

Vous pouvez également les déclarer sur la plateforme de l’Assurance maladie « Lister mes cas contacts ». L’Assurance maladie pourra alors adresser très rapidement et directement des consignes sanitaires personnalisées à ces personnes contacts, notamment au regard de leur statut vaccinal. Cette démarche les aidera également à organiser plus facilement leur prise en charge (test, arrêt de travail…).

Vous pourrez également saisir le résultat de votre test dans l’application TAC pour le partager à vos « contacts Bluetooth » afin qu’ils puissent adapter leur comportement à la situation.

L’ensemble des patients dépistés positifs au Covid-19 reçoivent un message SMS leur demandant de déclarer sur le téléservice « Lister mes cas contacts » les personnes croisées pendant la période contagieuse. Ce SMS renvoie, via un lien cliquable, vers un site qui permet aux patients positifs de déclarer la liste de leurs cas contact à risque ainsi que leurs coordonnées. Grâce à ce téléservice, l’Assurance maladie pourra adresser très rapidement et directement à ces personnes les consignes sanitaires adaptées à leur situation.

L’Assurance maladie contacte les personnes cas contacts à plusieurs moments de l’isolement :

  • 48 heures avant la date conseillée pour réaliser leur test de dépistage, les cas contact reçoivent un SMS de rappel ;
  • pendant l’isolement, les cas contact non vaccinés reçoivent un SMS pour leur rappeler l’importance de bien respecter leur période d’isolement. Ces personnes peuvent signaler d’éventuels besoins pour améliorer les conditions de leur isolement ;
  • en fin d’isolement, ces personnes sont invitées à répondre à des questions par SMS. Leurs réponses permettent de déterminer si la période d’isolement peut prendre fin ou pas.

Un module dédié à l’isolement a été mis en place le 12 janvier 2021 dans le cadre du numéro vert national (0 800 130 00), afin de donner des conseils sur la gestion de votre isolement ainsi qu’une orientation vers des dispositifs d’accompagnement médicaux ou sociaux si vous en avez exprimé le besoin.

Depuis le 20 janvier 2021, l’Assurance maladie vous propose une visite à domicile réalisée par un infirmier libéral. Celui-ci viendra vous aider à organiser votre isolement, vous prodiguera des conseils et pourra dépister les membres de votre foyer qui seront isolés avec vous.
Il pourra également vous proposer une offre d’accompagnement matérielle, psychologique en fonction de vos conditions d’isolement. Si vous ou l’un de vos proches présente des symptômes, il pourra également réaliser une consultation et un suivi médicaux.

Aucune visite à domicile n’est réalisée sans le consentement de la personne isolée. Elles sont donc déclenchées uniquement si la personne isolée a donné son accord et a sollicité un accompagnement.
Concrètement, l’infirmier ou les équipes d’accompagnement qui viendront à votre domicile contacteront chaque personne à l’avance pour organiser la visite.

Les textes qui encadrent cette pratique sont ceux relatifs à la protection et à la transmission des données personnelles dans le cadre de la lutte contre l’épidémie (article 11 de la loi du 11 mai 2020 prorogeant l’état d’urgence sanitaire modifiée) et plus généralement les grands principes du droit médical comme le respect du secret médical et le consentement au soin.

Lors de son appel à J ou J+1 après le test, l’Assurance maladie propose à tous les cas positifs ainsi qu’aux cas contacts qui présentent un risque (personnes de plus de 65 ans, celles atteintes de maladies chroniques comme l’hypertension, le diabète, les maladies cardiovasculaires, etc., les personnes présentant une obésité importante et les femmes enceintes au 3e trimestre de grossesse) une visite à domicile d’un infirmier diplômé d’État.

Depuis le 10 janvier 2021, le délai de carence est supprimé pour toutes les personnes symptomatiques, sous réserve de la réalisation d’un test (RT-PCR ou antigénique), et pour les personnes que les tests confirmeront atteintes du virus.

Dès l’apparition de ses symptômes, l’assuré doit s’auto-déclarer sur le site de l’Assurance maladie pour obtenir un récépissé qui devra être transmis à l’employeur pour permettre l’indemnisation de son arrêt de travail sans application du délai de carence.
Si son test est positif, la personne sera rappelée par l’Assurance maladie qui soit prolongera elle-même son arrêt, soit la renverra vers son médecin traitant pour qu’il prescrive cette prolongation.
Si son test est négatif, l’arrêt de travail s’arrêtera immédiatement.

Les personnes non-vaccinées ou avec un schéma vaccinal incomplet ayant été en contact avec une personne positive au Covid-19, contactées par l’Assurance maladie dans le cadre du contact tracing ou ayant reçu une notification de l’application TousAntiCovid peuvent demander un arrêt de travail en ligne pour s’isoler sur le site declare.ameli.fr. L’arrêt est d’une durée de 7 jours à partir de la date de la notification de cas contact. Il pourra être rétroactif dans la limite de 2 jours pour les salariés spontanément isolés avant la date de notification. Si les résultats du test ne sont pas connus à la fin de l’arrêt initial, il est possible de demander une prolongation de l’arrêt dans la limite de 2 jours supplémentaires.

Le statut de maladie professionnelle est accordé automatiquement aux professionnels qui exercent dans le secteur de la santé (à l’hôpital, en Ehpad, à domicile) ayant développé une forme grave de Covid-19. Ils peuvent bénéficier de cette reconnaissance si leur contamination a eu lieu dans le cadre de leur travail et si celle-ci a entraîné une affection respiratoire grave avec recours à l’oxygénothérapie ou toute autre forme d’assistance respiratoire, ou bien le décès. Dans le cas où ces professionnels de santé ont été atteints d’une affection grave autre que respiratoire, leur demande de reconnaissance est préalablement examinée par un comité d’experts médicaux.

Les professionnels de santé libéraux et les personnes qui ne travaillent pas dans le secteur de la santé peuvent aussi demander une reconnaissance en maladie professionnelle s’ils ont contracté le Covid-19 dans le cadre de leur travail et si la maladie a entraîné une affection grave. Leur demande est examinée par un comité national d’experts indépendants composé d’un médecin-conseil de la caisse d’Assurance Maladie et d’un praticien hospitalier ou d’un médecin du travail.

Le site internet declare-maladiepro.ameli.fr permet à toutes les personnes concernées d’effectuer leur déclaration en ligne.