Questions les plus fréquentes sur le Zika

Qu’appelle-t-on le Zika ?

Le Zika est une maladie due à un virus (arbovirus) transmis par les moustiques. Le virus Zika appartient à la famille des Flaviviridae du genre Flavivirus, comme ceux de la dengue et de la fièvre jaune. La transmission du virus est réalisée par des moustiques appartenant à la famille des Culicidae et au genre Aedes dont Aedes aegypti et Aedes albopictus.

Quel est le contexte international de l’épidémie actuelle ?

Le virus Zika a été isolé pour la première fois en Ouganda en 1947. La première épidémie documentée est survenue sur l’Ile de Yap (Micronésie) en 2007, la seconde en Polynésie française d’ octobre 2013 à avril 2014. Le virus a ensuite circulé en Nouvelle-Calédonie et dans d’autres îles du Pacifique.

L’épidémie actuelle a débuté au Brésil, avec la confirmation des premiers cas en mai 2015. Depuis, de nombreux pays ont rapporté des cas de Zika.

Quelle est la situation dans les départements français d’Amérique ?

Consulter le point de situation épidémiologique de l’Institut de veille sanitaire

Comment se transmet la maladie ?

La transmission du virus est réalisée par des moustiques appartenant à la famille des Culicidae et au genre Aedes dont Aedes aegypti et Aedes albopictus.

Lors d’une piqûre, le moustique se contamine en prélevant le virus dans le sang d’une personne infectée. Le virus se multiplie ensuite dans le moustique, qui pourra, à l’occasion d’une autre piqûre, transmettre le virus à une nouvelle personne. Une personne infectée est « contaminante pour les moustiques » au moment où le virus est présent dans son sang, c’est-à-dire pendant la phase de développement de l’infection dans le corps, soit 3 à 10 jours après la piqure infectante. Pendant cette période il faut éviter qu’une personne infectée ne se fasse piquer, et qu’elle transmette ainsi le virus à d’autres moustiques (du genre Aedes), afin d’éviter l’entretien du cycle de transmission du virus.

Quels sont les symptômes de la maladie à virus zika ?

Les symptômes se caractérisent par une éruption cutanée (exanthème maculo-papuleux, voir prurit) avec ou sans fièvre même modérée. Les autres signes décrits au cours de cette infection sont : fatigue, douleurs musculaires et articulaires, conjonctivite, maux de tête et douleurs rétro-orbitaires. Il est difficile, sur ces seuls symptômes, de faire un diagnostic, notamment lorsque coexistent dans la zone d’autres arboviroses telles que la dengue ou le chikungunya. La maladie est spontanément résolutive, les symptômes durant de 4 à 7 jours. De plus, il existe des formes de la maladie sans symptômes apparents (entre 70 et 80% d’asymptomatiques).

Quelles peuvent être les complications ?

Alors que ce virus paraissait relativement anodin, des complications neurologiques de type syndrome de Guillain-Barré, en lien avec l’infection par le virus Zika, ont été décrites au Brésil et en Polynésie française. Le premier décès en lien avec le virus Zika, d’un patient atteint par un syndrome de Guillain-Barré, est survenu le 19 mai 2016 en Martinique.

Par ailleurs, l’hypothèse d’une relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies fœtales ou néonatales et une infection par le virus Zika chez la mère est confirmée. Des travaux de recherche sont actuellement conduits dans plusieurs pays pour mieux décrire et comprendre ces complications.

Existe-il des examens de diagnostic biologique du Zika ?

Il s’agit dans un premier temps de réaliser sans délai après le début des symptômes des prélèvements sanguins et d’urine afin d’effectuer la recherche du génome du virus (examen direct par RT-PCR sang et urines).
Après la phase aigüe de la maladie, le diagnostic peut être réalisé par sérologie, la détection des anticorps spécifiques de la maladie Zika (IgM et IgG anti-Zika).

Existe-t-il un traitement spécifique du Zika ?

Il n’existe pas à ce jour de traitement spécifique contre le Zika. Le traitement est avant tout symptomatique (traitement de chacun des symptômes) et repose notamment sur la prise d’antalgiques (comme le paracétamol), et le repos. De plus, les médicaments de type salicylés (aspirine) sont à éviter du fait de la coexistence de la dengue dans les zones où circule le virus et du risque induit de saignement.Il est important de consulter un médecin en cas de signes évocateurs, tout particulièrement pour les femmes enceintes compte-tenu des risques de complications chez l’enfant à naître.

Existe-t-il un vaccin contre le virus ?

Actuellement, aucun vaccin n’existe contre la maladie Zika, mais de nombreux projets de recherche sont en cours.