Le virus Zika peut-il arriver en France métropolitaine ? Comment la métropole se prépare à l’épidémie de Zika ?

Depuis 2004, le moustique Aedes albopictus s’est développé de manière significative dans 30 départements de la France métropolitaine.

En 2006, le ministère chargé de la santé a élaboré un plan national anti-dissémination du chikungunya et de la dengue. Ce plan prévoit, pour la métropole, la mise en place d’une surveillance entomologique et épidémiologique pour prévenir et évaluer les risques de dissémination, renforcer la lutte contre les moustiques vecteurs, informer et mobiliser la population et les professionnels de santé et développer la recherche et les connaissances. En cas d’apparition d’une épidémie du virus Zika, ce guide pourra être utilisé pour la mise en œuvre d’actions de lutte en les adaptant au contexte particulier. Une mise à jour est prévue avant la saison de surveillance des moustiques tigres, qui démarre le 1er mai 2016.

Il est à souligner qu’en Métropole, la période d’activité de ce moustique s’étend du 1er mai au 30 novembre. Avant cette période il n’y a pas de risque de dissémination des virus dans la population. Mais, devant l’adaptation continue de ce moustique au climat de la France métropolitaine, chaque année, l’Entente Interdépartementale pour la Démoustication du littoral méditerranéen avec les autres structures chargées de la surveillance entomologique et de la démoustication, ainsi que les ARS, suivent l’entrée et la sortie de diapause du moustique (mécanisme permettant au moustique de résister à l’hiver sous forme d’œuf) pour éventuellement adapter les mesures de contrôle. Dans l’attente de cette phase de surveillance renforcée, les professionnels de santé, les ARS, etc. ont été sensibilisées à la prise en charge de cas importés de Zika et en particulier les femmes enceintes.