La prise en charge graduée de l’obésité

Le système de soins doit s’adapter pour enrayer la progression de l’obésité parmi la population, réduire l’exclusion sociale et la stigmatisation dont les personnes obèses sont encore trop souvent victimes.

La prise en charge graduée de l’obésité

Cela passe nécessairement par la structuration et l’organisation de la filière de soins, par la gradation des soins apportés selon le stade de sévérité et ou de complexité de l’obésité. Les coordinations territoriales, l’adaptation des équipements dans un but d’accessibilité, doivent permettre de dispenser, au moment opportun, les soins pertinents par le médecin traitant, le médecin spécialiste ou les établissements de santé, qu’ils assurent une activité médicale, chirurgicale, ou de soins de suite et de réadaptation. La personne en situation d’obésité doit également bénéficier d’un suivi inscrit dans la durée.

La prise en charge de l’obésité est graduée et l’on distingue trois niveaux de soins, selon le stade de sévérité ou de complexité de l’obésité.

Gradation des soins de la prise en charge de l’obésité sévère : Acteurs et structures

 

Les soins de premier recours

A vocation de repérage, de diagnostic, d’orientation et de suivi, ils sont dispensés par des professionnels dits « de proximité », à savoir les médecins généralistes et médecins traitants, les professionnels des centres de santé, les pharmaciens, les infirmiers, les diététiciens, les masseurs-kinésithérapeutes, les enseignants en activité physique adaptée, les établissements de santé de proximité.

Les médecins du travail, les médecins scolaires et les médecins de protection maternelle et infantile (PMI) sont également des interlocuteurs privilégiés à ce stade de la prise en charge.

 

Les soins de deuxième recours

Les soins de 2nd recours sont assurés par des médecins spécialisés en nutrition, en endocrinologie ou d’autres spécialités concernées, vers lesquels les personnes en situation d’obésité ont été orientées. A l’échelle infrarégionale, ils sont dispensés en ville ou au sein d’établissements de santé qui vont assurer la prise en charge médicale et/ou chirurgicale en lien avec les établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) spécialisés en « affections digestives, métaboliques et endocriniennes ».

Les professionnels de ces établissements de santé peuvent s’adresser à leurs référents des centres spécialisés d’obésité selon le degré de sévérité et/ou de complexité de l’obésité de la personne prise en charge.

 

Les soins de troisième recours

Les soins de 3ème recours sont dispensés auprès des personnes relevant de situations plus complexes, dans les centres hospitaliers universitaires, dans les centres spécialisés d’obésité (CSO) et en lien avec des établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) spécialisés. Ils sont identifiés et se coordonnent à l’échelle régionale ou interrégionale.

Les centres spécialisés interviennent auprès des personnes relevant des situations plus complexes ou de soins spécifiques. Ces centres disposent de l’expertise (nutrition, endocrinologie-métabolisme, psychologie, diététique…) et des équipements adaptés requis pour leur accueil en médecine et en chirurgie. Ils sont en lien avec des spécialités clés (pneumologie, sommeil, cardiologie, hépato-gastroentérologie) et avec une équipe de chirurgie et d’anesthésistes-réanimateurs spécialisée dans la chirurgie bariatrique.

 

Focus : Les établissements autorisés en soins de suite et de réadaptation (SSR)

Un cahier des charges permet aux ARS d’identifier les établissements SSR répondant aux exigences de prise en charge des cas les plus graves (enfants) et adultes.

Sur la prise en charge en SSR des obésités sévères et/ou multi compliquées :

pdf INSTRUCTION du 23 mars 2012 Téléchargement (88 ko)

Sur les unités d’accueil en SSR pour la prise en charge des jeunes atteints d’obésité syndromique et du syndrome de Prader-Willi, en lien avec le centre de référence pour la prise en charge du syndrome de Prader-Willi.

pdf Plan obésité : action 25 Téléchargement (38.4 ko)

 

Les recommandations HAS

2011, sept, « Surpoids et obésité de l’adulte, prise en charge de premier recours »

2011 sept, HAS, « Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent »

2018 sept, « Prescription d’activité physique et sportive : Surpoids et obésité de l’adulte »

Sur la prise en charge chirurgicale de l’obésité :

2009 janv, HAS, « Obésité : prise en charge chirurgicale chez l’adulte »

Outil patient : Brochure pour les patients « Obésité - prise en charge chirurgicale chez l’adulte » (2009)

2016 janv, HAS, « Critères d’éligibilité pour la réalisation d’une chirurgie bariatrique chez les moins de 18 ans ».