L’obésité sévère

Organisation des filières de soin pour la prise en charge de l’obésité sévère

Le système de soins doit s’adapter à l’épidémiologie de l’obésité et plus singulièrement à la prévalence accrue de ses formes les plus sévères, qui concernent près de 4% de la population adulte.

Le contexte

L’épidémie d’obésité est un fléau de santé publique qui ne cesse de s’amplifier et qui touche inégalement les populations tant les déterminants sociaux, environnementaux, économiques ou génétiques sont importants. C’est une maladie de personnes vulnérables dans une société d’abondance.

Le système de soins doit s’adapter à l’épidémiologie de l’obésité et plus singulièrement à la prévalence accrue de ses formes les plus sévères, qui concernent près de 4% de la population adulte.

Le volet offre de soins du plan obésité, piloté par la direction générale de l’offre de soins (DGOS), a pour ambition d’être structurant dans la prise en charge des personnes obèses, y compris les cas les plus graves, et doit permettre non seulement de faire face à ses conséquences médicales mais également, d’enrayer la progression de la maladie, et de réduire l’exclusion sociale et la stigmatisation professionnelle dont elles sont victimes.

Sous l’égide des ARS, cet objectif passe avant tout par l’organisation des filières de soins, des coordinations territoriales, et par l’adaptation des équipements dans un but d’accessibilité, de lisibilité et de gradation des soins incluant à sa juste place, le médecin traitant, le spécialiste libéral ou non, les établissements de santé, qu’ils assurent une activité médicale, chirurgicale, ou de soins de suite et de réadaptation.

Le rôle de la coordination des soins et de l’éducation thérapeutique du patient sont singulièrement mis en avant pour décloisonner les parcours et permettre aux patients de devenir acteurs de leur propre santé.
Le plan Obésité comporte de nombreuses mesure concernant la prévention et vise à organiser l’offre de soins.

Si la création des centres spécialisés peut être considérée comme la mesure la plus structurante pour l’offre de soins, elle s’appuie sur d’autres mesures qui en sont une déclinaison dans des champs spécifiques, notamment pour les établissements autorisés en soins de suite et de réadaptation, et pour l’organisation du transport bariatrique (Se reporter à l’annexe sur le rappel des principales mesures relatives à l’offre de soins.)

 

Les centres spécialisés et intégrés

L’appel à projet conduit par les agences régionales de santé (ARS) à la suite de l’instruction du 29 juillet 2011 relative à la mise en œuvre du plan national nutrition santé (PNNS) 3 et du plan obésité a permis d’identifier 37 centres spécialisés pour la prise en charge pluridisciplinaire de l’obésité sévère et pour l’organisation des filières de soins dans les régions.

Afin de rendre l’offre de soins accessible et lisible pour les patients obèses, ces centres spécialisés se voient confier deux missions et s’inscrivent dans une logique de gradation des soins portée par les SROS-PRS. Ils interviennent en recours régional de 3ème niveau.

Le premier recours est assuré par le médecin traitant et le pédiatre en charge du dépistage des personnes à risque, du bilan et de la prise en charge initiale des personnes présentant une obésité et du suivi et la cohérence des soins. Les médecins du travail, les médecins scolaires et de protection maternelle et infantile (PMI) interviennent également dans ce niveau primordial de la prise en charge. Ils s’appuient sur les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) publiée le 6 octobre 2011.

Le second recours spécialisé est assuré par les spécialistes de la nutrition, les endocrinologues, les internistes, les chirurgiens et par les établissements de santé publics et privés pour une prise en charge médicale et/ou chirurgicale des patients atteints d’obésité, y compris les obésités sévères.

Les trente sept centres spécialisés
Les cinq centres intégrés

pdf Liste des centres spécialisés et intégrés Téléchargement (80.9 ko)

 

La documentation

La gradation des soins dans le plan obésité

Rappel des principales mesures relatives à l’offre de soins

 

Le 1er séminaire

5 avril 2012 : premier séminaire de travail et d’échange des centres spécialisés de l’obésité

Ce séminaire a permis un échange entre professionnels et institutionnels autour de 3 tables rondes.

1. Comment faire progresser la prise en charge multidisciplinaire ?
2. Comment mettre en place une animation territoriale ?
3. Comment évaluer les centres ?

Pour faire suite aux conclusions du séminaire du 5 avril 2012, un groupe de travail pour l’évaluation des centres spécialisés et intégrés va être mis en œuvre.

Un observatoire des centres spécialisés sera également mis en place pour la fin 2012 après formalisation des besoins de collecte d’indicateurs d’évaluation et leurs modalités de restitution. Cela permettra de constituer un réseau de professionnels, de partager des données et de déployer des outils de « benchmark ».

pdf Programme du séminaire du 5 avril 2012 Téléchargement (154.9 ko)
ppt Document PowerPoint de présentation Téléchargement (2.4 Mo)
pdf Compte rendu du séminaire du 5 avril 2012 Téléchargement (89.2 ko)

 

Le mot du président du plan obésité

« La reconnaissance au niveau national des centres spécialisés de l’obésité vise un double objectif.
En premier lieu, améliorer l’offre de soins pour les personnes présentant des situations d’obésité sévères : il s’agit d’identifier des équipes multidisciplinaires expertes dans des établissements de santé disposant des équipements adaptés. Sur la quasi-totalité du territoire, y compris outre mer, les Agences régionales de santé ont reconnu des sites répondant à cette exigence.
Le second objectif est de contribuer à partir de cette structuration régionale au maillage des acteurs de la prévention et de la prise en charge de l’obésité. Autrement dit, faciliter les échanges entres les différents professionnels de santé engagé dans la prévention et les soins, mais également prendre en compte des partenaires essentiels pour ces actions : les associations de patients, les réseaux, le secteur médico-social, les responsable santé des villes, les associations d’activité physique adaptés etc.
Bref s’ouvrir sur une nouvelle approche de la médecine et de la chirurgie de l’obésité ainsi que de la prévention.
La mise en place ne se fera pas en un jour, la structuration demandera du temps et l’engagement des différents partenaires, sous l’égide de chaque ARS pour répondre au plus près des réalités régionales aux enjeux majeurs que pose au système de santé l’obésité ».

Arnaud Basdevant, président du plan obésité

 

Les textes

INSTRUCTION N°DGOS/R4/2013/222 du 3 juin 2013 relative à la mise en œuvre des actions 4 et 10 du plan obésité
pdf INSTRUCTION N°DGS/DGOS/2011/I-190 du 29 juillet 2011 Téléchargement (1.2 Mo)

relative à la mise en œuvre du programme national nutrition santé (PNNS 3) et du plan obésité (PO) par les agences régionales de santé (ARS).

pdf INSTRUCTION du 23 mars 2012 Téléchargement (88 ko)

relative à la mise en œuvre des actions 9 et 25 du plan obésité.

pdf Plan obésité : action 25 Téléchargement (38.4 ko)

identifier des unités d’accueil en SSR pour la prise en charge des jeunes atteints d’obésité syndromique et du syndrome de Prader-Willi, en lien avec le centre de référence pour la prise en charge du syndrome de Prader-Willi.

pdf Plan obésité : action 9 Téléchargement (49.8 ko)

assurer l’accès pour les patients atteints d’obésité sévère et/ou multi compliquée à des prises en charge adaptées en SSR.

 


Source :
Direction générale de l’offre de soins (DGOS)
Sous-direction de la régulation de l’offre de soins ( R )
Bureau de la prise en charge post-aigüs, pathologie chroniques et santé mentale (R4)
14 avenue Duquesne 75350 Paris 07 SP

Courriel : DGOS-R4[@]sante.gouv.fr