Droits et santé en prison pour et avec les personnes détenues

Objectifs
1- Améliorer les connaissances des personnes incarcérées, sur la santé en général et le VIH/Sida/hépatites/IST en particulier ;
2- Favoriser l’orientation et l’accompagnement des personnes incarcérées, notamment les PVVIH, à leur sortie de prison, en apportant des informations concrètes sur les droits sociaux et en informant sur les dispositifs et structures relais disponibles ;
3- Valoriser une meilleure prise en compte de sa santé et le rôle de personne relais en milieu carcéral.

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE SIDA (ALS)
16 rue pizay
LYON 69001
Type de structure :
Association

Coordonnées du contact :

BOURDIN Valérie
Qualité : Directrice
Téléphone professionnel : 06 16 49 05 50
Courriel : [email protected]

Contexte

L’origine
L’ALS anime depuis 10 ans un programme de prévention en milieu carcéral. En parallèle, l’ALS est membre du COREVIH LVDR au collège « représentants d’usagers du système de santé », et est à l’origine de la mise en place d’un groupe de travail « Prison et VIH » dont elle assure la coordination, et qui réunit des membres des 3 COREVIH de la région Rhône-Alpes-Auvergne. Ce groupe a initié son travail avec la réalisation en 2012/2013 d’un état des lieux auprès des USN1 des prisons de la région afin d’avoir une photographie de la prévention, de la continuité des soins et de l’accompagnement à la sortie dans ces prisons. Cette enquête a permis d’identifier plusieurs perspectives de travail et notamment la réalisation de supports d’informations à destination des détenus pour améliorer leurs connaissances et leur prise en charge à la sortie.

La finalité
1- L’amélioration des connaissances des personnes incarcérées, sur la santé en général et le VIH/Sida/hépatites/IST en particulier ;
2- L’amélioration de la préparation à la sortie et de l’accompagnement des personnes incarcérées à leur sortie de détention, notamment pour les détenues vivant avec le VIH ;
3- Une meilleure prise en compte de sa santé ;
4- La formation de détenus relais de prévention en détention pour une sensibilisation par les pairs.

La description du projet
Le projet a démarré en 2015 et repose sur les axes suivants :
- constitution de groupes de détenus participants au projet dans ces différentes étapes ;
- réalisation d’un livret d’information sur la santé et les droits en prison en collaboration avec des détenus (voir 3 versions en pièces jointes) ;
- traduction de ce livret en langues étrangères ;
- déclinaison du livret en clips audiovisuels en français et en langues étrangères, en collaboration avec des détenues ; voici un lien pour voir la version française des clips audiovisuels :

Les publics ciblés (usagers) par notre projet sont les personnes incarcérées dans les établissements pénitentiaires de la région Auvergne Rhône-Alpes.

Les acteurs
* A l’initiative : l’ALS et le groupe prison interCOREVIH

* Participants au groupe de travail interCOREVIH : membres des COREVIH Lyon Vallée du Rhône/Arc Alpin/Auvergne-Loire => Associations ALS/Aides Grenoble/Basiliade Lyon/Cabiria/Actis St Etienne
Autres associations : Sidaction/OIP/Prométhée Isère/Génépi Lyon et Grenoble
Professionnels de santé d’Unité sanitaire (USN1) : médecins, cadres de santé et médiateur santé des prisons de Varces/Chambéry/St Quentin Fallavier/Corbas

* Participants aux actions opérationnelles du projet : choix des thèmes, choix des formats, choix des visuels, choix des fonds sonores, voix off pour les clips, élaboration/relecture et traduction des contenus, médiatisation des supports, évaluation des supports, validation des contenus ;
Des personnes incarcérées/Des personnes sorties de détention
ALS/Aides/Basiliade
Professionnels de santé USN1, du SPIP (CIP), du Service scolaire (professeurs)
La Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires (DISP)

Les axes prioritaires :

  • Renforcer et préserver l’accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d’autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;

La réalisation

La mise en œuvre
Les différents partenaires sont impliqués dans différents champs du projet de la conception à l’évaluation du projet (voir plus haut).
Les personnes incarcérées (publics ciblés par ce projet) sont partie prenante depuis le démarrage sur les aspects plus spécifiques suivants :
- constitution des groupes de détenus (USN1, scolaire, SPIP)
- choix des thèmes, visuels, fonds sonores, format, des supports créés
- voix off pour les versions clips (français et langues étrangères)
- évaluation des supports créés (questionnaire individuel, focus groupe)
- médiatisation des supports au sein des prisons : personnes relais auprès d’autres détenus pour informer de l’existence des supports, orienter vers des professionnels, et échanger autour des thèmes abordés (séance collective proposée par des USN1 et l’ALS).

Projet initié en :
2012

Projet mis en œuvre en :
2015

Comment et combien ?
→ Moyens financiers :
Budget prévisionnel 2015-2017 : 87 900 euros
Dépenses : honoraires graphiste/illustratrice/créatrice et preneuse de sons/organisme de traduction ISM/imprimeur/affranchissement/déplacements et frais de mission/coordination et animation.
Co-financeurs : ARS Auvergne-Rhône-Alpes/Sidaction/Fondation de France/COREVIHs/Fondation LEEM

→ Moyens humains :
1 coordinatrice du groupe (mise à disposition ALS) : 0,25 ETP
animation de séances avec les détenus (mis à disposition ALS/Basiliade/Aides)
Les membres du groupe prison interCOREVIH soit 17 personnes (réunions, écriture des contenus, relecture)

La communication
La valorisation du projet s’est organisée à ce jour :
- communication et mise en ligne des supports sur les sites des 3 COREVIH et associations impliqués
- communication en direction des autres COREVIH de France
- envoi d’un courrier de la DISP à toutes les directions des établissements pénitentiaires de la région
- communication de Sidaction à leurs partenaires
- diffusion des clips sur le canal vidéo interne aux prisons (programme édité par la DISP),
- en cours : diffusion des clips sur des écrans télévision dans les lieux d’attente dans les unités sanitaires.

Communication en cours :
- en direction de la presse et des médias régionaux

Et après

Les résultats
La principale plus-value apportée repose sur la participation de détenus aux différentes étapes du projet. A ce jour, environ 150 détenus ont participé à ce projet de la création à son évaluation.
Le modèle utilisé peut être transposé pour d’autres thématiques :
- partenariat avec des professionnels (USN1/SPIP/Scolaire) de la prison et implication à toutes les étapes du projet
- constitution de groupes de détenus et implication aux différentes étapes du projet
- organisation de séances collectives pour valider les supports, valoriser le rôle de personnes relais au sein de la population carcérale

Une autre plus-value repose sur l’utilisation des moyens de diffusion de la prison : canal vidéo interne, scolaire, service social,
quartier arrivant etc…

Evaluation et suivi
L’évaluation réalisée à ce jour concerne le livret (version papier) "santé et droits en prison" en version française, à laquelle plus de 150 détenus et 30 professionnels de la prison ont participé.
Les évaluations des versions en langues (démarrage de la diffusion avril 2017) du livret et des clips (diffusion de la version en français depuis février 2017) sont en cours de mise en place.
La mise en place de cette étape demande beaucoup de temps en milieu carcéral.

Quelques conseils et témoignages
- impliquer les publics ciblés aux différentes étapes du projet
- respect des besoins des publics et des codes "culturels"
- impliquer des professionnels des lieux où se tient le projet
- bonne connaissance du contexte dans lequel se déroule le projet
- penser l’évaluation dès la conception du projet car c’est une des étapes les plus difficiles à mettre en place dans des milieux complexes comme le milieu carcéral.