Groupe de référent "Maîtrise d’Usage"

Objectifs
Le groupe référent a pour finalité de mettre à disposition des professionnels de l’aménagement un référentiel national "Qualité d’Usage", prenant en compte les besoins de l’ensemble des citoyens quelques soient leurs particularités. Acteur de la vie publique, il sensibilisera les autres citoyens et les professionnels, à la programmation concertée des espaces de vie.

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

CRIDEV (Centre de Recherche pour l’Inclusion des Différences dans les Espaces de Vie)
17 rue Léon Jouhaux
Grenoble 38100
Type de structure :
Association

Coordonnées du contact :

PARENT Myriam
Qualité : chargée de projets
Téléphone professionnel : 04 76 63 02 54
Courriel : [email protected]

Contexte

L’origine
Le projet est né de plusieurs constats :
- Les usagers sont souvent exclus des processus dit de concertation et de participation à la conception des projets, leurs besoins spécifiques ne peuvent pas être pris en compte.
- il y a une incompréhension de l’espace par les utilisateurs dû à une absence d’explication du fonctionnement des équipements, du parti pris architectural …
- La réglementation sur l’accessibilité n’est pas respectée.
- Il y a un problème de communication entre les professionnels de l’aménagement, les professionnels de l’accompagnement et les usagers.
- Les solutions d’accessibilité de certains ont mis en difficulté d’autres usagers

Une coordination des besoins de tous les usagers et les associations de personnes handicapées est primordiale pour que les solutions particulières d’accessibilité apportées à certains usagers ne deviennent pas des obstacles supplémentaires pour d’autres et pour valoriser la parole des usagers, quelques soient leurs particularités.

La finalité
L’objectif du projet est de reconnaître la place des usagers, de la Maitrise d’Usage, au cœur des processus d’élaboration des espaces de vie (bâtiment, espaces publics, aménagement).
L’enjeu est de concevoir des espaces de vie convenable et adaptés aux besoins de tous.

Le groupe d’usagers aura pour mission :
1. D’Analyser et synthétiser les besoins et usages de l’ensemble des citoyens
2. D’Enrichir et approuver le référentiel Qualité d’usage, la méthodologie et les outils expérimentés par le CRIDEV dans ses missions opérationnelles et ses travaux de recherche
3. De Certifier le niveau de Convenance des Espaces de Vie dans les opérations d’aménagement prenant en compte les démarches de programmation concertée, de HQU et de HQS
4. D’Être acteur inhérent à la vie publique en participant aux actions de sensibilisation des citoyens et de formation des professionnels de l’aménagement du territoire

La description du projet
Actions du groupe :
- Expression des besoins du groupe référent "Maitrise d’Usage" quelques soient leurs particularités ;
- Mise en place de "groupe-projet" sur des thématiques avec un panel d’usagers référent (concertation) ;
- Travail en groupe-projet par espaces de vie (exemple : chambre, sanitaires, hall d’accueil, ascenseur…) ;
- Travail en groupe-projet par thématiques (signalétique, accessibilité motrice, qualité sensoriel de l’espace…) ;
- Visite in situ si possible pour évaluation de projets ;
- Participation à la vie publique avec les commissions d’accessibilité, le mois de l’accessibilité, l’évaluation de projets locaux et régionaux…

L’expertise et le travail de ce groupe référents profitera à tous : à l’ensemble des citoyens et des usagers, aux pouvoirs publics, aux professionnels de l’aménagement (Maitres d’ouvrage, Maitres d’œuvres, …) mais aussi aux professionnels de l’accompagnement (auxiliaires de vie, infirmiers, …).

Les acteurs
Créé à l’initiative de Régis Herbin (président du CRIDEV) et de l’ODPHI. Aujourd’hui, le groupe référent sera composé d’une cinquantaine de personnes. Les atelier de travail par thématique se feront à environ 15 personnes. Les personnes présentent seront des représentants et des membres des associations de personnes handicapées, âgées ou de protection de la famille (APF, AVH, UDAF, AFIPAEIM, UNAPEI, APAJH, COTHED, ANPEA, AMVH, SEP RA, ASG38…).

Dans la méthodologie développée par le CRIDEV, il n’y a de projet que s’il y a une véritable concertation. L’implication des usagers est le cœur même de ce groupe Maitrise d’Usage.

Les axes prioritaires :

  • Faire converger les droits des usagers des structures de soins, sociales et médico-sociales, notamment au travers de la participation des représentants des usagers et des usagers (CDU, CVS) et de la mise en place de dispositifs expérimentaux adaptés aux parcours (organisation territoriale pour l’exercice des droits, impliquant les établissements, les conseils généraux, les ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé… ).
  • Co-construire l’effectivité des droits des usagers en lien avec les représentants des usagers, à partir des plaintes ou réclamations (établissements, conseils généraux, ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé…) et par l’analyse systématique des motifs notamment à partir des rapports des CDU ou des CVS et la mise en œuvre de mesures d’amélioration.
  • Accompagner les évolutions du système de santé, qu’elles soient organisationnelles ou liées aux innovations (bio) technologiques dans le respect des droits des usagers (e-santé, télémédecine, maisons et centres de santé, soins de santé transfrontaliers…) et par la mobilisation des outils de démocratie sanitaire notamment favorisant l’information et le débat citoyen.

La réalisation

La mise en œuvre
Le projet s’adresse à tous les citoyens (l’ensemble des personnes handicapées, personnes âgées, personnes "valides"), quelques soient leurs particularités physiques, sensorielles, psychiques, mentales, cognitives, sociales, culturelles ou d’âge. Il a pour but de regrouper un panel varié d’usagers qui, par le biais de groupes de travail, permettront de mettre en place une expertise sur l’accessibilité et la qualité de vie dans l’espace.

Toutes les étapes du projet sont des moments et des activités partagées (réunion plénière, atelier, restitution…). Le projet est conçu pour et avec l’ensemble des citoyens. On est donc sur un niveau de participation maximum, avec co-conception et co-décision.

Projet initié en :
2017

Projet mis en œuvre en :
01. avant 2010

Comment et combien ?
Cout prévisionnel du projet : 47 000 euros (sur 3 ans)

Financement (2017-2019) :
subvention Fondation de France : 29 000 euros ;
fonds propres CRIDEV : 8 euros sur 3 ans,
autres subventions sollicités : 10 000 euros.

Moyens matériels : salle de réunion, reprographie, diffusion réseaux, services extérieurs (traduction langues des signes, aide à l’expression ou la rédaction pour personnes ayant besoins d’un accompagnement spécifique), déplacement.

Moyens humains : ressources humaines seront nécessaires pour : la coordination avec le groupe ; la production des outils et des référentiels pour le travail du groupe ; la logistique, la restitution, les compte rendus… ; l’animation.

Autres partenaires (non financiers) : l’APF, l’ODPHI, Alertes 38.

La communication
Le CRIDEV communiquera les informations par newsletters et plaquettes, sur sa page Facebook, son site internet (www.cridev-qualite.com). D’autres supports sont envisagés telles les vidéos avec interview.
Il en est de même de certaines autres associations qui sont parties intégrantes du projet. Les réseaux de l’ODPHI et d’Alertes38 constituent un relai au niveau information, avec notamment l’APF et l’AVH, très actifs.

Les livrables qui seront rédigés suite aux réunions et aux groupes de travail constitueront une base de travail diffusables à tous : citoyens, élus, porteurs de projet, professionnels de l’aménagement …

Et après

Les résultats
Il existe très peu groupes d’usagers en situation de handicap en France qui soit organisé de manière pérenne. Un groupe organisé et indépendant serait innovant et permettrait de faire avancer de nombreuses thématiques en matière d’inclusion et de prise en considération des besoins spécifiques.
Les personnes en situation de handicap sont en position d’expert de l’accessibilité. Elles sont valorisées par rapport à l’expertise sur leur environnement, sur leurs besoins et sur leurs compétences (acquises ou non avec leur handicap, exemple : une personne déficiente visuelle devient vite une experte en acoustique ou en tactile).

De plus, la méthodologie de CEV (Convenance des Espaces de Vie), dans laquelle est inscrit le projet, présente les caractères innovants :
-  d’inclure l’usager au cœur du projet et de manière pérenne ;
-  de rétablir la place de la Maitrise d’Usage.

Le groupe a vocation à être diffusé et reproduit à d’autres échelles : locale, et nationale.

Evaluation et suivi
Une évaluation continue de l’action sera intégrée au projet. Dans le tableau d’évaluation (p.10) joint au dossier, vous trouverez les indicateurs que nous mettons en place avec les outils d’évaluation associés, et ce, suivant les objectifs et actions :

Exemple :
Objectifs 1. Analyser et synthétiser les besoins et usages de l’ensemble des citoyens quelques soient leurs particularités

Actions : Expression des besoins ; Mise en place de "groupe-projet" sur des thématiques avec un panel d’usagers référent (concertation)

Résultats attendus : Disposer d’une liste structurée et non exhaustive des besoins de l’ensemble des citoyens à destination de tous qui peut être utilisée dans tout type de projet.

Indicateurs : Nombre de personnes provenant de différentes associations ou en libre, diversité des usagers (présence de différents handicaps, âges), présence de famille et d’accompagnants

Outils : Liste de présence, questionnaires, atelier, plateforme d’échanges

Quelques conseils et témoignages
Il faut avant tout reconnaître la place de la maitrise d’usage, soit des usagers, afin de pouvoir exprimer leurs besoins.
Il est important de reconnaître la richesse de la différence et de privilégier l’inclusion de tous, quelques soient ces particularités, dans les projets du territoire.

Pour mettre en place un tel projet, il faut aussi s’appuyer sur les acteurs (associations et réseaux) du territoire : les associations de personnes âgées, de personnes handicapées, du droits des familles, de protection de l’enfance etc… Ils seront le relais, afin de toucher et de réunir le plus de personnes.