Vis ma vie dans la peau du grand âge

Objectifs résumés
Le projet « vis ma vie » consiste, par le biais d’un simulateur de vieillissement, à ce que le soignant se mette à la place du résident/patient, qu’il ressente et comprenne les effets du vieillissement. L’objectif attendu est, par la sensibilisation des soignants et le développement de leur empathie, d’améliorer les conditions de vie de la personne âgée et par là-même ses droits.

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

Centre Hospitalier Gériatrique du Mont d’Or
6 rue Notre Dame
Albigny-Sur-Saône 69250
Type de structure :
Établissements de santé

Coordonnées du contact :

BREYSSE Céline
Qualité : Pharmacien Chef du service Qualité et Gestion des Risques
Téléphone professionnel : 04 72 08 14 66
Courriel professionnel : [email protected]
Courriel fonctionnel (différent du courriel professionnel) : [email protected]

Contexte

L’origine
Régulièrement des relèves bientraitance sont mises en place dans notre établissement. Elles peuvent prendre la forme d’actions d’information, d’un questionnement éthique, d’un échange sur les pratiques.
Les équipes se saisissent toujours de ces espaces de paroles pour échanger sur leurs pratiques, confronter leurs représentations. La crainte de devenir « maltraitant » est évoquée entre les contraintes liées au fonctionnement de l’institution et l’envie de faire mieux avec les résidents/patients. La discussion peut ainsi permettre de faire émerger des petits moyens pour améliorer la vie des résidents/patients. La question de la singularité de chaque résident/patient est entendue, comprise mais dans une égalité de traitement envers tous. Les professionnels ont fait la demande de pouvoir participer à des jeux de rôles comme dans certaines formations diplômantes : expérimenter d’autres rôles, d’autres attitudes, s’impliquer personnellement et en faire l’expérience « par le faire ».

La finalité
« Vis ma vie », ce n’est pas seulement expérimenter la vie au quotidien d’une personne âgée, c’est aussi tenter de réaliser ses défis, ses désirs qui ne sont pas l’objet d’un renoncement total de sa part. C’est aussi l’accompagner, se joindre à elle pour aller où elle veut aller, en même temps qu’elle. Vivre des expériences ensemble pour les professionnels peut renforcer le sentiment d’équipe et la recherche de solutions à des problèmes rencontrés. « Vis ma vie » c’est aussi apprendre à respecter l’humanité d’un individu au-delà de la vieillesse, de la maladie, du handicap. Le Simulateur du Vieillissement offre, même en étant encore jeune, la possibilité de rendre accessibles les déficiences typiques des personnes âgées. Les déficiences liées à l’âge sont les suivantes :
-  Opacité du cristallin de l’œil
-  Rétrécissement du champ visuel
-  Perte d’audition à haute fréquence
-  Restriction de la mobilité de la tête
-  Raideurs articulaires
-  Perte de force
-  …

La description du projet
Nous proposons l’utilisation d’un simulateur de vieillissement dans le cadre d’ateliers à des fins de promotion de la bientraitance. Des mises en situation pourront émaner des plaintes et réclamations récurrentes évoquées lors des CDU et CVS. Le participant pourra ressentir et comprendre les effets du vieillissement dans le but d’améliorer les conditions de vie de la personne âgée.
1) Formation / action avec débriefing organisé par un cadre de santé
2) Débriefing avec un psychologue dans un cadre bienveillant et soutenant, pour instaurer une dynamique réflexive dans un réel travail d’équipe. Il accueille et favorise l’expression, la parole, veillant à ce que chacun puisse communiquer. Le partage d’expérience, l’apprentissage de la verbalisation des ressentis, des émotions des différents professionnels sont le point de départ de l’investissement de cet espace de parole.

Les acteurs
La cadre de pôle médico-social, le médecin coordonnateur, les représentants des usagers et la Direction des EHPAD ont porté et coordonnent ce projet dans l’établissement. La mise en œuvre est assurée par la psychologue, les cadres de santé et le service des ressources humaines. Le public ciblé par cette action est le personnel soignant (médecin, IDE, ASD, ASH, rééducateurs, psychologues…). A terme, les proches des résidents/patients pourront également bénéficier de cette expérience.

Les axes prioritaires :

  • Renforcer et préserver l’accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d’autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;
  • Sensibiliser les professionnels de santé au moyen d’actions de formation aux droits des usagers.
  • Faire converger les droits des usagers des structures de soins, sociales et médico-sociales, notamment au travers de la participation des représentants des usagers et des usagers (CDU, CVS) et de la mise en place de dispositifs expérimentaux adaptés aux parcours (organisation territoriale pour l’exercice des droits, impliquant les établissements, les conseils généraux, les ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé… ).
  • Co-construire l’effectivité des droits des usagers en lien avec les représentants des usagers, à partir des plaintes ou réclamations (établissements, conseils généraux, ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé…) et par l’analyse systématique des motifs notamment à partir des rapports des CDU ou des CVS et la mise en œuvre de mesures d’amélioration.

La réalisation

La mise en œuvre
-  Récupérer les plaintes, réclamations et évènements indésirables présentées en CDU / CVS
-  Catégoriser les plaintes, réclamations et évènements indésirables pour permettre la création de scénarios en lien avec le quotidien, sur la base d’évènements récurrents
-  Elaborer les scénarios
-  Organiser les sessions de formations avec l’encadrement de proximité et le service des ressources humaines
-  Evaluer le ressenti et la satisfaction des participants
-  Apprécier l’évolution de la satisfaction des résidents/patients et des familles.
La temporalité envisagée est subordonnée à l’obtention du financement du matériel.
2 sessions par an sont envisagées pour l’ensemble des services de l’établissement. Ces formations seront inscrites au plan de formation de l’établissement.

Projet initié en :
2018

Projet mis en œuvre en :
2018

Comment et combien ?
Pas de recrutement, pas de redéploiement. A effectif constant, ce projet nécessite une réorganisation pour les temps de formation.
Concernant les moyens nécessaires, 2 solutions sont envisagées :
-  Le financement via une subvention obtenue par l’appel à projet « une façade sur la vie »
-  A défaut, un financement interne pluriannuel est envisagé.

La communication
Nous envisageons une communication interne et externe. Concernant la communication interne, nous envisageons de communiquer via la gazette mensuelle de l’établissement, la lettre semestrielle des EHPAD, le site internet, les instances (CVS et CDU). Pour la communication externe, nous envisageons un article de presse pour valoriser cette action de formation innovante. La réponse aux appels à projet permet de porter notre volonté de développement auprès de partenaires extérieurs. Un film promotionnel est envisagé. L’existence de la formation sera communiquée aux différents établissements du GHT. Un article sera soumis à une revue scientifique avec comité de lecture.

Et après

Les résultats
Cette formation a pour attendu d’améliorer la prise en soins et la satisfaction des usagers. Elle permet la sensibilisation des professionnels à la bientraitance et à la détresse des personnes dépendantes. Un déploiement de cette formation est envisagé sur l’ensemble des sites de l’établissement mais aussi un déploiement externe (ouverte au GHT, filière, IFAS/IFSI…). Cette formation s’inscrit dans une démarche cohérente d’amélioration continue de la prise en charge des résidents/patients. Elle s’entend surtout dans le développement du respect des droits des usagers au travers de la bientraitance et de la qualité des soins.

Evaluation et suivi
L’évaluation aura lieu à l’issu des sessions de formation. Une première partie consistera à évaluer les acquis des participants ainsi que leur satisfaction suite à la formation. Une deuxième partie se concentrera sur l’évaluation des résultats dans la pratique des professionnels auprès des résidents/patients et dans le ressenti des résidents/patients quant à la qualité de leur prise en charge.

Quelques conseils et témoignages
Cette démarche permet de repositionner le résident/patient au centre des préoccupations des professionnels. Cela permet aux professionnels de prendre de la distance par rapport à leurs propres pratiques de soins et de repenser les prises en charge.