Mettre en place un interprétariat professionnel en psychiatrie

Objectifs résumés
- Lutter contre les inégalités de santé liées à la barrière de la langue,
- Améliorer la relation soignant-soigné en posant l’interprétariat professionnel comme recours systématique pour la prise en charge des patients allophones sur l’EPSM Gourmelen conformément aux recommandations de la Haute Autorité de Santé,
- Mettre à disposition des usagers des documents adaptés à la spécificité des hospitalisations en psychiatre, notamment sur les soins sans consentement.

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

EPSM ETIENNE GOURMELEN
1 RUE ETIENNE GOURMELEN
CS 16003
QUIMPER 29107
Type de structure :
Établissements de santé

Coordonnées du contact :

LAHOUARI JAMEL
Qualité : CADRE DE SANT2
Téléphone professionnel : 02 98 53 34 50
Courriel professionnel : [email protected]

Contexte

L’origine
Dans le Sud Finistère, zone d’intervention de l’EPSM, l’offre d’accueil des migrants est récente avec le développement de places en CADA, CAO,….
La prise en charge des personnes allophones est complexe et nécessite de la part des soignants, des compétences variées compte tenu des problématiques "santé mentale" spécifiques liées au violences subies, au psychotraumatismes, des statuts administratifs différents, des difficultés pour le suivi, pour la prise de traitement en l’absence de domicile fixe,…
Jusqu’en 2017, l’établissement avait recours à une liste de professionnels de l’EPSM acceptant d’assurer un interprétariat "à la demande" et/ou à la liste des interprètes experts auprès des tribunaux. Toutefois, cette démarche ne donnait pas entière satisfaction : utilisation d’une langue tierce en l’absence de compétence dans la langue d’origine du patient, difficultés de traduction dans le cadre de la relation soignant-soigné, biais liés à la méconnaissance des dialectes différents..

La finalité
Les principaux enjeux de cette démarche, pour l’EPSM Etienne Gourmelen, sont :
- Pour les professionnels : une amélioration des pratiques dans le respect du secret professionnel et du droit à la confidentialité, et en matière de recueil du consentement éclairé, un approfondissement de leurs connaissances concernant la prise en charge des personnes en situation d’exil,
- Pour les patients et accompagnants : une meilleure communication avec l’équipe soignante, une meilleure adhésion à un projet thérapeutique, une meilleure information sur les modalités de prévention, d’observance, de suivi médical, biologique et clinique.

Le recours à des interprètes professionnels permet aux professionnels de santé de disposer de moyens de communication dans le respect du patient et d’une prise en charge bienveillante, de garantir des conditions d’accès dans tout le parcours du patient (hospitalisation et ambulatoire).

La description du projet
- Contractualisation avec des associations compétences (signataires de la charte de l’interprétariat médical et social professionnel en France afin de pouvoir solliciter l’intervention d’interprètes professionnels : conventions appliquées de puis le 1er janvier 2018 avec le réseau Louis Guilloux (Rennes) et ISM Interprétariat (pour des sollicitations en urgence),

- sensibilisation des professionnels à l’intérêt de l’interprétariat professionnel : élaboration de procédures internes et organisation d’une 1ère journée "clinique de l’accueil des personnes en situation d’exil" organisée à Quimper le 23 novembre 2018.

- Mise à disposition de plaquettes d’information destinées aux usagers en différentes langues sur les soins en psychiatrie, notamment sur les soins sans consentement.

Les acteurs
l’EPSM Gourmelen a engagé la réflexion lors de son projet médical et a ensuite répondu à un appel à projet diffusé par la Fondation de France en mars 2017, suite aux difficultés rencontrées par les équipes pour la prise en charge de patients originaires notamment d’Europe centrale.

Un groupe de travail interne a été constitué afin de recueillir les expériences et propositions. Des contacts ont notamment eu lieu avec le réseau "Migration Santé Alsace".
Parallèlement des contacts ont eu lieu entre les professionnels de l’EPSM et le réseau Louis Guilloux, en lien avec la PASS généraliste située à Quimper.

Les échanges avec la Fondation de France ont souligné la pertinence de la réflexion et a conforté la démarche engagée afin de formaliser le recours à l’interprétariat professionnel.
Après une année de mise en œuvre, l’organisation d’une journée spécifique permet d’associer les partenaires (professionnels de santé, sociaux, interprètes, institutions…) pour un premier bilan.

Les axes prioritaires :

  • Renforcer et préserver l’accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d’autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;

La réalisation

La mise en œuvre
- Formalisation d’une procédure interne à l’EPSM Gourmelen permettant d’assurer une réponse cohérente et accessible pour l’ensemble du dispositif de soins de l’EPSM (suivi ambulatoire ou hospitalisation) : note de service 93-2017 du 16 janvier 2018 relative à la mise en œuvre d’un interprétariat professionnel sur l’EPSM.

- Signature des conventions de recours à l’interprétariat professionnel,

- Organisation d’une journée d’étude et de partage d’expériences le 23 novembre 2018,

- Intégration de l’établissement dans le réseau "DATASAM" (dispositif régional pour l’accès aux soins des migrants).

Projet initié en :
2017

Projet mis en œuvre en :
2018

Comment et combien ?
Financement initial accordé par la Fondation de France permettant le recours à un interprétariat professionnel (coût d’intervention des interprètes) pour une expérimentation,

- Groupe de travail constitué en interne par des professionnels de santé de l’établissement (moyens EPSM)

- journée du 23 novembre financée sur l’enveloppe accordée par la Fondation de France

- Mobilisation des partenaires : Réseau Louis Guilloux, CH de Cornouaille - Quimper (gestionnaire de la PASS généraliste, Fondation Massé Trévidy (CADA), CH Guillaume Régnier - Rennes (EMPP Rennes), association Parentel,…

La communication
- Communication et présentation du projet au niveau du territoire (Sud Finistère) lors de la journée organisé le 23 novembre et associant les partenaires : plus de 140 inscrits au 20 novembre dont 67 professionnels de l’EPSM Gourmelen et 74 professionnels extérieurs.

- Point presse organisé lors de la journée du 23 novembre avec les médias locaux,

- articles publiés dans le "bulletin d’information mensuel" interne à l’EPSM Gourmelen et diffusé à tous les agents : en décembre 2017 préalablement à la diffusion de la note de service relative au procédure d’appel à l’interprétariat professionnel, et en juillet puis septembre 2018, pour l’annonce de la journée du 23 novembre.

Et après

Les résultats
Plus-value :
- Formalisation d’une procédure permettant à tout professionnel de l’EPSM de recourir à un interprétariat professionnel 24h/24 afin d’assurer une égalité d’accès au soin quelque soit le lieu et les circonstances de prise en charge,

- conventions formalisant la mise en œuvre d’un interprétariat professionnel.

Perspectives de généralisation : la procédure mise en œuvre et la sensibilisation des professionnels à la démarche (dans le cadre notamment de la journée clinique du 23 novembre) peuvent être proposée à tout établissement dans le cadre d’une amélioration de la qualité de l’accompagnement des patients allophones.

- perspectives de modélisation : développer des outils d’information adaptés (plaquettes, flyer,….) permettant de présenter le dispositif de psychiatrie proposé par l’EPSM Gourmelen et notamment les Centres Médico- Psychologiques (CMP),

- Eléments facilitants : rechercher l’attention des services de soin à la démarche.

Evaluation et suivi
L’évaluation s’appuie sur les modalités définies dans le cadre du dossier de financement transmis à la Fondation de France :

- indicateurs statistiques recueillis depuis le 1er janvier 2018 : file active, nombre d’entretiens et répartition par type de professionnels, répartition par langue, modalités d’intervention de l’interprète,…

- indicateurs qualitatifs : recueil à partir de questionnaires élaborés par l’EPSM afin de mesurer l’impact de la présence des interprètes dans la prise en charge d’un patient dans les 3 dimensions :
* dimension organisationnelle,
* dimension éthique : fidélité de la traduction en psychiatrie,
* dimension de posture : place de l’interprète dans la relation médecin / patient en psychiatrie.
Cette analyse va s’appuyer sur les échanges et présentations qui auront lieu le 23 novembre.

Quelques conseils et témoignages
Nécessité d’un projet porté par l’institution :

- Mettre en place un groupe de travail pluridisciplinaire afin d’associer l’ensemble des corps professionnels et permettant de représenter l’ensemble des modalités de prise en charge et des secteurs géographiques,

- Formaliser et valider la démarche à travers l’élaboration d’une procédure,

- Recueillir des indicateurs permettant de réaliser une évaluation et une adaptation si nécessaire, du dispositif,

- Communiquer sur le dispositif et sensibiliser les professionnels par une communication interne et externe : point sur la migration dans le territoire étudié, sensibilisation à la clinique particulière des migrants, difficulté de l’accès au soin en santé mentale pour ce public, enjeux de l’interprétariat en santé mentale,…

En psychiatrie, le langage est la première ressource du soin : comment soigner si l’on ne se comprend pas parfaitement.