Paroles de résidants

Objectifs
- Donner la parole aux résidants pour qu’ils puissent exprimer leurs souhaits, leurs désirs, leurs ressentis
- Promouvoir le lien social, lutter contre l’ennui
- Libérer la parole des résidants
- Transmettre des informations sur leurs droits au sein de l’institution
- Extraire de leurs propos des pistes d’amélioration d’accompagnement
- Restaurer une certaine image de soi par le biais d’une revalorisation narcissique

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

EHPAD - RESIDENCE PARC AN ID
9 rue du 19 mars 1962
POULDREUZIC 29710
Type de structure :
Établissements médico-sociaux

Coordonnées du contact :

BOURHIS STEPHANIE
Qualité : DIRECTRICE
Téléphone professionnel : 02 98 54 45 17
Courriel : [email protected]
Fax : 02 98 51 50 23

Contexte

L’origine
Une première réflexion est née à travers l’adaptation d’une charte Humanitude dans laquelle le personnel s’est penché sur différentes thématiques telles que le respect, la liberté, l’intimité…
De cette réflexion a émergé le constat que le personnel supposait exprimer des valeurs au nom des résidants, sans que les résidants aient été consultés au préalable. Par ailleurs, nous avons supposé que les résidants ne s’appropriaient pas cette charte s’ils ne sont pas conviés pour la rédiger.
De plus, peu de résidants participent aux instances institutionnelles (Conseil de la Vie Sociale, Commission menus, Commission animation) par manque d’information mais également parce qu’ils ne s’autorisent pas à y participer puisqu’elles relèvent d’un caractère « solennel » de part le lieu, la disposition, la présence et le nombre de participants.

La finalité
Nous allons mettre en place un atelier d’expression à destination de l’ensemble des résidants de l’EHPAD, sur la base du volontariat. Cet atelier a pour objectif de revaloriser une certaine image de soi par le biais d’une revalorisation narcissique, de fournir un espace où le résidant, en tant que citoyen, puisse verbaliser librement et échanger sur ses droits au sein de l’établissement. A la fin de chaque séance, nous pourrons extraire leurs propos, les anonymiser et les retranscrire dans un support papier (journal). Ces temps d’échange permettront d’obtenir des pistes d’amélioration d’accompagnement et de favoriser les interactions sociales.
Ce journal permettra des échanges avec les autres résidants n’ayant pas participé à l’atelier et de les informer sur leurs droits au sein de l’établissement. Ce projet s’intégrera dans la refonte des documents administratifs tels que le projet d’établissement, les projets de service afin d’être au plus proche des attentes des résidants.

La description du projet
Les actions envisagées sont la mise en place de séances d’expression destinées à tous les résidants. Elles auront lieu une fois par mois sur un thème prédéfini en lien avec les droits des usagers. Ces séances seront animées par deux agents. Quant au journal, il sera mensuel.

Les acteurs
La psychologue de l’établissement a initié ce projet en collaboration avec l’équipe pluridisciplinaire (Directrice, infirmière coordinatrice, médecin coordinateur, infirmière référente « Projet d’accompagnement Personnalisé », animatrice, agent qualité).
Ce projet est élaboré en co-concertation avec l’ensemble du personnel, toutes fonctions confondues.
Ce projet n’aurait pas vu le jour, sans la participation et l’adhésion des résidants.

Les axes prioritaires :

  • Faire converger les droits des usagers des structures de soins, sociales et médico-sociales, notamment au travers de la participation des représentants des usagers et des usagers (CDU, CVS) et de la mise en place de dispositifs expérimentaux adaptés aux parcours (organisation territoriale pour l’exercice des droits, impliquant les établissements, les conseils généraux, les ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé… ).
  • Co-construire l’effectivité des droits des usagers en lien avec les représentants des usagers, à partir des plaintes ou réclamations (établissements, conseils généraux, ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé…) et par l’analyse systématique des motifs notamment à partir des rapports des CDU ou des CVS et la mise en œuvre de mesures d’amélioration.

La réalisation

La mise en œuvre
Les résidants sont invités à chaque séance de l’atelier par voie d’affichage et par information orale. Les thèmes proposés seront élargis autour de la liberté, de l’intimité, le respect… afin de laisser libre cours aux échanges. Au cours de ces séances, un temps sera dédié à la transmission de l’information des droits des résidants en fonction du thème abordé.

Projet initié en :
2017

Projet mis en œuvre en :
2018

Comment et combien ?
Les séances ont lieu : 1 fois par mois.
Moyen humain : 2 agents à chaque séance (un animateur et un rédacteur).
Moyens matériels : mise à disposition d’une salle, papiers (affichage du jour de la séance, publication du journal mensuel), ordinateur.
Le projet est intégré au budget de l’établissement (redéploiement du personnel, mutualisation des matériels).

La communication
Ce projet est valorisé par la production du journal et de sa diffusion au sein de l’établissement. Il sera présenté aux différentes instances institutionnelles internes, lors de rencontres inter-institutions, lors de séances publiques auprès de la population.

Et après

Les résultats
La plus-value apportée à ce projet est de placer le résidant au cœur des décisions, de l’information par le biais de la libre expression.
Il existe une trame vierge, qui peut être transposable, partagée, utilisable auprès de tout public (personnes en situation de handicap, petite enfance,…)

Evaluation et suivi
L’évaluation aura lieu après chaque séance en s’appuyant sur une grille d’observation qui comprend des indicateurs : nombre de séances réalisées, nombre de participants, la régularité des participations des résidants, contenus des échanges.
Cette évaluation permettra à l’équipe professionnelle d’ajuster ses séances en fonction des attentes de chacun.

Quelques conseils et témoignages
Pour mettre en œuvre ce projet, nous conseillons : d’avoir deux agents ayant des qualités pour animer ce type d’atelier (connaissance de la dynamique de groupe, animation de groupe, être à l’écoute, capacité rédactionnelle, neutralité bienveillante) ; veiller à la régularité des séances (si possible, le même jour / horaire / lieu), du personnel impliqué et un lieu propice (calme, convivial, clos, agréable).
Nous espérons que ce projet favorisera la réflexion autour de la place du résidant, l’effectivité de ses droits au sein de l’institution, et son positionnement en tant que sujet, acteur, citoyen, ayant des droits et étant libre de s’exprimer sans jugement.